Voici le compte rendu et les photos prises par Martin Desbois lors du spectacle de Coven et Lucifer présenté par Extensive Enterprise au Studio TD de Montréal le 25 novembre et qui mettait également à l’affiche Early Moods.

 

L’automne est la saison des concerts à Montréal. Cette année ne fait pas exception. Ce samedi dernier, la ville avait des accents de noirceur et l’occulte était au rendez-vous.

La soirée se séparait en deux groupes de fidèles et d’adeptes: nous avions La Messe des Morts se voulant une représentation grandiose de la scène de métal noire internationale. Mais je devais faire un choix. Le groupe de rock occulte Coven venait en ville et c’est très rarissime comme événement.

Alors je décidai d’avoir rendez-vous avec Jinx Dawson et sa bande sous forme de rituel satanique théâtral. Leur musique n’est cependant toute sauf aggressive voir métal comme laisserait sous-entendre une imagerie de la sorte: pentagrammes inversés, croix inversées, chandelles et autres symboles de sorcellerie.

Toutefois Coven provient de la fin des années soixante et se manifeste avec un rock qui n’est pas sans rappeler Les Jefferson Airplane (pensez à la chanson White Rabbit). Un rock planant jouant dans les sphères du mystérieux et très entrainant.

Personnellement, étant un grand amateur du genre proto-métal, doom, et rock occulte, je connais Coven depuis belle lurette. À ma connaissance je ne les ai jamais vu en tête d’affiche à Montréal et si c’est le cas je devais être très jeune!

Du haut de ses 74 ans Jinx Dawson, qui vient jouer ici est une manifestation qu’il faut absolument ne pas manquer. Dieu sait (ou Satan) quand ils reviendront rejouer en sol québécois.

 

Early Moods

Le tout a cependant débuté avec une formation relativement jeune nommée Early Moods, groupe de rock très énergique alliant psychédélisme, puissance de son et mélodies rocambolesques le tout en saluant copieusement les Sabbath et autres classiques du rock de ce genre.

Signés sur étiquette Rise Above Records, (maison de disque très reconnue dans le genre, formée par nul autre que Lee Dorrian de Cathedral et Ex Napalm Death!) Early Moods venait nous présenter leur matériel et leur énergie sans pareil. La foule leur a bien rendu leur prouesse en les accueillants à bras ouverts. On pourra dire qu’ils auront agrandi leur nombre de fans et satisfait les amateurs présents pour eux, à en voir les auditeurs arborant fièrement leur chandail du groupe.

Le chanteur est relativement endiablé avec sa chevelure hallucinante (un afro immense et virevoltant au gré des déhanchements de son possesseur). Les fans de rock classique et stoner ou psyché (Elder, Black Sabbath, Kyuss) auront intérêt à leur porter une attention particulière.

 

 

Coven

Ensuite on respire un peu, on se remet de nos émotions du premier band et je vois que l’on amène un cercueil sur scène derrière le micro. Oh! Cela veut dire que Coven va jouer avant Lucifer. Pourtant, Coven a beaucoup plus d’années de service, mais peut-être que Jinx voulait jouer un peu moins longtemps que Lucifer. Qui sait?

Nous avons eu droit aux nombreux succès du groupe dont For Unlawful Carnal Knowledge qui est une de mes préférées, Wickedwoman (Chop chopchop!), Black Swan, la fameuse Black Sabbath et Blood on the snow.

Jinx est d’un charisme magistral. Elle a une assurance et une aisance digne d’une dame mature du rock. On voit qu’elle est heureuse d’être parmi nous, elle discute avec nous et fait diverses blagues sobres. Elle nous raconte qu’elle a rencontré son jeune et nouveau bassiste dans un cimetière! Généreuse et entourrée de bons musiciens qui offrent une bonne prestation, c’était un moment magique pour tous les fans du genre.

 

 

Lucifer

Le tout s’est enchainé avec Lucifer. Un autre groupe du même accabit que Coven. Nous avions droit à un projet mené par une main de maître dans un gant de velour, par nul autre que Johanna Sadonis (Ex Oath , duo extraordinaire qui n’a pas fait long feu malheureusement, mais qui a donné Lucifer à sa séparation).

Le batteur de la formation et copain de Johanna fut absent lors de cette soirée (Nicke ANderson). Les cheveux dans le vent, très sexy et assurant son emprise sur la foule, Johanna a encore une fois su nous chavirer et nous transporter avec son chant envoûtant. Mon dernier concert avec Lucifer était au Turbo Haus et il faisait bon de les voir sur une plus grande scène. L’éclairage et le son supérieur du Studio TD a beaucoup apporté et je peux même affirmer que Lucifer a atteint une maturité et une prestance sur scène davantage démontrée.

Nul besoin de dire que la foule a été séduite et très satisfaite de la soirée, on pouvait y voir, gens captivés, rockers affirmés, fans régalés d’un événement de cette envergure et ce dans une salle relativement modeste, mais avec des moyens efficaces.

Mais quelle soirée!

-Texte et Photos: Martin Desbois