Cries Of Blood//Empire De Mu//Arkos @ Rock Café Le Stage, Trois-Rivières – 28 janvier 2023

Voici le compte rendu de Jean-Daniel Poirier et les photos prises par Vicky Fillion lors du spectacle du Metal Night présenté au Rock Café Le Stage de Trois-Rivières le 28 janvier 2023 et qui mettait à l’affiche Cries Of Blood, Empire De Mu et Arkos.

Arkos

Je ne suis pas un fan de black metal à la base, mais ce groupe à un je ne sais quoi qui a captivé mon attention. Possiblement que c’est car l’un des éléments que je n’aime pas du black (Burzum, Mayhem et compagnie) est absent, c’est-à-dire le vocal qui, a mon oreille, est plutôt agressant. Heureusement pour moi, les deux chanteurs sont excellents, les deux voix se complètent à la perfection et la chimie est au rendez-vous.

Les riffs sont accrocheurs à souhait. Ils ne sont pas simplistes et c’est vraiment bien construit. J’aime le fait que ce soit mélodique. Les solos sont vraiment bien exécutés. Le bassiste-chanteur a toute une voix. Et ses partitions sont vraiment bonnes. J’ai vraiment apprécié le fait qu’il mette sa basse de côté pour aller faire de la percussion. Le drummer est vraiment bon. Il est tight, il blast quand c’est le temps, mais il sait aussi mettre son jeu en veilleuse quand la chanson le demande.

Pour être franc, Arkos m’a fait sortir de ma zone de confort et j’ai vraiment aimé l’expérience. Félicitation les gars. Vous tenez quelque chose de très bon entre les mains.

 

Empire De Mu

Que dire d’Empire de Mu, ce sont d’excellents musiciens.  Le tightness au rendez-vous, la rapidité et la mélodique aussi. C’est comme si  un train m’avait percuté.

Les riffs de guitare sont vraiment bons et recherchés. C’est vraiment technique et brutal. De plus, le picking du guitariste est précis et tranchant. Il y a énormément de travail dans les partitions.

Du coté de la basse, ça groove et il a une très belle prestance sur scène. De plus, j’aime ses partitions, ce qu’il joue vient bien complémenter les riffs de guitare. Le drummer, c’est littéralement une machine. Il blast, les bass drums sont dans le tapis, il est vraiment tight et à la vitesse qu’il joue, ça tire de l’exploit. De plus peu importe la vitesse, sa vélocité reste toujours la même. Thumps Up!

Pour en ajouter sur le lot, nous avons droit à une chanteuse de style opéra/classique. Celui-ci est juste et puissant. Il y a énormément de contrôle et de technique qui se cache derrière cette voix. Parfois, elle utilise un vocal plus conventionnel qui était tout aussi juste. De plus, elle a une bonne interaction avec le public et sa présence sur scène est vraiment impeccable.

Le professionnalisme est au rendez-vous avec ce groupe. Empire De Mu est une expérience à ne pas manquer!

 

Cries Of Blood

De l’Orchestral Tech Death, déjà là avec le style ils ont toute mon attention. Dès les premières notes, je fus conquis. Les guitaristes sont tout simplement hallucinants. Les riffs sont vraiment bons, accrocheurs, techniques et mélodiques. Les solos sont tout simplement fous. C’est très bien exécuté.

Pour la basse, ce qu’il fait, ça s’importe à la perfection aux chansons. Quoique je le trouve un peu statique sur scène, mais rien d’alarmant. Pour ce qui est du drum, nous avons droit à quelque chose de technique et rapide. Le tout étant bien exécuté. J’aime vraiment son playing.

Le chanteur a toute une voix et sa présence scénique est parfaite. Avec les orchestrations qui rajoutent un côté mélodique, tous les éléments pour me plaire sont réunis. Je considère que ce groupe est ma découverte de la soirée. Allez jeter un œil à ce groupe je les recommande.

Ce fut une TRÈS belle soirée avec des groupes de qualité. Malheureusement, ce genre de concert aurait dû attirer plus de monde. Mais malgré tout, ce fut une soirée mémorable. Merci aux groupes et à l’organisation!

-Texte: Jean-Daniel Poirier
Photos: Vicky Fillion

Maeskyyrn//Shroud//Drowning in Blood @ Piranha Bar, Montréal – 27 janvier 2023

Voici le compte rendu de Daniel Drolet et les photos prises par Yohann Steinbrich lors du spectacle de Maeskyyrn présenté par Dungeon Works Productions au Piranha Bar de Montréal le 27 janvier 2023 et qui mettait également à l’affiche Shroud et Drowning In Blood.

 
Du Thrash au Black Metal dans un Dongeon

Ce soir, je suis allé rejoindre le soundman et producteur Alain Londero qui faisait le son pour le show de Maeskyyrn, Shroud et Drowning in Blood. Je ne m’attendais à rien de spécial à mon arrivée et je me réserve toute la surprise pour découvrir ces trois formations québécoises. La soirée est une présentation de Dungeonworks Productions, ce qui veut dire que ça se devait d’être vraiment solide.

 

Drowning In Blood

Ma première surprise se manifeste avec la prestation du groupe Thrash Metal nommé Drowning In Blood. Wow, je trippe, c’est en plein ce que j’ai le goût d’entendre avec des riffs rapides et puissants. Je ne connaissais pas ce groupe et je suis bien content d’avoir fait leur découverte ce soir. Il s’agit d’un projet qui mérite d’être découvert si vous êtes amateur de Thrash Metal rapide et mélodique. Ils nous ont même offert un cover de Johnny Cash sauce DIB vers la fin de leur set. Surveillez ce groupe, ils ne méritent que d’être vu et entendu.

 

Shroud

Shroud c’est avec Zac Osiris et c’est très bon honnêtement, j’adore la sauce mélodique de ce groupe de Black Thrash. Personnellement, c’est en plein dans ma palette de musique.

Ce quatuor est puissant, parfaitement balancé et définitivement fait pour brasser une salle de monde pas prêt à se faire réveiller. Une excellente découverte que je ne m’attendais pas à faire ce soir. Les mélodies sont vraiment puissantes et chaque musicien de ce quatuor ajoute sa force à l’ensemble, ce qui donne un résultat des plus intéressant et explosif. Bien que j’affectionne particulièrement le travail de Zac à la batterie, je dois dire que les guitares, la basse et le vocal déchirent complètement.

Par moment ça me fait penser à du Sodom, Kreator ou encore à du Sacrifice. Vraiment très bon comme livraison mélodique. Je tiens à mentionner que leur solos sont vraiment malades, pour vrai j’invite les amateurs de musique à surveiller Shroud.

 

Maeskyyrn

C’est le tour de Maeskyyrn d’entrer sur scène avec leur chanteur gigantesque. Bon, là on a affaire à un autre registre puisque Maeskyyrn c’est du Black Metal. Il y a beaucoup de boucane sur scène puisque l’encens accompagne les chandeliers et les flammes de chandelles. C’est bon. L’atmosphère sombre et pesante est de mise au cours de l’introduction du groupe.

Quand le vocaliste se met à chanter, on reconnaît le style Black Metal qui prend sa forme à travers les mélodies de guitares. Très atmosphérique comme approche, malgré le fait que l’on ne voit pas le visage du chanteur, sa voix demeure puissante et parfaite pour accompagner les mélodies propagées par les musiciens de la formation. Les guitares 7 et 8 cordes et la basse à 6 cordes dont l’expérience ajoutent un quelque chose qui rend l’aventure des plus intéressante et agréable. Ils nous ont même offert une nouvelle composition « And there was a veil » qui se retrouvera sur le prochain album.

Solide performance et d’une grande qualité mélodique contenant une belle variation dans l’approche vocale.

Excellente soirée et je suis définitivement heureux d’avoir assisté à cette production de Dungeon Works Productions. Soirée de feu avec des groupes ultra puissants. Le mix des trois formations est parfaite et les gens dans la salle ont vraiment aimé leur soirée.

 

-Photos: Yohann Steinbrich
Texte: Daniel Drolet

Change My Brain With Cakes//Hempress//LDAW @ Taverne Royale, Trois-Rivières – 21 janvier 2023

Voici le compte rendu de Jean-Daniel Poirier lors du spectacle de Change My Brain With Cakes, Hempress et Last Dance Among Wolves présenté à la Taverne Royale de Trois-Rivières le 21 janvier 2023.

Last Dance Among Wolves

À ma grande surprise, c’est à 20h tapant que le concert a débuté. Last Dance Among Wolves avait la tâche de lancer les hostilités. Je n’en suis pas à mon premier marathon avec les loups puisque j’ai déjà partagé la scène à quelques reprises avec eux durant le Breakout Tour. Par contre, c’est la première fois que j’ai l’opportunité de les voir sans avoir le stress de monter sur scène le même soir. Donc, cette fois je pouvais vraiment dire que je profitais de leur concert.

Comme à l’habitude, ils nous offrent une performance remplie d’énergie. Les gars sautent partout, le guitariste est vêtu comme un lutteur et se tire partout. L’autre guitariste a une très bonne prestance sur scène quoique moins extravagante que notre lutteur, anciennement M. léopard hahaha..

À la basse, ce que j’ai vraiment apprécié en comparaison du Breakout Tour, c’est que maintenant, il prend sa place sur scène. Il ne se tient plus en retrait comme il avait l’habitude de le faire lors des derniers concerts que j’ai vu de LDAW. C’est un nouveau bassiste que je vois sur scène. Thumbs up!

Pour ce qui est de la batterie, rapidité et vélocité sont au rendez-vous. Les partitions sont très bien construites. Rien à dire de ce côté. La job est très bien faite. Maintenant, parlons du vocal. Le chanteur, du haut de ses 4 pieds 10 a un vocal impressionnant. Sa versatilité est incroyable : growl, fry scream, clean, name it. Il y a de tout dans ce show. Sans oublier qu’il a de l’énergie à revendre. Il est partout et a une très bonne interaction avec le public.

Si vous voulez faire le party, une dernière danse avec les loups s’impose. Très bon spectacle les gars!

 

Hempress

Un groupe que je ne connaissais pas.

Je ne savais pas à quoi m’attendre de ce groupe de Gatineau à part qu’ils œuvrent dans le doom métal. Ils ont un son relativement lourd, limite oppressant. Les riffs de guitare sont vraiment bons. Rien de très technique, mais vraiment efficace.

Pour ce qui est de la basse, il fait exactement ce qu’il faut. Il accompagne vraiment bien ses frères de cordes. Le drummer a un très bon groove et il est vraiment tight. Pour ce qui est du vocal, il sonne plutôt grunge.

Ils ont une très bonne prestance sur scène. Les solos de guitare sont vraiment bons. J’ai relativement apprécié leur set mis à part que j’avais l’impression qu’il y avait une guitare out of tune en permanence. Probablement que ça fait partie du style. J’ai vraiment aimé leur interprétation de Sweet Dreams (le début de la chanson, car ils ne l’ont pas terminée) qui sonnait un peu comme la version de Marilyn Manson mais en plus lente.

Somme toute mon expérience avec Hempress fut agréable. Bon show!

 

 

Change My Brain With Cakes

Un band que j’ai eu l’occasion de découvrir lors du Québec Rock Contest. Ce groupe est selon moi unique en son genre. Ils ont tout ce qu’il faut pour percer. Ils ont le look, ils ont l’originalité et on va se le dire, leur musique a de quoi accrocher l’oreille. Ils nous offrent un métal industriel rempli de séquences. Leurs chansons ont de quoi attirer l’attention de tous par leur originalité.

Le drum est vraiment tight et très imaginatif. J’aime qu’il y ait des changements draconiens dans ses partitions. En plus, il chante! Un drummer accompli. Du côté de la guitare, les riffs sont vraiment bons et efficaces. Il a un tone qui me plaît réellement.

Que dire de la bassiste? C’est une boule d’énergie pure. Elle saute, se promène dans la foule, elle headbang et ses partitions sont groovy. J’adore vraiment son style de playing. Pour ce qui est des chanteurs, ils font un très bon duo, les deux ont des vocaux totalement différents et ils se complètent totalement et sans failles.

Il y a énormément d’action sur la scène ce qui rend l’expérience Change My Brain With Cakes encore plus captivante. Le concept du groupe est totalement hallucinant.

Si vous avez l’occasion d’aller les voir en show, n’hésitez pas, car l’expérience est au rendez-vous!

-Texte: Jean-Daniel Poirier
Photos: Joé Lacerte

Sword//Deraps//Ültra Raptör @ Impérial Bell, Québec – 15 janvier 2023

Voici la critique de Paul Lanoue et les photos prises par Charles-Alexandre Tourchot lors du spectacle de Sword présenté par Heavy Montreal et District 7 Production à L’Impérial Bell de Québec le 15 janvier 2023 et qui mettait également à l’affiche Deraps et Ültra Raptör.

Ültra Raptör

20h pile le quintet de la ville de Québec, Ültra Raptör arrive sur scène habillé de leather n’spikes et lunettes fumées à la Judas Priest, allant même à porter la ceinture de balles. Belle touche.

L’attaque brutale commence avec Missile qui est la première piste sur leur dernier album sorti en 2021. Du Speed Metal avec un mélange de Power Metal comme on aime. Le lead guitariste, Cristobal Raptollini, est intense et me rappelle le style à Herman Li en spectacle. Très impressionnant. Ensuite, on suivi les pièces Gale Runner, Raptor Riders, The Quest for Relics tous tiré de l’album Tyrants.

Le chanteur, Philip Thunder Lundqvist, nous a servi de la tonalité ultra basse tout en allant à super aigue. Il a un excellent contrôle de sa voix. Cadillac and Diamonds, seule piste de leur album sorti en 2018, piste extrêmement rapide.

Antonio Broncosaurus aux drums et Nikolai Kalashnikov au rythme guitare font un excellent travail de garder le beat d’attaque et d’agression. Caustic Shower donne le ton trash et de speed métal rempli de dive bombs ce qui nous donne droit à un circle pit spontané avec des éclaboussements de bière pour bien finir leur set. Je vous conseille d’aller les voir en show.

 

Deraps

Deuxième band, Deraps est un autre band que je ne connaissais pas. Avec un album sorti en 2022, ce trio est de la région de la Beauce, avec un drummer qui est australien. Avec une foule déjà assez bien réchauffée, le chanteur/lead guitariste, Jacob Deraps, commence avec un solo à la Eddie Van Halen très bien exécuté.

Première piste, Sex, Drugs and Rock N’Roll, wow quelle énergie. Le chanteur est un mélange de Diamond Dave et de Eddie Van Halen à l’époque quand Van Halen était à leur meilleur, en ’79. Suivi de My Side of Town, Make Ya Groove et Wild to The Women tous une après l’autre faisant monter l’énergie dans la salle.

Place à un solo de guitare exécuté à la perfection, juste assez long et impressionnant. Avec Fuck Off, l’énergie est à son peak et la foule semble toute aussi impressionnée par leur présence sur stage. Avant la dernière piste, on a eu droit un solo de drum juste assez long toute en faisant participer la foule.  Dernière piste, Ballroom Blitz joué agréablement comme je ne l’avais jamais entendu.

William Lachance, le bassiste et back vocals est aussi un excellent musicien avec le style des années 80. Bonne présence sur la scène et il a un bon rapport avec la foule. Le drummer et back vocals, Josh Gallagher était en feu tout au long du spectacle. Malgré qu’il fût derrière son kit de drum, il gardait un œil constamment sur la foule avec le plus gros sourire. Il était aussi présent et visible que le reste du band.

Deraps un band à voir absolument en spectacle. Leur tournée se poursuit avec des dates à Alma, Trois-Rivières, St Frédéric, Rimouski et Vallée Jonction.

 

Sword

La foule étant bien réchauffée et  voilà le temps de voir Sword en show. La dernière fois que j’ai vu Sword s’était en 1986 au Vieux Port de Montréal. L’intro de guitare et da base allume la foule et le band se lance avec la piste Bad Blood, première track de leur dernier album intitulé lll. Rick Hughes est en pleine forme, physiquement et vocalement. Il est toujours capable d’aller chercher les notes élevées.

Dan Hughes au drum n’a pas chômé à garder le beat toute au long de la soirée. Il est un excellent batteur. Mike Larock à la base garde toujours une excellente présence sur scène et est en contact visuel constamment avec la foule toute en trouvant la capacité de donner des high five ici et là sans manquer une note. De l’autre côté du stage Mike Plant à la guitare donne une excellente performance de rythme et de lead. Performance très tight avec une tonalité impeccable.

Un setlist qui satisfait les nostalgiques ainsi que les nouveaux fans. 19 tracks au totale servies en bloque de trois pièces tirée de chacun des albums. Ils ont joué les classiques Children of Heaven, Stuck in Rock, Stoned Again, End of the Night, Dare to Spit, Outta Control, FTW et finalement Evil Spell en rappel. Tous de l’album Metalized sortie en 1986.

On a eu aussi droit à Trouble Is, Land of The Brave, Until Death, The Threat, Prepare to Die et la chanson titre de l’album Sweat Dreams. Du nouvel album on a pu entendre In Kommand, Dirty Pig, Unleashing Hell, Took my Chances et Not me, No Way.

Un band à voir définitivement en spectacle pour les fans de métal. L’énergie sur la scène est transposée dans la foule et vice versa. Sword a su capter la foule du début jusqu’à la fin sans temps mort.

-Texte: Paul Lanoue
Photos: Charles-Alexandre Tourchot

Sword//Deraps @ Théâtre Corona, Montréal – 14 janvier 2023

Voici la critique de Jean-Daniel Poirier et les photos prises par Vicky Fillion lors du spectacle de Sword présenté par Heavy Montréal et Greenland Productions au Théâtre Corona de Montréal le 14 janvier 2023 et qui mettait également à l’affiche l’excellente formation Deraps.

Deraps

Dès leur apparition sur scène, nous retournons directement dans les bonnes années de Motley Crüe avec leur look léopard, cuir et paillette. Ce power trio avait la grande tâche de réchauffer la salle qui, rappelons-le, affichait Sold Out.

Nous avons eu droit à une solide prestation. Les musiciens sont excellents. Le guitariste, Jacob Deraps, a débuté le concert avec une super passe de tapping qui ne m’a pas laissé indifférent. Il est vraiment bon autant dans les riffs que dans les solos. Il a une très belle prestance sur scène en plus de sa voix très impressionnante. C’est sans aucun doute un musicien accompli.

Du côté de la basse, il y a beaucoup d’énergie qui se dégage de William Lachance. J’aime vraiment la dynamique des partitions. Les côtés techniques et accompagnements sont bien dosés. J’ai vraiment aimé ce côté de la basse.

Pour le drum, nous avons droit à tout un drummer. Josh Gallagher est précis, imaginatif et en plus il a toute une voix. Il va chercher des high pitch à la Priest. Un côté vraiment puissant du groupe c’est que tout le monde chante et les trois voix se marient à merveille.

Pour réchauffer l’audience, ces gars-là sont des machines. Nous avons eu droit en prime à un solo de guitare très rapide et technique. Très bon show et les musiciens sont très professionnels par leur attitude et par la qualité de leur musique

 

Sword

J’ai eu l’opportunité de les voir à Trois-Rivières cet été lorsqu’ils ont ouvert pour Anthrax donc je n’en suis pas à ma première fois avec Rick Hughes et sa gang. Lors de leur concert à Trois-Rivières, le drummer était différent car il s’était blessé. Alors ce soir j’assiste pour la première fois à un concert de Sword avec le line up officiel et complet et ils n’ont pas vraiment besoin de présentation.

On s’entend que le groupe existe depuis 1980. Lors de leur premier concert, je n’étais même pas dans les pensés de mes parents et je vois mes 40 ans arriver à grand pas. Les gars ont plusieurs années derrière la cravate, ils sont bien rodés et ils n’ont pas de leçons à tirer de personne.

Les musiciens sont vraiment en forme. Le guitariste, Mike Plant, même s’il ne tient pas sa guitare du bon côté (blague à part, il est gauché tout simplement), est complètement hallucinant à regarder. Il est précis et ses solos sont tout simplement fous.

Le batteur, Dan Hughes, a un drum en acrylique transparent ce qui donne un son franc à chaque coup qu’il donne ce qui me plaît réellement. Il est très précis, il a une bonne vélocité et on peut voir qu’il adore être sur scène.

Le bassiste, Mike Larock, a un très beau groove. J’aime vraiment son playing et ce qu’il compose. Il est très bon et en plus il a une très belle prestance sur scène.

Pour ce qui est de la voix, Rick Hughes, a-t-il vraiment besoin d’une présentation? Il a plusieurs cordes à son arc dans plusieurs sphères de la musique, mais selon moi, le métal reste sa force! Il a une voix très puissante et juste. En plus d’avoir une très bonne présence sur scène, il est un frontman hors pair et ultra-professionnel.

Le public sur place a chanté les chansons et ils ont fait sentir aux musiciens sur scène qu’ils attendaient leur retour avec impatience depuis plusieurs années. Sword a bien réussi son coup, c’était un show impeccable!

-Texte: Jean-Daniel Poirier
Photos: Vicky Fillion