FanView: Maryland Deathfest 2014 – Dernier rapport

Gars en poulet

 

Après ma quatrième présence au Maryland DeathFest, je croyais avoir vu et entendu pas mal de choses en cette longue fin de semaine. Baltimore est évidemment loin d’être une ville banale et aussi la route pour s’y rendre. De plus, le fait d’être à un festival metal est déjà en soit quelque chose de peu commun, que ce soit celui de l’envergure du MDF ou le Wacken Open Air en Allemagne, le Hell fest en France ou le Metal Camp en Croatie, sans parler des deux croisières. Le MDF n’est certes pas le plus grand mais pour les États-Unis, après une douzième édition il apparaît sans doute comme celui le moins susceptible de se vider et de s’affadir. C’est pourquoi j’ai encore quelques images à rapporter de ces instants inoubliables.

-Notre passage aux douanes n’a pas été sans histoire cette année. En 2011, nous avions été retardés quelque peu mais cette année, le sort a voulu que nous connaissions les joies de connaître le jeu “Bon cop – Bad cop” des agents du US Department of Homeland Security. Après avoir été intimés de nous stationner, nous avons eu à nous rendre dans un grand local glauque, ressemblant à une salle d’attente avec ses rangées de bancs fixes et son long comptoir en métal. Après nous avoir laissé poiroter un peu, trois agents en uniforme noir nous ont demandé de retirer ce que nous avions dans nos poches et portefeuilles, en nous posant des questions une après l’autre. Je crois avoir eu celui qui joue l’air bête, tandis qu’un autre semblait intéressé par le MDF. Ça fait drôle de se faire regarder comme un passeur de drogue, j’vous jure… Peu après nous avoir fait encore attendre avec l’agent “Bon cop” (ses collègue fouillaient nos bagages dans la voiture, nous avons enfin pu sacrer notre camp du local en ayant droit à de grands sourires chaleureux des Américains, satisfaits d’avoir rempli leur mandat. J’étais aussi soulagé qu’à la fin d’un passage chez le dentiste…

-Si vous utilisez un GPS, assurez-vous de bien le programmer et surtout, de décocher la case “Routes sans péage”. Vous ne perdrez pas de temps dans des routes secondaires vous amenant dans l’État vers l’ouest ou pire, dans des chemins de terre reliant des villages aussi pittoresques qu’ils peuvent l’être à 23h30 après une soirée entière sur la route, sans trop savoir pourquoi on ne prend pas l’Interstate 87 comme d’habitude…

-Si jamais vous allez au MDF l’an prochain, je vous conseille l’hôtel Home 2, situé sur la rue Pleasant, au centre du secteur touristique. Il n’y a peut être pas de piscine mais c’est vraiment proche du site extérieur et des bars de spectacles. D’ailleurs, Luc nous a fait remarqué que le groupe Candlemass et sa suite logeaient au même hôtel que nous.

-Cette année, outre le célèbre gars déguisé en poulet jaune que nous avons l’habitude de voir à chaque édition, il y avait également quelques autres “mascottes”: un gars déguisé en vache, un autre avec une tête de cheval (la plupart du temps vu à faire du body surfing et à se faire attendre par les gars de la sécurité à l’avant de la scène), un autre encore en pot de moutarde, un type qui s’est promené sans autre chose que son Speedo aux couleurs de l’album “Symbolic” de Death et en espadrilles toute la fin de semaine, sans oublier la tendance de nombreux spectateurs à porter les chaussettes les plus hideuses disponibles sur le marché.

-Plus tard lors du dernier soir, après le spectacle de Gorguts, je suis allé serrer la main à Luc Lemay au comptoir de la merch de son groupe. Le petit étonnement dans son regard lorsqu’il m’a entendu lui parler en français pour le féliciter de sa prestation! On a été quand même au moins une vingtaine de Québécois à s’être déplacés à Baltimore cette année, à vue de nez.

-C’est bien bon l’odeur de la viande sur le barbecue sur le site mais à un moment donné, j’ai décidé de ne manger que du végé pour le reste de la fin de semaine. À mon avis, c’est pas mal plus prudent si on veut éviter les désagréments gastriques occasionnés avec la bière IPA amplement vendue sur place…

-J’en ai vu de tous les genres comme musiciens sur scène mais la palme du gars avec la plus belle face de bandit faisant partie d’un groupe va au chanteur-bassiste de Diocletian. Il devrait se présenter au casting de la prochaine série de type “Prison Break“, il serait parfait pour le rôle principal…

-Une jeune femme m’a demandé pour me prendre en photo car je portais un t-shirt du groupe Eastern Front, relativement peu connu en dehors de la Grande-Bretagne et l’Europe. Elle connaissait un des membres du groupe et elle était très surprise de voir quelqu’un qui connait leur musique.-Nous sommes revenus le lundi après dix heures de route, mon record pour le plus court trajet entre Baltimore et Montréal. Ça m’a pris quand même deux jours à m’en remettre et j’ai trouvé le tour d’aller à la finale du Wacken Metal Battle Canada, version Québec pour acclamer Hidden Pride, malgré la fatigue et les oreilles encore bourdonnantes…

 

APMDF2014

 

Chaussettes

FanView: Maryland Deathfest 2014 – Jour 4

Gorguts

Gorguts

 

Deux jours après notre retour, les effets de la fatigue et de la route s’estompent. La réalité est revenu aussitôt après avoir remis les pieds à mon lieu de travail, surtout lorsque j’ai réalisé ce qu’il fallait rattraper. Une collègue me l’a dit, mon absence a paru car en effet, on ne m’a pas remplacé.

Durant toute la journée d’hier et aujourd’hui, on m’a demandé comment c’était le Maryland Deathfest. Il a fallu que je fasse court à chaque fois, pour essayer de donner une idée de notre fin de semaine. Judyth aussi, évidemment, elle qui travaille au même bureau que moi. Mais comme on a eu une maudite belle fin de semaine, ça ne nous emmerdait pas trop de répéter les mêmes anecdotes…

Et ici aussi, il me faut rappeler quelques événements de cette dernière journée du MDF. Je suis arrivé relativement tôt sur le site, à peu près au milieu du spectacle de Misery Index dont je ne m’estime guère en mesure d’écrire sur eux, tant ils sont connus par la majorité mais inconnu pour moi. Il m’a semblé que le groupe a eu beaucoup de succès avec la foule, à première vue. En fait, j’arrivais à ce moment de la journée pour voir les trois groupes suivants, soit Pseudogod de Russie, Wrathprayer du Chili et bien sûr Inquisition. Les deux premiers groupes, venus remplacer des défections annoncées au MDF plus tôt dans l’année, ce sont des découvertes récentes et dont il ne me fallait absolument pas manquer la prestation. J’ai été servi tant par l’un que par l’autre, d’autant plus que les deux groupes nous ont servi un black metal brutal et utilisant chacun le même type de vocal caverneux d’outre-tombe. Pour ce qui est d’Inquisition, il nous a servi sensiblement le même spectacle que lors de son passage avec Behemoth et 1349 le mois dernier au Club Soda de Montréal et que j’avais beaucoup apprécié.

Coupant court au spectacle de Soilent Green, pour manger et trouver quelques marchandises rares, je me suis par la suite retrouvé en terrain connu avec Gorguts, dont la présence était fortement attendue. Luc Lemay lui-même ne s’attendait pas à une telle réception enthousiaste, y allant même d’un «Tabarnak!» bien senti entre deux chansons. Les fans ont en retour eu des décibels plein la gueule, à leur grand plaisir. C’est sur un tout autre registre que le groupe suivant, Uncle Acid and the Deadbeats a fait son apparition sur scène. Ne connaissant absolument rien d’autre que le nom de ce groupe, je dois admettre que ce fut ma découverte du MDF. Un déconcertant mélange de doom, de sludge et de stoner dont les références nombreuses se sont bousculées dans ma tête tout le long du spectacle. Electric Wizard, Cathedral, Confessor… tout ça à la fois! Je me suis dit de bien écouter ce groupe sur cd, une fois de retour…

C’est Candlemass qui a clos pour moi la soirée sur le Edison Lot, avec un spectacle à mon avis le meilleur de la fin de semaine, avec celui de Tankard la veille. En pleine forme, les vétérans de la scène doom ont enchaîné les gros morceaux avec une vigueur de gars de vingt ans, à notre plus grand plaisir. Ce fut un curieux moment de chanter avec joie et à l’unisson une chanson telle que “In Solitude” à la fin du spectacle…

Pressé de passer me reposer un peu à l’hôtel avant de retourner au Rams Head une dernière fois, j’ai laissé tomber le spectacle de My Dying Bride. Je croyais à ce moment-là que mes forces me permettraient de voir les derniers spectacles du MDF jusqu’à la fin, en dépit de notre départ matinal le lendemain. Las! Une fois sur place, c’est sur un fond de barrage d’artillerie que je fut accueilli par le spectacle de Diocletian, probablement le groupe le plus bruyant qui m’ait été permis d’entendre, hormis celui de Morbid Angel au Medley de Montréal il y a une dizaine d’année… Un blackened death brutal certes mais plus un moins convaincant. D’Ulcerate, je n’ai retenu que le groupe était de la même mouture, avec une finesse un peu plus évidente que le précédent mais c’est à ce moment que j’ai flanché et choisi de revenir au bercail.

Je vous reviendrai pour un dernier rapport, ce sera quelques anecdotes de voyage que je vous raconterai. À+!

Alain

Wrathprayer

Wrathprayer

 Pseudogod

Pseudogod

 

 Inquisition

Inquisition

 

 Candlemass

Candlemass

FanView: Maryland Deathfest – Jour 3

10334288_706267859411721_8652003953068352637_n

 

Des gens qu’on dit chanceux (mais qui doivent surtout être considérés comme des gens qui savent ce qu’ils veulent et prennent les moyens pour l’obtenir) sont présentement au légendaire Maryland Deathfest 2014 à Baltimore et Alain Pérusse de Montréal en fait partie.

________________________________________

 

La vieillesse, l’âge, l’accumulation de fatigue, etc. J’ignore ce qui m’a amené à dormir dix heures d’affilée et d’avoir encore sommeil… enfin, on ne dira pas que je suis peu actif au MDF, si je compte le nombre de prestations vu à date: 21 depuis jeudi! La qualité de la programmation et le choix des spectacles, tout comme l’épuisement de fin de soirée, m’amène à faire des choix un peu difficiles.

La journée d’hier a été placée sous le signe des retours et du savoir-faire des vétérans de la scène thrash. Je pense notamment à Tankard. Le spectacle d’hier va sûrement rester dans la mémoire des festivaliers! Il fallait voir le moshpit impressionnant répondant à l’enthousiasme des Allemands sur scène, lesquels nous ont défilé les “The Morning After” et autre “Chemical Invasion“. Que dire aussi de Sacrifice, également dans une forme splendide après toutes ces années… j’en reviens toujours pas de les voir plus de 25 ans après avoir été présent à un de leurs spectacles à Québec, avec Soothsayer et Cremains. Leurs chansons n’ont pas pris une ride, alors que les membres du groupe ont presque tous perdu leurs poils! Je me suis surpris à chanter les paroles de “Pyrokinesis“, chanson que j’avais apprise avec mon tout premier groupe en 1988. Unleashed n’a pas été en reste, les Suédois ont rappelé qu’ils étaient encore bien présents sur scène. Eux aussi ont assuré, à la plus grande joie de leurs nombreux fans. Idem pour Dark Angel, dont c’était pour moi une première après tant d’années d’attente. Un plaisir évident à jouer ensemble sur scène et une réponse unanimement positive du public ont crée aussi de beaux souvenirs impérissables.

Parlant de souvenir, une autre prestation mémorable a été celle de Sarke, groupe dont on retrouve à sa tête, Nocturno Culto (Darkthrone), sorti de sa Norvège pour monter une rare fois sur scène. Bien sûr, on a tous remarqué son état d’ébriété quelque peu avancé et comme il le disait lui-même, son incapacité d’être un “entertainer”. Il a réussi avec son groupe à ravir tous les spectateur présents avec ses compositions inspirées du thrash metal des années 80, mélangeant les références musicales à la Voivod et Celtic Frost. D’ailleurs, de ce dernier groupe, Sarke ont repris eux-aussi “Dethroned Emperor“. Et comme on ne s’y attendait pas, on a eu droit à une chanson de Darkthrone… ben oui! “Too Old Too Cold“, rien que ça. Ai-je fait subitement des envieux? He he he…

De ce samedi, je suis allé voir également le spectacle d’Entrails, dont le caractère purement suédois de son death metal est indéniable. Je ne connaissais pas ce groupe mais désormais, il peut me compter parmi ses fans, suite à sa prestation. Même chose pour God Macabre. Je serais redondant de répéter la même chose. De Nocturnus, j’avoue avoir été un déçu par la qualité discutable du son, même si le groupe a joué ses compositions avec un bel entrain. La soirée s’est achevée au Rams Head pour  un dernier spectacle, étant donné mon état de fatigue (et non d’ébriété, j’ai été sage!). J’espère TRÈS fortement que vous êtes allés voir Hooded Menace aux Katacombes lundi avec Beast Within. Ce que j’ai vu samedi m’a plu énormement. Imaginez un doom funeraire ultra-lourd, avec la voix la plus caverneuse possible que l’être humain peu avoir… wow!

Après la prestation de Hooded Menace, j’ai fait le déchirant choix de retourner à mon hôtel et me reposer… et ainsi rater les spectacles de Schirenc/Pungent Stench et Asphyx. Apres m’être réveillé difficilement le lendemain, il apparait que ce fut le choix le plus logique étant donné le programme de ce dimanche. Gorguts, Inquisition, Immolation, Wrathprayer, Candlemass et j’en passe. Il faut faire des sacrifices, n’est-ce pas?

A suivre!

Alain

FanView – Maryland Deathfest 2014 – Jour 2

10334288_706267859411721_8652003953068352637_n

Des gens qu’on dit chanceux (mais qui doivent surtout être considérés comme des gens qui savent ce qu’ils veulent et prennent les moyens pour l’obtenir) sont présentement au légendaire Maryland Deathfest 2014 à Baltimore et Alain Pérusse de Montréal en fait partie.

________________________________________

 

Toute une journée ce vendredi! Un temps idéal pour être dehors à écouter de la belle musique, malgré le vent du large qui manque de faire voler mon chapeau…

C’est un peu après 15h00 que le festival débute avec Castevet de New York, qui nous offre son black metal progressif assez lourd, idéal pour attendre un des groupes que j’attendais le plus cette fin de semaine, soit MGLA. Malgré la chaleur, les Polonais ont joué avec capuchons, masques et perfectos comme d’habitude… leur black metal a semblé avoir plu à un grand nombre de nouveaux fans, si je me fie à la réaction de la foule. Un moment fort du MDF, sans aucun doute.

Avec la musique de The Ruins of Beverast en toile de fond, du black bien lourd, je fais un tour rapide des kiosques de merch tous situés au même endroit, séparés des comptoirs de bouffe. The Ruins of Beverast assure avec son côté ambiant, aidé par la présence d’un claviériste mais qui n’adoucit en rien le caractère de leur prestation. C’est encore un autre groupe black d’Allemagne qui fait suite, Necros Christos dont plusieurs spectateurs attendaient impatiemment la présence, apparemment la première en sol américain. Ayant connu le groupe l’an dernier, je peux vous assurer qu’il n’a pas été décevant, loin de la! La voix caverneuse de leur chanteur résonne encore ce matin sur le terrain de l’Edison Lot!!! Alourdi par les t-shirts achetés (vous l’avez devinez, j’ai eu une liste par les copains…) je dois faire un aller-retour à l’hôtel, ce qui m’a fait manquer Solfastir

Une autre prestation incontournable pour moi et mes compagnons de voyage a été celle de Taake. Toujours aussi furieux, les Norvégiens en ont mis plein la vue et les tympans. Il fallait voir Hoest arriver sur scène avec une immense cape à capuchon noir, tel un Mephisto de cauchemar… en très grande forme, le groupe nous a livré ses blasphèmes de façon magistrale. Pour m’assagir un peu, comme si c’est possible, je suis allé voir ensuite les vétérans de Cancer dont je connaissais très peu la musique à l’époque. Leur death metal a plu à de nombreux spectateurs mais m’a laissé plutôt tiède, réalisant durant le spectacle que leurs compositions sont généralement du même moule. Quand même, leur reprise de “Dethroned Emperor” de Celtic Frost a été impeccable.

C’est Agalloch qui a suivi Cancer, un autre moment fort. Pour les amateurs plus mélomane, le groupe a livré une excellente prestation rappelant les paysages de l’Oregon, les landes et les forêts sous la lune, si ça peut donner une idée de leur black metal atmosphérique teinte de progressif. Le temps de voir et d’entendre At the Gates pour quelques-unes de leurs chansons m’amène à quitter le site de l’Edison Lot pour aller au Rams Head, afin d’y voir les prestations de Bolzer, Enthroned et Incantation. De Bolzer, ce fut une belle découverte, le duo guitare-batterie de Suisse nous a asséné un blackened death mémorable, je crois avoir été autant surpris que la plupart des spectateurs présents. De même pour Enthroned, les Belges ont été en très grande forme. Cette fois-ci, ils ne se sont pas faits voler le show comme aux Katacombes en 2010 par Destroyer 666! Du black puissant qui casse et amène les métalleux à s’épuiser devant la scène. Pour Incantation, je suis resté le temps de quelques chansons, convaincu comme il y a plus de vingt ans de cela aux Foufounes Electriques que ce groupe a composé selon un seul canevas. Pas que leur death metal soit mauvais, il est seulement… répétitif. En me rappelant aussi que la journée de samedi ne sera pas de tout repos, je rentre à l’hôtel pour enfin retirer mes bottes…

Alain

FanView: Maryland Deathfest 2014 – Jour 1

10334288_706267859411721_8652003953068352637_n

Des gens qu’on dit chanceux (mais qui doivent surtout être considérés comme des gens qui savent ce qu’ils veulent et prennent les moyens pour l’obtenir) sont présentement au légendaire Maryland Deathfest 2014 à Baltimore et Alain Pérusse de Montréal en fait partie.

________________________________________

Enfin, nous revoilà à Baltimore, la ville du crabe, d’Edgar Allan Poe, des Ravens, de The Wire, d’Hannibal Lecter et des Orioles!

Après les onze heures de route en deux étapes, la demi-heure perdue aux douanes, les orages à grêlons, les fast-foods et tout le reste, Judyth, Luc et moi sommes arrivés pour cette édition du Maryland Deathfest (MDF) avec un programme très chargés en groupes et en sensations. Cette année, le site est différents des autres éditions (j’en suis à ma quatrième, mine de rien…), soit un stationnement (Edison lot) et deux bars de spectacles, soit le Rams Head et le Baltimore Soundstage (pour les groupe punk, grind, hardcore et crust, auxquelles je n’ai pas accès car ma passe est limitée). Nous logeons à un hôtel très confortable, le Home 2, une version plus “écolo” de la chaîne Hilton.

Je suis allé voir une partie des spectacles prévus jeudi soir, soit ceux des groupes Torche et Coffins. Étant donné le retrait de Triptykon, suite au décès de l’artiste H. R. Giger, un grand ami de Thomas Gabriel, les prestations ont été allongées. Le Rams Head s’avère à la hauteur, voire même mieux que le Sonar pour accueillir le MDF. C’est même plus luxueux, c’est dire… à 7$ le verre de draft, en effet! J’ai bien hâte de voir ce qui sera disponible sur le site extérieur, je vais probablement passer quelques dollars en bieres Yuengling!

J’ai eu mon content de show avec Torche et Coffins, ces derniers vont d’ailleurs rejouer au Soundstage. L’ambiance était aux retrouvailles, je remarque plusieurs des spectateurs présents les années passées. Fatigué par la route et les quelques bières et verres de pastis pris à l’arrivée, je ne suis pas resté pour le dernier groupe, Crowbar, dont je ne suis pas un fan. Comme ce vendredi ne sera pas reposant, aussi bien faire des “sacrifices”, ha ha ha! Sur ce, je m’en vais récupérer la merch que j’ai déjà acheté d’avance.

A demain!

FanView pour Alcooliques Convertis

Dans la série FanView, nous nous servons de vous le public pour nous ramener des compte-rendus de spectacles ce qui nous permet d’en couvrir plus et ainsi permettre à tous, dont nous-même, de savoir un peu plus ce qui ce passe sur notre scène car faut l’avouer que ce n’est que par la collaboration de tous que Ondes Chocs peut tendre vers le don d’ubiquité. Maintenant qu’il est clair que c’est en gang qu’on réussit à tous savoir, voyons ce que Marilie Guay, relationniste pour Silver Wings Studios et Extensive Enterprise avait à nous raconter concernant cette soirée organisée au Club Soda par Jaune Prodz. – Lex

 

 1476314_565075480245986_1865115889_n

 

Mon mois de Janvier a été assez calme côté spectacles. Ça fait changement, puisque je suis habituée d’aller régulièrement à des évènements remplis de “pouèles” à chaque semaine. J’étais donc très enthousiaste à l’idée de me rendre au Club Soda samedi le 25 janvier. C’était une soirée du Club Hommage, organisée par les gars de Jaune Prodz avec Alcoholator en première partie et Goddamn Electric (hommage à Pantera) en tête d’affiche. Pourquoi je prends la peine de vous écrire ce texte, et bien c’est parce que Lex de Ondes Chocs m’a contacté en disant, il y a trop de shows à Montréal en fin de semaine, c’est encore malade! Ça te tente de nous parler du show où tu vas? Déjà forte(!!) d’une expérience d’un texte approuvé et publié sur leur site, je me suis dit, et bien pourquoi pas?

J’arrive donc au Club Soda une bonne vingtaine de minutes avant le commencement du spectacle avec mon éternel acolyte (alcoolyte) métalleux, Étienne Dufresne. Par exemple, on ne faisait pas vraiment honneur à la bonne broue ce soir là puisqu’on venait tout juste d’entrer dans une ère sèche (économique). Bien mauvaise soirée pour commencé la trêve puisque partout où l’on regardait, tout le monde avait une bière en main. Quelque chose me disait que le groupe qui ouvrait la soirée n’allait pas nous aider non plus…

Alcoholator sont sur scène et préparent leurs instruments. On sent la fébrilité dans l’air puisque le quatuor thrash n’a même pas joué une seule note que certains commencent déjà à se rentrer dedans. Les gars commencent enfin leur set avec leur chanson éponyme que j’aime tant. Bon choix! Il n’y avait pas encore énormément de spectateurs lors de leur prestation, les autres attendaient sûrement l’arrivée de Goddamn Electric

Je ne comprends pas les gens qui arrivent seulement pour la tête d’affiche. Il me semble que quand je vais à un show, je veux voir tous les artistes et j’aime en découvrir de nouveaux, mais bon ça c’est mon opinion.

Revenons à Alcoholator… Comme je disais, il n’y avait pas encore énormément de spectateurs, mais l’énergie était totalement là, beaucoup de gens bougeaient ou faisaient du headbang. Il faut dire que la musique du groupe rentre au poste. J’avais déjà vu le groupe quelques fois et ils ne m’ont pas déçu du tout. C’était vraiment le fun de les voir jouer sur une plus grosse scène. Les gars ont joué une nouvelle composition dont j’oublie le nom. Cette chanson était que trop folle, j’ai vraiment hâte d’entendre leur nouveau stock! Ils ont terminé leur set avec Drink Beer Or Die Trying et Matt Butcher, chanteur, a conclu en nous encourageant à boire et faire le party, juste pour nous achever Étienne et moi. Disons qu’on avait très soif, maiiiiiiiiiis on est fort, on résiste.
L’entracte passe assez vite et Fred de Jaune Prodz monte sur la scène pour animer un peu la foule et présenter le groupe. Je trouve ça vraiment le fun quand il y a un animateur dans les shows metal. Il devrait définitivement y en avoir plus souvent. Ça garde la foule alerte et ça nous fait connaître d’avantage les artistes (Clin d’œil à Dave Rouleau ici).

Goddamn Electric montent sur scène et débutent en nous présentant un Suicide Note part 2 bien intéressant, mais quelque chose manque décidément à la chanson… la guitare! Ils terminent la chanson, règlent les problèmes techniques et nous la rejouent au complet avec le guitariste. C’était définitivement plus épique comme ça.

J’avais déjà vu le groupe l’année dernière à Drummondville en première partie de Cryptopsy. À ce moment, ils portaient le nom de 101 Proof. Je dois admettre que j’ai trouvé le spectacle de samedi vraiment plus impressionnant dû à la salle et au nombre de personnes présentes. J’ai trouvé aussi que le groupe se donnait vraiment et jouaient bien leurs rôles. J’aimais bien les effets de lumières braqués sur le guitariste lors des solos et la voix du chanteur que je trouvais très représentative du travail de Phil Anselmo dans Pantera. Le groupe a joué longtemps et la foule ne se fatiguait pas. Ils nous ont servi des classiques tels Walk, This Love, Becoming ou bien Domination et naturellement plusieurs autres car toutes les tounes étaient à quelque part des succès lors de cette soirée.

J’ai malheureusement manqué la fin du spectacle, mais c’était pour faire mon devoir de passeuse de flyers. C’était le fun de voir tous les genres de personnes différents qui se retrouvent à un show Hommage. Je fais ce job de promotion pour Extensive Enterprise. Ils ont pleins de bons shows metal qui s’en viennent en Février et au printemps!  Vous pouvez voir la liste de leurs évènements ici si ça vous intéresse. Et puisque je suis déjà dans un mood de pub gratuite, je vais en faire un peu pour Silverwings Studios, puisque je travaille là-bas maintenant. Si jamais tu as un band et que tu souhaites enregistrer un album professionnel ou si jamais tu recherches un manager, passes nous voir au studio, on est bien fins! Plus d’infos ici.

C’est ce qui conclue mon petit compte-rendu pour le spectacle Hommage à Pantera du 25 Janvier dernier. J’ai eu pas mal de fun à voir les deux groupes jouer, c’était violent et efficace comme je m’y attendais. La trêve de boisson a été difficile, mais elle à valu la peine, grâce à ça j’ai gardé de bons souvenirs que j’ai pu partager avec vous. Reste à voir si cette habitude restera pour la tonne de spectacles de fou qui arrivent bientôt…!

Marilie Guay