Voici les photos prises par France Hatin, ainsi que la critique de Vicky Fillion avec la collaboration de Jean-Daniel Poirier, lors du spectacle de Spirit Of Rebellion présenté par Rope Dancer Productions au Le D’Auteuil de Québec le 11 septembre 2020 et qui mettait également à l’affiche The Flaying et Agony.

 
 

Agony

 

 

Critique

 

Vicky : Pour ma part, le Cabaret of Death est le premier spectacle avec assistance auquel j’ai participé depuis le début de cette saga du Covid-19. Bien entendu, j’étais fébrile et j’avais de très grandes attentes. J’avais besoin d’un show et je me doutais bien qu’avec un line-up aussi intense, la soirée serait mémorable. La soirée a commencé avec une présentation de Didier Samson de Rope Dancer Productions. Il nous a rappelé l’importance des mesures sanitaires qui devaient être suivies du début à la fin. Il nous a aussi mentionné que malgré l’ambiance spéciale et les mesures sanitaires, il est important d’encourager ces types de shows et surtout les salles de spectacles, si nous désirons qu’elles soient toujours ouvertes à la fin de tout ça. Je tiens donc à souligner l’excellent travail de moine qui a été fait pour l’organisation de cette soirée. Merci!

La soirée a débuté avec le groupe Agony. Au cours des deux dernières semaines, j’ai effectué de nombreuses recherches en plus d’avoir écouté les deux albums du groupe en boucle. Je vous confirme que, après plus de 13 ans d’absence sur la scène québécoise, le groupe Agony manquait à notre métal. Malgré toutes ses années, leur plaisir à jouer ensemble est encore bien présent et l’exécution de leur musique ne laisse certainement pas croire à cette absence. Mes points forts de la soirée sont les pièces Apocalyptic Dawning et Silence. Apocalyptic Dawning est une pièce “rentre dedans” assez puissante sur enregistrement et le rendu en live est encore plus intense! Comme à son habitude, l’intro de Silence ne laisse jamais les gens indifférents, encore plus lorsque la présentation de la pièce se fait par la demande d’aide du chanteur. Agony a très bien rempli sa mission de retour sur scène ainsi que d’ouverture d’une soirée sanitaire. Le ton brutal de la soirée était lancé!

JD : Je n’ai jamais eu l’occasion de voir Agony live et sérieusement ça manquait à ma culture. Ce quatuor, composé d’Augustin Savard (bass), Stéphane Gauvreau (voix/guitare), Martin Héroux (guitare) et Samuel Santiago (drum), nous a servi un bon vieux death metal pesant comme il ne s’en fait plus. Le chant guttural de Stéphane est exécuté à la perfection et en harmonie avec la guitare. La batterie, exécuté par Samuel Santiago, est d’une précision chirurgicale, ce qui rajoute énormément de punch à la prestation. Ma seule déception fut de ne pas connaitre ce band avant ce soir. De plus, ce fut vraiment agréable de voir Wil, chanteur de The Flaying, et Youri de Unhuman, faire une apparition au vocal avec Agony. Excellent show les gars. En espérant vous revoir bientôt sur scène.

Vicky : Le deuxième groupe à monter sur scène était The Flaying. Nous avons eu droit à de la brutalité pure et simple. Du début à la fin, les gars nous ont rappelé pourquoi leur album avait un gagné un GAMIQ pour le meilleur album de l’année en 2019. Il n’y aucune accalmie, c’est de l’intensité tout simplement.

JD : Pour commencer, quand le rideau s’est ouvert, j’ai vu un drôle de personnage pendu par les pieds et avec très peu de vêtements. Ensuite j’ai reçu une claque dans face quand ils ont commencé avec une pièce d’une brutalité incroyable. Un drum ultra rapide et précis, comme un métronome, des riffs de guitare tranchants, rapides et exécutés à la perfection avec un vocal sorti tout droit d’outre tombe. Wil maîtrise autant les cris gutturaux que les hi pitch, ce qui boost le vocal en originalité et qui ne laisse aucune place à la monotonie. Et quoi dire du bassiste, j’hésite à dire si c’est une machine ou un extraterrestre. Il vient tout simplement d’une autre planète. Son playing est très technique et totalement original. Il est souvent indépendant de la guitare, ce qui ajoute énormément de puissance au band.

Les gars sont en forme et ça paraît dans leur présence sur scène. Ils se donnent à fond et ils ont du plaisir à jouer. La pièce que j’attendais était La Valse du Scorpion, leur chanson avec un vidéoclip en dessins animés. Important de mentionner que durant quelques pièces, des vidéoclips étaient projetés sur un écran. En résumé, The Flaying nous a servi une dose de brutalité in your face.

Nous avons même eu droit à une toune de sea-doo métal. Une chanson qui a été composé par Didier (guitariste) à la suite d’une course de sea-doo avec son frère sur un lac de 32 km. C’est une histoire de poids qui a fait que notre avocat métalleux préféré n’as pas eu gain de cause sur ce lac. Ensuite, ce fut au tour de la pièce Place du Parvis avec des riffs de guitare techniques et rapides. Le drum qui blast comme un AK47, Wil qui nous pigsqueal ça comme un dément et le bassiste qui nous amène sur la planète Mars avec une passe de tapping totalement inattendue et avec une exécution parfaite. Excellent set!

Vicky : En troisième partie, nous avons eu droit à Spirit of Rebellion. Avec vingt ans derrière eux et un nouvel album tout nouvellement lancé, les gars du groupe nous ont livré un spectacle énergique et sans détour. À coup de solos sortis de nul part et de vocal brutal, le groupe n’a pas laissé l’assistance indifférente, l’énergie était palpable et on sentait très bien l’envie de tout le monde de se lever. Malgré tout, les consignes ont été respectées et la foule a réussi à rendre une bonne partie de l’énergie au groupe. Avec cinq membres sur scène, c’est très dure de ne pas être entraîné et de vouloir se défouler! Et la fête du chanteur n’est pas passé inaperçue, à plusieurs reprises, la foule lui a souhaité bonne fête. Pour terminer une soirée, Rope Dancer Productions ne pouvait pas faire mieux que d’y aller avec Spirit of Rebellion. Cette soirée entrera certainement dans l’histoire de l’année 2020. Non seulement nous avons eue droit à une première soirée avec trois groupes se succédaient, mais en plus, le tout s’est déroulé de façon très sécuritaire. Je donne un gros 10/10 pour cette soirée!

JD : Spirit of Rebellion, je ne connaissais pas ce groupe. Il a opté pour une formule deux guitares, un chanteur, un bassiste et un drummer qui nous offre un bon death metal brutal avec des changements de tempo soudains, c’est ce que j’apprécie du band. Ce n’est pas linéaire et souvent on s’attend à quelque chose et c’est autre chose qui nous pop dans la face. Tu t’attends à un riff dans le tapis et tu te ramasses avec de quoi de lent et pesant. Le bassiste m’a surtout surpris par sa présence sur scène. Les riffs de guitare sont techniques, rapides et très bien exécutés, le vocal grave me rappelle un peu Frank Mullen de Suffocation. Le drum est tight, rapide et efficace. Les gars sont à l’aise sur scène et ça se ressent.

Vicky : Pour terminer, je crois que pour un premier show sanitaire, Rope Dancer Productions et tous les groupes présents ont réussi un sans-faute! Au plaisir de tous vous revoir dans les prochains mois et de pouvoir cette fois, vous rendre toute l’énergie que vous nous avez garochée!

 

Critique : Vicky Fillion et Jean-Daniel Poirier
Révision : France Hatin