Blind Guardian//Night Demon @ Olympia de Montréal – 10 mai 2024

Voici le compte rendu de Phil Grondin et les photos prises par Corinne Ainscow lors du spectacle de Blind Guardian présenté par Extensive Enterprise à L’Olympia de Montréal le 10 mai 2024 et qui mettait également à l’affiche la formation Night Demon.

 

Compte rendu

C’était un vendredi soir occupé à Montréal avec plusieurs spectacles organisés à travers la ville. Blind Guardian, Abbath, Soen et Grimskunk s’assuraient que les metalleux de Montréal et des alentours soient occupés. Mon choix s’arrêta sur le spectacle à tendance power metal avec Blind Guardian et Night Demon dans le cadre de la tournée « The God Machine Tour », présentée par Extensive Enterprise. C’est un Olympia plein à craquer qui affiche complet que se produira le groupe mythique d’Allemagne après plus de 8 ans d’absence. La dernière fois que le groupe s’avait produit dans la métropole était dans le cadre du Heavy MTL en 2016.

 

Night Demon

Night Demon entre sur scène à 20h. Le trio arrive et s’assure de réchauffer la salle avant l’arrivée de Blind Guardian. Directement de la Californie, Night Demon exécute un heavy metal que je pourrais qualifier de simple. Au point de vue instrumental, la mélodie est simple et bien exécutée, mais je ne trouvais pas le « hit factor » qu’il manquait pour que le groupe m’accroche vraiment. En tant que tel, Night Demon est un excellent groupe pour les gens qui aimaient le style, ce n’est juste pas ma tasse de thé. Qualité sonore, nous entendons très bien les instruments et les riffs sont très intéressants. Côté interaction, le groupe n’hésite pas à utiliser la grande scène de l’Olympia pour se déplacer et interagir avec la foule, ce qui rend leur prestation intéressante à ce niveau. Night Demon a pu jouer des chansons de leur répertoire pendant plus de 45 minutes et a su se gagner des fans ! Plusieurs personnes sont allées chercher des gilets à la table de merch ! Bref, un excellent opener, juste pas ma tasse de thé. Je reconnais leur talent malgré tout !

 

 

Blind Guardian

Olé ! Olé ! Olé ! C’est ce que nous pouvons entendre avant l’arrivée de Blind Guardian. La foule était déjà déchaînée même avant que le groupe mette un seul pied sur scène. Abordant la bannière du dernier album nommé « The God Machine » en arrière scène,  la troupe de Hansi Kürsch arrive et commence en force avec la très célèbre « Imaginations From the Other Side ». La foule perd tous ses moyens et chante en unisson le refrain. Nous voyons que le retour de Blind Guardian était plus qu’attendu, l’énergie qui se dégageait de la foule était tout simplement incroyable. Le jeu de guitare est impressionnant et puissant et nous croyons presque entendre la pièce version studio mais joué en live. La voix de Hansi est impeccable et il nous démontre son énorme talent et la variété de son vocal tout au long de leur performance.

Entre les différentes pièces, Hansi n’hésite pas de parler à la foule et faire une petite introduction entre chaque pièce. Moment fort de la soirée, nous avons « The Bard’s Song » chanté en unisson par la foule. Hansi a eu une petite pause et a seulement dû chanter que 2 lignes. Quel beau moment ! Tout au long de la soirée, nous avons des classiques des différentes époques du groupe tels que « Nightfall », « Valhalla » et « Mirror Mirror ». Parlant de Mirror Mirror, cette pièce a été jouée en rappel et était supposée être la dernière pièce de la soirée. La foule scande déjà MAJESTY! MAJESTY ! MAJESTY ! Cette pièce est un incontournable de Blind Guardian étant leur premier vrai classique tiré de leur premier album. Après que Mirror Mirror aille été joué, le groupe se consulte et doit s’être dit en Allemand : « Let’s go les boys, on la joue ! ». Hansi spécifie que cette pièce n’est généralement pas jouée dans les autres villes, mais la foule montréalaise a convaincu Blind Guardian de prolonger la soirée de quelques minutes.

C’est après deux heures de classiques, headbang, bodysurfing et moshpit que la soirée se complète au grand plaisir des fans de Blind Guardian, groupe légendaire qui mérite amplement ce titre. Espérons un retour prochainement et non dans 8 ans comme la dernière fois !

Setlist :

  1. Imaginations From the Other Side
  2. Blood of the Elves
  3. Nightfall
  4. The Script for My Requiem
  5. Violent Shadows
  6. Skalds and Shadows
  7. This Will Never End
  8. Secrets of the American Gods
  9. The Bard’s Song – In the Forest
  10. Time Stands Still (At the Iron Hill)
  11. Lost in the Twilight Hall

Rappel :

  1. Sacred Worlds
  2. The Quest for Tanelorn
  3. Valhalla
  4. Mirror Mirror
  5. Majesty

 

 

-Journaliste: Phil Grondin
Photographe: Corinne Ainscow

Amon Amarth//Cannibal Corpse//Obtiuary//Frozen Soul @ Centre Vidéotron, Québec – 11 mai 2024

Voici le compte rendu de Jean-Daniel Poirier et les photos prises par Vicky Fillion lors du spectacle de Amon Amarth présenté par Gestev et Live Nation au Centre Vidéotron de Québec le 11 mai 2024 et qui mettait également à l’affiche Cannibal Corpse, Obituary et Frozen Soul.

Frozen Soul

Ce n’est pas la première fois que je voyais Frozen Soul sur scène, je les avais vu lors de leur passage avec The Black Daliah Murder en 2023 à Montréal. J’avais particulièrement apprécié leur setlist. Leur musique est vraiment pesante. Leurs riffs de guitares sont accrocheurs, lents et réellement audibles. Il n’y a pas trop de notes qui complexifient la chose. Simple et efficace. Ils sont plutôt statiques sur scène et headbang en même temps.  Le chanteur, quant à lui, a bien géré l’audience qui n’était pas encore nombreuse, vu l’heure hâtif du spectacle. L’éclairage était exclusivement bleu, ce qui a créé une ambiance vraiment dark. Les amateurs de Death Metal oldschool ont été choyés par leur setlist. Et selon moi, Frozen Soul a gagné plusieurs fans ce soir !

 

 

Obituary

Ils nous livrent du très bon Thrash Death. Ce sont de très bons musiciens. J’aime réellement la dynamique de ce groupe. Leur musique est oldschool, mais ils ont bien intégré des éléments modernes au niveau de leurs riffs. C’est vraiment accrocheur comme musique et il était impossible de ne pas headbanger.

La scène était vraiment trippante avec leur bannière et plusieurs fogs machines avec des spots rouges ou verts qui donnent un effet sombre. Il y a aussi des stroboscopes qui éclairent la foule. Les musiciens pourraient bouger plus sur scène, mais sinon, leur présence sur scène est plutôt bonne. À un moment, il y avait deux personnes derrière là batterie, ce qui a ajouté beaucoup au niveau de la percussion. Je ne suis pas un grand connaisseur du groupe, mais je tiens à vous dire que je vais changer les choses. Ils m’ont vraiment impressionné et ce n’est pas la dernière fois que je vais les voir en spectacle.

 

 

Cannibal Corpse

C’est avec la pièce Scourge of the Iron que le groupe monte sur scène. C’est avec une assurance incroyable que Corpse Grinder arrive sur scène en se faisant tourner les cheveux comme lui seul sait le faire. Le groupe nous livre une performance sensationnelle avec la précision d’une coupe de viande faite par un boucher. C’est à la pièce I Cum Blood que le chanteur (Corpse Grinder) s’adresse au public pour la première fois. C’est aussi à ce moment que le pit a réellement pris vie. Il a aussi défié tout le monde de l’audience d’essayer de le battre dans le headbang sachant très bien que personne ne serait à la hauteur.

À la blague, plus précisément à la chanson Stripped, Raped and Strangled, il a dit que c’était la dernière chanson, mais ils ont enchainé en vitesse avec Hammer Smashed Face qui est leur plus grand classique.

Malheureusement, il manquait de vieilles chansons, dont The Spine Splitter, Addicted to Vaginal Skin et Staring Through the Eyes of the Dead.

Sinon, très bon setlist et de pouvoir voir Cannibal Corpse dans une si grande salle avec un excellent son aura certainement marqué de nombreux fans.

Setlist

Scourge of Iron
Blood Blind
Inhumane Harvest
Evisceration Plague
Death Walking Terror
I Cum Blood
Summoned for Sacrifice
Stripped, Raped and Strangled
Hammer Smashed Face

 

 

Amon Amarth

C’est sur un stage tout simplement époustouflant que le groupe se présente. Il y a deux statues de vikings sur la scène (qui ont été remplacées par deux drakkars plus tard dans la soirée), le batteur joue dans une réplique géante de casque Viking. Il y a également plusieurs sets d’escaliers qui permettent aux musiciens de se promener plus allègrement. Ce que fera à plusieurs reprise le chanteur Joan Hegg en courant.

C’est avec la chanson The Pursuit of Vikings que le groupe commence les hostilités. Le chanteur avait un gilet des Nordiques de Québec à son arrivée sur scène, ce qui a plu aux fans sur place. Leur de la deuxième chanson, Tattered Banners and Bloody Flags, il y avait deux soldats qui brandissaient des drapeaux au rythme de la musique. Plus loin dans le spectacle, dans la chanson Deceiver of the Gods, un personnage cornu s’est invité sur scène, il s’agissait de Loki, le dieu de la malice, de la discorde et des illusions. Celui-ci fut chassé d’un coup de pied par le chanteur. Par la suite, pendant la chanson Put Your Back Into the Oar, il y a eu un combat entre deux vikings. La pièce Shieldwall avait, elle aussi, son lot de surprise, une quantité de Viking est monté sur scène armée de leur hache et de le bouclier.

La chanson Raise Your Horms a été un moment clé selon moi. Le chanteur a encouragé les gens à chanter le refrain. C’était vraiment beau à voir et entendre.

Quoi de mieux que Twilight of the Thunder God pour terminer un concert ? C’est avec Mjöllnir et un serpent en arrière-plan que la chanson commence. Il y a beaucoup de simulations d’éclairs avec l’éclairage, ce qui rend justice à la chanson.

Il y a toujours quelque chose qui se passe sur la scène et je suis certain d’avoir raté plusieurs choses. Cependant, j’ai un gros bémol sur un aspect en particulier  de leur présence scénique. Je suis quelqu’un qui déteste au plus haut point les moments chorégraphiés. Et malheureusement, ils en ont beaucoup. Selon moi, ça enlève toute la spontanéité et le naturel du spectacle. Et d’un autre point de vu, ma collègue photographe apprécie énormément ces moments puisque souvent le tout arrive à des moments clés de la prestations, cela créé un moment fort et visuellement intéressant.

Malgré ce point négatif, Amon Amarth a livré la marchandise et on donné un visuel époustouflant!

 

Setlist

The Pursuit of Vikings
Tattered Banners and Bloody Flags
Guardians of Asgaard
Raven’s Flight
Blood Eagle
Deceiver of the Gods
As LokeFalls
Find a Way or Make One
Put Your Back Into the Oar
The Way of Vikings
Heidrun
War of the Gods
Shield Wall
Raise YourHorns
Twilight of the Thunder God

 

-Journaliste: Jean-Daniel Poirier
Photographe: Vicky Fillion

Enterprise Earth//Inferi//Crown Magnetar//Tracheotomy @Théâtre Fairmount, Montréal – 30 avril 2024

Voici les photos prises par Guillaume Gélinas lors du spectacle de Enterprise Earth présenté par Extensive Enterprise au Théâtre Fairmount de Montréal le 30 avril 2024 et qui mettait également à l’affiche Inferi, Crown Magnetar et Tracheotomy.

 

Architects//Of Mice & Men//While She Sleeps @ MTelus, Montréal – 4 mai 2024

Voici le compte rendu de Jean-Daniel Poirier et les photos prises par Vicky Fillion lors du spectacle de Architects présenté par Extensive Enterprise au MTelus de Montréal le 4 mai 2024 et qui mettait également à l’affiche Of Mice & Men et While She Sleeps.

 

 

While She Sleeps

C’est avec une grosse bannière indiquant Sleeps que le premier groupe, While She Sleeps monte sur scène à 19h exactement.

Ce que j’aime de leur musique et de cette première partie, c’est la variété dans les styles abordés. On passe du metalcore au rock et même à l’alternatif par moment. Ils nous livrent une performance sans faille. Ils ont bien réussi leur coup pour réchauffer l’audience. Le bodysurfing était à l’honneur et le groupe a demandé un wall of death et ce qu’il a eu sans aucun problème!

Les chansons sont vraiment bien construites et elles accrochent l’oreille. Le point fort, selon moi, est la voix clean du guitariste. Elle est réellement puissante et apporte énormément au groupe. Ils ont également beaucoup d’énergie sur scène. Cependant, je n’aime pas le fait que ce soit vraiment chorégraphié au niveau des instruments à cordes. Ça enlève de la spontanéité à leur performance, mais sinon, le groupe a été une découverte pour moi!

 

 

Of Mice & Men

Of Mice & Men arrive sur scène pour nous présenter un setlist qui est plutôt bien monté et équilibré en intensité. Malheureusement pour ce groupe, le son n’était absolument pas au top. Les voix n’étaient pas suffisamment fortes. Le scream était à peine audible et quand le clean embarquait, je ne sais pas ce qui se passait au niveau du soundman, mais on aurait dit qu’il avait mis seulement des mid. Malheureusement, je n’ai pas réussi à apprécier sa voix à cause de ce détail qui, selon moi, est majeur. Les musiciens livrent une performance plutôt tight avec un niveau de professionnalisme élevé. Leurs riffs sont plutôt intéressants et les structures au drum sont vraiment efficaces. Ça groove à fond et la foule n’a pas cessé de bouger.

Somme toute, le groupe livre une solide performance. Un groupe à revoir, dans un avenir proche, avec une meilleure qualité de son pour que je puisse faire une critique plus objective du groupe.

 

 

Architects

C’est avec un montage de scène très bien calculé que le groupe lance les hostilités. Le visuel est vraiment à couper le souffle. Des écrans qui projettent des images, le fait que la scène soit sur deux étages. Il y a énormément de travail derrière leur spectacle. La batterie et les claviers sont au 2ᵉ étage. Le bassiste et un guitariste qui jouent également du clavier sont donc à l’étage supérieur. Deux des guitaristes et le chanteur sont au rez-de-chaussée.

Je n’étais pas prêt à ça. Musicalement, les musiciens livrent la marchandise à la perfection. J’appréhendais énormément le côté vocal, mais ce fut aussi sans failles. Cependant, je crois avoir entendu un peu d’autotune à certains moments (effet voulu? Aucune idée). Les riffs sont vraiment accrocheurs, le drummer est plutôt technique dans ses partitions. J’ai constaté que leur spectacle est complètement axé sur le visuel de la scène. C’était vraiment impressionnant.

Cependant, j’ai trouvé que les musiciens étaient plutôt statiques. Avec une scène du genre, il y a énormément de place à couvrir et selon moi, il y a eu un gros manquement à ce niveau. Heureusement, le chanteur avait une bonne prestance et prenait beaucoup de place. J’ai vraiment ri quand j’ai réalisé qu’il buvait du thé. Ce n’est pas vraiment metal! (À ne pas prendre au sérieux.)

Le moment fort de leur setlist selon moi, est la chanson Doomsday. C’est une pièce réellement entrainante et qui met l’aspect vocal au premier plan. J’ai bien aimé le fait qu’ils demandent un circle pit autour d’un de leurs caméramans qui se tenait dans le pit. J’aimerais bien voir les images. Sinon, ils ont terminé avec la chanson Animals, ce qui termine vraiment bien une soirée aussi énergique.

Chapeau à Architects pour ce deuxième soir vraiment endiablé et qui affichait complet!

 

-Journaliste: Jean-Daniel Poirier
Photographe: Vicky Fillion