La chronique Mal Engueulée – Ignoré, mais jamais oublié – 4 décembre 2020

***Le contenu des articles sur Ondes Chocs ainsi que les informations et les opinions qui y sont exprimées sont ceux de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement l’opinion d’Ondes Chocs ou de ses membres. ***

Ça fait toujours un velours de voir le Métal et ses adeptes être représentés dans la culture et différents médias. Notre musique favorite, tapissés sur les murs, à la vue de tous, nourrissant notre imaginaire et stimulant nos sens… Comment ne pas tripper?

Le Métal a longtemps été mit de côté par la culture populaire, exclu et rejeté par les fenêtres médiatiques les plus consultées. Mais depuis près de 20 ans, suite à l’arrivée du Nu-Métal et son armée de bands comme Korn, Slipknot, System of a Down ou Limp Bizkit, nous le voyons apparaître ici et là, se pointant le bout des cornes où qui voudra.

Dessins animés : Ce n’était qu’une question de temps avant que le Métal fasse son apparition à la télévision. On le voyait dans des émissions pour enfant ou autres, que ce soit seulement pour un personnage ou carrément une émission qui lui soit entièrement dédiée.

Voici quelques exemples : Mon père est Rockzilla, Porcité, Star ou Boucher, Beavis and Butthead, Aggrestuko, Metalocalypse (dont la musique est composée par Dethklok), etc. Je me souviens aussi d’un épisode de Duck DodgersDave Mustaine de Megadeth faisait une apparition.

Des gens sur certains forums affirment même avoir été exposés à cette musique pour la première fois durant un épisode de Bob l’Éponge, où on peut entendre une version instrumentale de la chanson «Death Rattle», par Pantera.

Beaucoup d’émissions ont aussi du métal comme thème d’ouverture : X-Men, the Amazing Spider-Man, sans compter tous les animés japonais qui utilisent le Métal comme thème d’ouverture. On a qu’à penser à Death Note et la chanson Buiikikaesu de Maximum the Hormone.

Films : Le Métal apparaît dans beaucoup de films, que ce soit de manière sérieuse ou pour s’en moquer. Des documentaires éducatifs sur le sujet, des chansons thèmes composées expressément pour un film ou bien un personnage construit à l’effigie du genre.

Exemples : Miss May I qui ont fait la chanson thème du film Décadence 6. Cannibal Corpse font une apparition dans le film Ace Ventura. On y voit Ace tenter de se frayer un chemin à travers la foule. Le documentaire « Métal, au cœur de la bête », où on y apprend l’histoire du Métal et tout ce qui s’y rattache. The Last Action Hero où on peut entendre Angry Again par Megadeth, et d’autres comme The Crow, The Matrix, Rockstar, Tenacious D and the Pick of Destiny, Queen of the Damned et beaucoup d’autres. La liste est longue!

Jeux vidéos : Que ce soit la trame sonore, un thème d’ouverture ou bien une chanson servant à promouvoir un jeu à sa sortie, le Metal a fait partit de cet Univers depuis très longtemps.

Exemple:  Quake, Doom, Metal Gear Solid, Twisted Metal, Sonic the Hedgehog, etc. Il y a aussi les jeux dédiés ou influencés par le Métal comme Brütal Legend, Slain, Heavy Metal et sans compter ceux qui ont été promus avec des chansons Métal. God of War 3 a carrément eu un album entier lui étant dédié, au travers duquel nous pouvions entendre des bands comme Opeth ou Gojira.

Le dernier Mortal Kombat annonçait la sortie du personnage de BD Spawn, comme combattant, lequel était accompagné quelques chansons du dernier album de Trivium « What the Dead Men Say ». Le personnage a un historique assez long sur le sujet. Notamment la musique du film de 1997, qui était principalement du Métal et où on pouvait y entendre Korn, en plus de la musique dans les jeux vidéos exclusifs au personnage et sa propre série animée.

Nous avons aussi, au Québec, La Fabrique de Monstres. Une boîte d’acteurs qui se spécialisent dans la création de voix et cris gutturaux de monstres pour jeux vidéos. Des gens de talents provenant de divers groupes locaux comme Beyond Creation, Fall of Stasis ou Valfreya, faisant affaire avec des géants du milieu comme Ubisoft, Capcom, EA Games et bien d’autres.

Bref, malgré que le genre soit sous-représenté (comparé à son antipode la Pop), on peut clairement voir que nous ne sommes pas oubliés. Malgré que des gens tentent de le faire disparaître de la toile depuis qu’il existe, d’autres travaillent fort pour qu’il puisse prospérer partout à travers le monde et dans toutes les sphères du divertissement.

Il y a de quoi être fiers!

 « You can’t kill the Metal, Metal will live on » -Tenacious D

Et vous, où avez-vous le plus aimé voir le Métal être représenté?

– Jo

La chronique Mal Engueulée – En Sevrage – 25 novembre 2020

***Le contenu des articles sur Ondes Chocs ainsi que les informations et les opinions qui y sont exprimées sont ceux de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement l’opinion d’Ondes Chocs ou de ses membres. ***

Ça y est…

C’est dans des moments comme ceux-ci, où mon stress est tel que je ne l’endure plus, que je me rends compte d’un manque, d’un besoin. Je me retrouve (comme plusieurs d’entre nous) en sevrage forcé, tel le junkie loin de sa substance fétiche.

Aujourd’hui, plus que jamais, je ressens l’envie de me joindre à un rituel tribal, où moi et d’autres animaux sauvages pourrions s’adonner à des barbaries exutoires, incomprises par les singes en cravates collectionnant le papier de toilette. Un rituel, où des chamans transmettraient sons et messages obscures hors du commun, décortiqués et admirés par nombre de loyaux admirateurs. Ces chamans martèleraient implacablement leurs outils, créant des mantras, hypnotisant les hordes, beuglants comme des bâtards n’ayant jamais pu dire un mot.

Nous nous retrouverions là, dans ces lieux sacrés en lesquels nous pourrions humer l’odeur des peaux ruisselantes de sueur alcoolisée, reflétant la lumière ardente des projecteurs, se frictionnant les unes contre les autres au rythme cacophonique des créations artistiques d’êtres sombres et mystérieux. Où la camaraderie et l’amour ont coutume de régner, mais sans que la rivalité et la violence n’y laissent leur place. Où tous de noir vêtus, tel d’occultes adeptes de Satan arborant chaînes, cuir, bottes et crinières négligées, nous nous rejoindrions dans la sauvagerie pour tuer ce qui nous tue.

Une transe collective, au travers des chaleurs de l’enfer et la fumée. Un champ de bataille où des guerriers n’ayant pas froid aux yeux se battraient pour le plaisir de leurs hôtes flamboyants. Ces mêmes hôtes, méconnus par le commun des mortels, seraient présents par devoir de distraire. Par désir d’expression. Secouants la tête avec véhémence en signe de soutient, jusqu’à la migraine et l’entorse cervicale, nous nous dévouerions pour faire sentir ces êtres mystiques comme étant appréciés. Les cornes du diable formées par nos mains pointant le ciel, tel un doigt d’honneur à Dieu, seraient le symbole de notre union.

Pourquoi?

Pour nous exorciser de nous-même! Pour créer un échange de pouvoir entre la masse et les sons distordus des outils chamaniques bruyants. L’écho des gorges déployées, projetant chants gutturaux et cris démoniaques, serait l’hymne de la noirceur en chacun de nous.

… Bref, j’suis du pour un show de Métal OPC, et toi ?

-Jo St-Rock

 

 

La chronique Mal Engueulée – Chronique of a Down – 8 novembre 2020

***Le contenu des articles sur Ondes Chocs ainsi que les informations et les opinions qui y sont exprimées sont ceux de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement l’opinion d’Ondes Chocs ou de ses membres. ***

System of a Down, ou comme beaucoup aiment les appeler SOAD, viennent de sortir deux chansons, après près de quinze longues années d’absence sur la toile.

Ils sortent ces chansons dans le but d’amasser des fonds pour aider l’Arménie, qui se trouve à être en guerre de territoire contre l’Azerbaïdjan. L’Arménie est indépendante de la république socialiste de l’Azerbaïdjan depuis 1988 et se bat maintenant pour garder le territoire que le pays défend depuis plus de 100 ans. Ils sont, en ce moment même et depuis près d’un mois, bombardés nuit et jour de missiles et pris d’assauts dans leurs propres rues et maisons, sans moyens de s’échapper.

Les chansons, respectivement appelées Genocidal Humanoidz et Protect the Land sont politisées à souhait. Tel est l’habitude du groupe, qui n’a jamais eu peur de prendre position face aux enjeux politiques mondiaux, ensemble ou séparés dans leurs projets personnels respectifs. Les individus constituants SOAD ont connus la guerre et la misère, ce qui non seulement les rends crédible lorsqu’ils parlent de ces sujets, mais qui évidement les sensibilise probablement d’avantage que la plupart des gens.

Après avoir vu passer lesdites chansons sur différents groupes de discussions et sur Youtube, je n’ai pu m’empêcher de remarquer que la réponse générale semblait plutôt bonne! En tant que fan du groupe moi-même, je peux facilement dire qu’une rappel leurs derniers albums avec beaucoup d’harmonies vocales, et l’autre fait penser aux chansons du temps de Steal this Album, avec des riffs plus violents et des phrases courtes répétées rapidement. On aurait cru qu’avec des chansons offrant un spectre qui remplit l’entièreté de leur œuvre, les gens seraient contents.

Et bien, il faut croire que je me suis trompé! Ironiquement, l’endroit où j’ai vu le plus de gens être mécontents de ces derniers morceaux est les groupes de discussions sur le Metal du Québec. Va savoir pourquoi, la moitié des gens ici semblent tirer la langue à leur écoute. Now, don’t get me wrong, je sais très bien que les goûts sont dans la nature et que tout le monde a le droit à son opinion… Mais calice!

On s’en sacre de l’opinion des gens sur la qualité de ces chansons, y comprit la mienne! Ces chansons n’ont pas été écrites pour nous plaire, mais pour attirer l’attention sur un conflit qui fait des milliers de morts et pour vous demander de l’aide!

J’ai vu des gens dire qu’ils n’aimaient pas quand ‘’les deux chantent en même temps’’… First, on appelle ça une harmonie. Deuxièmement, as-tu déjà écouté du SOAD !? C’est carrément un de leur meilleur atout et une de leur marque de commerce. Ils ont toujours fait ça, du plus loin que je me souviens. Si tu n’aimes pas ça, écoute du Serj Tankian ou du Scars on Broadway… J’dis ça juste de même!

J’ai aussi vu des gens dire dans les commentaires d’une publication de Serj Tankian ‘’Stop talking about politics and keep playing your music’’… Imaginez un instant que quelqu’un, quelque part, écoute B.Y.O.B. et cri à tue-tête ‘’Why do they always send the poor?’’, sans comprendre que c’est un groupe politisé… I shake my damn head in disappointment. Faut vraiment être déconnecté de la réalité.

C’est un sujet que j’ai déjà abordé souvent dans ma vie. Les gens se font une idée sur nous. Ils la placent ensuite dans un tiroir et se mettent en rogne si nous agissons en dehors des paramètres de cette idée préconçue. J’ai vu la même chose être dite à Kirk Hammett de Metallica, Patrick Loisel de Augury et moi-même. Comme si nous ne devions pas nous adonner à plus d’un dada, ce qui est absolument stupide.

Comme dit plus haut, ces gens ne font pas de la musique pour nous plaire. Ils le font par devoir, par passion. Et, de toute façon, le faire seulement pour les fans serait une bêtise, puisque de toute façon il y aura toujours des gens qui seront mécontents des produits de leurs artistes favoris. Si c’est trop pareil comme avant, ce n’est pas bon, si c’est trop différent, ce n’est pas bon.

Personnellement, je ne souhaite à aucun artiste d’être le prisonnier des goûts de ses fans. SOAD reviennent en maître après 15 ans, avec des chansons pour sensibiliser les masses à un conflit qui fait rage depuis plus de 100 ans, composées et enregistrées en moins d’un mois, tout en laissant de côté leurs différents pour la bonne cause. Je trouve ça fucking inspirant et honorable de leur part.

Je termine en vous laissant un lien vers un site qui relie toutes leurs plateformes, où vous pouvez acheter les chansons et leur nouvelle merch, ainsi que faire un don. Tous les profits servent à aider l’Arménie, en ces temps plus que difficiles : soad.lnk.to/PTLGH.

La pandémie touchant les portefeuilles de toute le monde, je comprends que beaucoup ne se sentes pas assez à l’aise financièrement pour faire un tel geste. C’est pourquoi je vous encourage également à écouter leurs nouvelles chansons et à les partager.

– Jo St-Rock

La chronique Mal Engueulée – La zizanie métallo-toxique – 30 octobre 2020

***Le contenu des articles sur Ondes Chocs ainsi que les informations et les opinions qui y sont exprimées sont ceux de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement l’opinion d’Ondes Chocs ou de ses membres. ***

Présentation

Nouveau collaborateur pour Ondes Chocs, voici Jo St-Rock. Un homme avec une plume cinglante et qui n’a pas la langue liée. Il a fait parti de plusieurs projets metal dont Sorry For The Blood, A Life Forsaken, In Harmr’s Way. Il a aussi organisé/co-organisé plusieurs spectacles dans les dernières années. Il en est donc pas à sa première apparition dans l’univers du metal québécois. Nous sommes heureux de l’accueillir au sein de notre équipe de collaborateurs! Voici son premier article :

La zizanie métallo-toxique

Miley Cyrus annonce un album entièrement consacré à des covers de Metallica et les fans de metal virent fous. Y’en a qui tentent d’y trouver un sens profond genre: rendre le metal populaire. Ils croient que ça serait une bonne chose, vu que le genre est sous-apprécié dans la culture moderne. D’autres si opposent furieusement, disant qu’ils ne veulent pas voir de fans de Miley Cyrus dans les spectacles metal. Selon eux, c’est une honte pour le genre que de voir une popstar se les approprier.

Personnellement, je ne vois pas pourquoi le monde grimpe dans les rideaux. Lady Gaga a fait une apparition live avec Metallica il y a de cela quelques années, et le monde n’en sont pas encore revenus on dirait. Et si elle faisait ça, simplement parce qu’elle en a envie? Parce qu’elle est une fan de Metallica? Si tu veux l’écouter, go ahead, si tu n’es pas le public cible, passe ton chemin!

C’est exactement pourquoi la communauté metal me gosse par moment: l’élitisme!
Le metal doit devenir populaire, ceux qui n’aiment pas ça sont des posers et si par malheur un sous genre devait être créé pour plaire à des gens qui ne se sentent pas interpelés par le Death/Black/Gore/Grind, c’est automatiquement de la marde et il faut brûler toutes traces de son existence.

Hey, ma gang de nazis de la musique, si vous vous ouvrez un peu à la différence, y’a pas une graine géante qui va arriver à toute vitesse pour vous pénétrer tel un petit anus vierge!

C’est comme ça que j’avais réagi quand Louis-Paul Gauvreau avait chanté à La Voix et, ce n’est qu’après avoir vu les gens réagir à l’album de Miley Cyrus que je me rends compte de l’insignifiance de ces propos. Comme si ça avait un quelconque poids. Si elle porte des gilets du band, les écoute et les a déjà vus en spectacle, cela ne fait-il pas d’elle une metalhead? Qu’est-ce que ça change, que ce soit elle ou un(e) autre qui le fasse?

Les metalleux: “Nous sommes tous frères et tout le monde est le bienvenu dans le pit”. Also les metalleux: “Si t’aimes ce band-là, décalisse de ma vue!”

J’ai été dans quasiment tous les groupes de discussions Facebook sur le metal et ça revient tout le temps, c’est inévitable. Des guerres d’élitisme pour savoir qui pisse le plus loin par rapport à ses goûts musicaux. C’est autant stupide que les guerres dans les groupes de discussions vegans pour savoir qui est le plus vegan. VOUS MANGEZ TOUS PAS DE VIANDE! VOUS ÉCOUTEZ TOUS DU METAL!

No need to hate on each others. Si vous êtes tous “brothers in metal“, pas besoin de vous tenir la main en chantant Kumbaya, mais vous pouvez au moins vous respecter et respecter les goûts des autres.

-Jo St-Rock