La Chronique Nécrologique – Horfixion

Horfixion

Aujourd’hui pour la chronique nécrologique, je me suis entretenu avec Samuel Landry de Horfixion, un groupe de thrash death métal de St-Boniface en Mauricie qui a été actif de 1998 à 2011. Ils ont ensuite fait une réunion pour 5 concerts en 2015-2016. J’ai découvert ce groupe en 2001 lors de mon premier concert métal auquel j’ai assisté et c’est là que j’ai compris que je serais un metalhead jusqu’à la fin de mes jours. J’ai également pris part au groupe en 2007-2008 en tant que guitariste et en 2015-2016 en tant que bassiste pour les 5 concerts réunions.

Voici les anciens membres du groupe avec leur historique musical

Samuel Landry (ex. Ordoxe)
Dominique Poisson
Jean-Daniel Poirier (Outlying// ex. End is Near//Ancestral Curse)
Patrice Hamelin (Gorguts//ex. Martyr)

Ex membres:
Alexandre Noel
Richard Gélinas
Kevin St-Yves
Jean-Francois  Veilleux (ex. Malzera//Trollheims//Mortalys)
EricK Doucet
Simon Auger
Jean-Francois Houle (Sadistic Priest//ex. Apocalyptic Fear//Khephren//Exotoxic)
Dany Provencher (ex. Traumatism)

Horfixion ont 4 albums et 2 démos

The Art of Agony (2009)
Self Inflicted Hell (2004)
Instigators of Chaos (2002)
Disynchronize (2000)
Rage (EP) (Demo 1999)
Let The Nightmare Begin… (Demo cassette – 1999)

À la question : Avez-vous encore de la marchandise que vous voulez liquider?
Oui il y a de la marchandise de disponible, il est possible de nous contacter par Facebook ou Samuel Landry, lui-même, à [email protected]

Il nous reste des albums:

The Art of Agony (2009)
Self Inflicted Hell (2004)**
Instigators of Chaos (2002)
Disynchronize (2000)
Rage (EP) (Demo 1999)**
**Quantité très limitée (1-2 copies)

Les sujets abordés par le groupe sont la rage, la colère, la mort, la frustration, la religion, la guerre, etc.

Pour écouter leur musique, le tout est disponible sur Spotify, Apple music, Youtube, Facebook, Reverbnation.

Voici quelques liens:
https://www.youtube.com/channel/UCNNZiWkueZ51bfJE_ro9oVw
https://www.facebook.com/HorfixionMetal
https://www.reverbnation.com/horfixion

Samuel, est-ce que tu as autre chose à ajouter? « Que le métal coule à jamais dans nos veines! Sinon pas grand-chose…haha! Merci. »

Pour écouter les autres groupes des musiciens, voici les liens

Ordoxe
https://ordoxe.bandcamp.com/
End is Near
https://endisnearband.bandcamp.com/releases
Outlying
https://outlying.bandcamp.com/ 
Ancestral Curse
https://www.youtube.com/watch?v=RoyQAZ08jJE
Gorguts:
https://gorguts.bandcamp.com/music
Martyr
https://martyrcanada.bandcamp.com/
Mortalys
https://www.youtube.com/user/mortalysband/videos
Trollheim’s
https://trollheims.bandcamp.com/releases
Apocalyptic Fear
https://www.youtube.com/watch?v=pSkYHWEuueo
Exotoxic
https://www.youtube.com/watch?v=2TM1E82sDqE

-JD

Critique d’album: Urban Aliens – La Grande Castration (2022)

Urban Aliens
La Grande Castration
NewCore Music
28 février 2022

 

Liste des pièces

  1. Vaj’ihad : Menstroduction
  2. La Touch of Fury
  3. Pas d’crachat ni d’je t’aime
  4. 406
  5. I Gut a Gurl
  6. Giblet d’agneau
  7. Invagination carnivore
  8. Le matou
  9. La matrice du vice
  10. Neurd undercover
  11. Le mauvais trou
  12. Un sachet sachant pêcher

Pour les fans de :
Ultra Vomit, Gronibard, Mononc’Serge, BARF, etc.

Lien pour achat / Link for purchase :
http://www.urbanaliens.com/

Critique

À la Suite de quelques discussions avec  Steve Henry, je lui ai proposé de faire une critique du nouvel album d’Urban Aliens – La Grande Castration. Je crois qu’ils n’ont pas vraiment besoin de présentation.  Ce groupe de  Punkcore deshmetal  abordent des sujets qui ne sont vraiment pas pour les Karen ou les Kyle de ce monde.  Leurs textes sont plutôt crus et vulgaires, ce qui me convient parfaitement, car j’ai toujours eu un gros penchant pour ce qui offense les gens. De nos jours, malheureusement,  les gens sont plutôt frileux à l’idée de rire de ce qui n’est pas politiquement correct. Donc, pendant que Karen s’arrache les cheveux en pleurant sa vie, car elle est outrée simplement à la lecture du titre de l’album, je vous présente La Grande Castration du groupe Urban Aliens.

Pour commencer, nous avons droit à une introduction digne de ce nom. Le titre est Va Jihad (Menstroduction). Déjà là, les gars nous enfilent ça plutôt a frette avec une intro pesante et des chants arabes en arrière-plan. À la lecture des paroles: «cursing her mood, crushing heirlooms, one week of doom VA’JIHAAAD! », on comprend TRÈS bien le message derrière la pièce. J’ai  franchement adoré. Ça donne une bonne idée dans quoi on s’embarque.

La touch of fury
C’est une chanson plutôt énergique avec des  riffs relativement accrocheurs. J’aime bien le mélange des voix cleans et semi-scream avec le gros growls en arrière. Sans entrer dans les détails, cette pièce parle d’une bonne baise pas propre remplie de geysers qui nécessite les services de Qualinet. Pour le côté vulgaire, provocateur et humoristique, les gars ne se sont pas plantés.

Pas d’crachats ni d’je t’aime
Musicalement, c’est une pièce qui est vraiment bien travaillée. Les riffs sont bons, et il y a de quoi se brasser la tête. Nous avons un mélange de riffs rapides, énergiques, clean et pesant. Le tout accompagné d’un vocal qui se porte vraiment bien à la chanson. J’ai toujours aimé les vocaux avec un scream qui va chercher des notes. Avec  cette pièce, je suis servi!

J’aime réellement le sujet abordé dans la pièce. Le tout commence par un discours du Doc Mailloux pour ensuite nous donner un bon point de vue du titre de l’album, qui je le répète est : La Grande Castration.  On parle du cancel culture, des gens qui s’offensent de tout et de rien. Du fait que d’un sens nous ne sommes plus libres de dire ce que l’on pense. La morale de la chanson c’est : je dis ce que je veux que ça vous plaise ou non et je le dis Pas d’crachats ni d’je t’aime. L’autocensure ce n’est pas dans mes valeurs. Si tu n’aimes pas ce que je dis, dékowlys. Mais le tout est exprimé de manière à ce que notre amie Karen se promène devant leur local avec une pancarte, HAHAHA!

Pour continuer de façon plus globale, la chanson 406 m’a surprise par son intensité, ses blasts beat avec les riffs ultra-rapides. C’est une pièce qui mérite vraiment d’être écoutée.

I gut a gurl est plutôt punk rock dans le genre short and sweet. Simple, mais efficace  avec des paroles qui parlent d’une fille qui ne semble pas vraiment être un bon fit pour Monsieur, Madame, tout le monde. Le genre de fille belle, mais totalement désagréable.

Giblet d’agneau

Qui se souvient de M. Marc Mcdermott? Si je vous dis « J’ai ldoua CHU mécanicien », est-ce que vous replacez le personnage? Bien la chanson commence avec le ton mielleux de sa voix. Ensuite, nous y allons avec une pièce vraiment plus dark par le choix des accords. Cette pièce tire pas mal plus sur le death métal. Bass drum rapide tout en ayant des bouts relativement groovy avec des bass drums en triolets, et quelques blastbeats au travers de tout ça. Je vous dirais que musicalement parlant, cette chanson-là est ma préférée. C’est-ce que j’appelle une hate song envers quelqu’un, car on voit par les paroles, qu’ils parlent de quelqu’un qui  ne mérite aucune considération de la part de l’humanité.

Par la suite, Invagination Carnivore  vient nous percuter la face avec sa brutalité, des blast beats et ses riffs de guitare rapides. Une  très bonne chanson en général.

Pour la pièce  Le Matou nous retournons plus dans leur style des premiers albums, le punk core.
J’ai bien aimé le « solo de chat en chaleur »,  mais malheureusement, pour ma part elle a passé un peu dans le beurre, car la pièce précédente venait de me percuter brutalement.

La Matrice Du Vice, encore une fois, l’intro m’a fait pouffer de rire. Qui se souvient de Céline Poulin? Le nom vous dit probablement rien, mais si je vous parle de la dame qui a eu un dindon sauvage qui à travers sa fenêtre de salon et qui a chié sur son couch lazy boy. Si j’ai bien compris le message derrière la chanson, ça parle des gens qui ne sont pas capables de vivre
sans lever les yeux de leur écran de téléphone, que les gens se nourrissent de la fausse information qui est sur internet. On parle de  vidéo de fails, des  gens qui sont devenu viraux malgré eux, suite à des reportages de TVA. De tout ce qui est totalement inutile et stupide sur l’internet qui fait que les générations en général ne s’améliorent pas (je me sens boomer à écrire ça HAHA). Donc, La Matrice Du Vice est un titre qui convient parfaitement à la chanson. Il y aurait matière à écrire un album complet juste sur ce sujet.

Neurd undercover, encore une célébrité qui par la chanson. Cette fois-ci, c’est une célébrité de mon coin (Trois-Rivières), il est question de notre Yolande Ouelette nationale : « ouest-ce qu’il est le ptit bum? ».  On a droit à une chanson dont le sujet  est un adolescent qui est un nerd et qui se découvre une passion pour la musique de cheveux longs et devient rebelle. Je dirais ici qu’on a affaire à l’exemple parfait du cheminement dû metalleux  à l’adolescence

Pour la chanson Le Mauvais Trou, nous avons droit à une intro de 45 secondes instrumentale qui sonne plutôt égyptienne. Par la suite, musicalement on a droit à un pot pourri de plusieurs styles de métal et à un certain moment, on voit bien qu’il y a des influences de Neuraxis  (de 3 minutes 10 à 3 minutes 30). Musicalement,  c’est une des pièces qui selon moi est le mieux construit ou comme dirait Urban Aliens : Cons-Trui3. Pour ce qui est du sujet de la chanson, on parle ici que la normalité et les standards dans la vie qui sont plutôt boring. Que de prendre le mauvais trou (chemin) parfois c’est plus amusant et ça peut mener à bien des surprises.

La dernière pièce de l’album s’appelle Un sachet sachant pêcher. Pour être franc la première fois que je l’ai écouté, je me demandais vraiment où ils voulaient aller avec cette chanson-là. J’ai demandé à Steven, le guitariste, pour comprendre que c’est de l’humour dans le style des Denis Drolet avec des insides. Exemple, sachet est son surnom et c’est un trippeux de pêche. Donc, voila pour l’histoire du sachet sachant pêcher.

En terminant, je peux dire que cet album est excellent autant par sa structure et sa composition que par ses sujets abordés. Le fait d’utiliser la vulgarité et l’absurde pour parler des vraies choses est un concept que j’aime bien également. C’est un album qui ne sera pas pour tout le monde, mais les fans d’Ultra Vomit, Gronibard, Mononc Serge, BARF vont se régaler.

8.5/10

JD

La Chronique Nécrologique – Ordoxe & Slaotvean

Cette semaine, j’ai communiqué avec Jean-François Jalbert pour avoir des informations sur ses défunts groupes Ordoxe et Slaotvean.  J’ai bien aimé comment il m’a retourné le questionnaire que je lui avais envoyé et je me suis dit que je laisserais le tout intégral, tout en faisant un double, cette semaine, pour la Chronique Nécrologique.  Voici Ordoxe et Slaotvean

D’où proviennent  les groupes?

Nicolet, ce n’est pas vrai, mais c’est ce qu’on a toujours dit! C’est plus simple en tout cas!

 

Quand les bands ont-ils été actifs?

Ordoxe a été créé en 1989. Une seule démo, Sorrick Ked, a été réalisée à l’époque (quelques copies cassettes). Suite à un important changement de membres, le nom a été changé pour Slaotvean en 1993. Slaotvean a été actif en tant que groupe jusqu’en 2011. Parallèlement, en 2006, j’ai ressorti Ordoxe de la poussière pour en faire un side-projet, un one man band, mais en 2012, Ordoxe est redevenu un groupe à plusieurs membres et ce jusqu’à ça fin en 2017.

 

Quel est le style qui vous définissait le mieux?

Ordoxe – Black metal

Slaotvean – Melodic black death

 

Qui était les membres des groupes et ont-ils d’autres projets musicaux? (incluant les ex-membres)

Je vais y aller pour le principal, sinon ça va être un chapitre!

Ordoxe:

Jean-Francois Jalbert
Samuel Landry (Horfixion)
Steve DeCotret (Strigampire, Ex-Hopeless Nation),
JD Bergeron (Fâché)
Yannick Laplante (Strigampire)
Dominic Dupuis (Pas Fin)

Slaotvean:

Jean-Francois Jalbert
Jonathan Houle (Strigampire)
Yannick Laplante (Strigampire)
JD Bergeron (Fâché)
Alex Poirier
Guillaume Lamothe
Pierre Langlois (ex Decayed Remains, Black Daliah Murder)

 

Combien d’albums aviez-vous?

Ordoxe: 6 albums complets
-Towards Eternity (2017)
-May Death Be My Shepherd (2015)
-Beyond Manking (2014)
-Nihil (2013)
-Magnum Opus (2007)
-Sorrick Ked Tho (2006)

Slaotvean: 6 albums complets
-Hell Inside (2009)
-Origins (2007)
-Myriad Nights (2003)
-Pathos Belonging To Darkness (2000)
-Dementia (1999)
-Cry To Self Being (1995)

 

Quels sujets abordiez-vous dans vos chansons?

Ordoxe: Noirceur de l’homme, questions existentielles, astronomie, religion
Slaotvean: Introspection, politique, questions existentielles, religion

 

Avez-vous une chaine Youtube, Bandcamp, ou autre pour que les gens puissent entendre votre musique?

Ordoxe:
YouTube (https://www.youtube.com/channel/UCbS-HB3SeEYHRfgPDgcZ-ag)
Bandcamp (https://ordoxe.bandcamp.com/music)

Slaotvean: Rien pantoute! Certains vidéos sur YouTube, mais rien d’officiel.
https://www.metal-archives.com/bands/Slaotvean/12308
https://www.youtube.com/watch?v=1YzmHfrAmKs&t=14s

 

Avez-vous encore de la marchandise que vous voulez liquider? Si oui, comment les gens peuvent entrer contact avec vous?

Ordoxe
https://ordoxe.bigcartel.com/
Par Facebook : Samuel Landry ([email protected])

 

Autres choses pertinentes à ajouter?  Le futur c’est l’avenir.

 

Pour écouter les autres groupes des musiciens, voici quelques liens :

Horfixion
https://www.youtube.com/channel/UCNNZiWkueZ51bfJE_ro9oVw
https://www.facebook.com/HorfixionMetal
https://www.reverbnation.com/horfixion

Strigampire
https://strigampire.com/

Hopeless Nation
https://hopelessnation.bandcamp.com/

Fâché
https://www.facebook.com/F%C3%A2ch%C3%A9-103488862147408/

-JD

La Chronique Nécrologique – Sons Of Nihil

SONS OF NIHIL

Cette semaine pour la chronique nécrologique, je vous présente Sons Of Nihil. Un défunt groupe de Québec qui œuvrait dans le Black metal mélodique avec des touches de death metal/prog. Le groupe était actif  de 1998 à 2004.

Voici le line-up du groupe avec leurs groupes actuels et leurs groupes passés ;

Hugo Savard (guitare, vocal): Ex : Ethernal
Mathieu Faucher (chant lead): Courant: Decerebration – Ex : Sounds of My Hell
Olivier Doyon (batterie): Courant: Decerebration – Ex : Sounds of My Hell
Nicolas Cantin (guitare, clavier): Courant: Decerebration – Ex : Sounds of My Hell
Thierry Daigle (basse, clavier, chant): Courant : Cynical Trial – Collaborations : Decerebration
Alexandre Gauthier (clavier):  Courant : Reservoir Plugs (coverband)

Le groupe a produit deux albums :

Sons Of Nihil  (2000) (éponyme) https://www.youtube.com/watch?v=n6xquAOIjEc

Unfolding Destiny (2003)

 

À  la question : Quels sujets abordiez-vous dans vos chansons? Thierry a répondu ceci : « Principalement des récits philosophiques sur l’essence de l’être, l’imaginaire, l’introspection, l’analyse du monde qui nous entoure, la science… avec, cela va de soi, un filtre littéraire froid et obscur. »

Voici le lien pour leur page Facebook
https://www.facebook.com/Sons-Of-Nihil-708297342659374

-JD

Critique d’album: Decerebration – Follow The Scars (2021)

Decerebration
Follow The Scars
3 décembre 2021

Liste des pièces

  1. Scorched Memories
  2. Infamous Duality
  3. A Ghost of Flesh and Blood
  4. Follow The Scars
  5. Break the Cycle
  6. The Factless Prophecy
  7. The Gift of Anger
  8. I Despise
  9. L.T.E.I.

Pour les fans de: Suffocation, Cannibal Corpse, Death, Dying Fetus et Sepultura.

Lien pour achat / Link for purchase :
https://decerebration.bandcamp.com/album/follow-the-scars

Critique

Une amie de longue date, Nicky de Nicky’s Productions, m’a envoyé un message pour me demander de faire une critique de l’album Follow The Scars du groupe Decerebration. Pour ma part je ne connaissais pas le groupe, je n’avais jamais entendu leur musique et le nom m’était aussi inconnu. Pourtant, c’est un des premiers groupes de death metal québécois (début des années 90) et ils sont de Québec. Donc, c’est un groupe qui manque à ma culture. Je vais remédier à la situation de ce pas en pesant sur la touche Play sur le site bandcamp du groupe!

L’album débute avec une belle intro plutôt creepy, percussive avec une boîte à musique qui nous donne une mélodie plutôt intrigante et je pourrais me permettre même de dire macabre. Une intro qui ne me dit pas vraiment dans quoi je me suis embarqué, mais qui me donne officiellement envie de le savoir.

Infamous Duality
La première pièce donne le ton à l’album. Nous avons droit à se que j’appelle du bon vieux death metal oldschool qui me fais penser à du Suffocation. Des riffs de guitare pesants sans nécessairement être rapides tout en étant vraiment accrocheurs et recherchés, des partitions de drum bien pensées, sans être trop technique avec des fills à ne plus finir. Le drum est TRÈS efficace et prends la place qui lui revient de droit dans la chanson. Rajoutez à cela une voix très grave qui m’a fait penser à du Pyrexia ou encore Broken Hope. Infamous Duality est une chanson qui vaut le détour.

A Ghost of Flesh and Blood
Cette chanson est ce que je pourrais appeler un point fort de l’album. Elle détient beaucoup d’éléments qui ont retenu mon attention. On parle d’un drum plus technique (blast beat et des variations intéressantes au niveau des bass drums), des riffs de guitare plus rapides et techniques sans oublier le côté mélodique de la chose. Par bout, j’ai cru reconnaitre des influences de Black Dahlia Murder (picking rapide et riff de guitare à la tierce). J’ai vraiment aimé le bout plus punchy avec une progression en revenant du solo jusqu’à la fin de la pièce. Mon coup de cœur de l’album c’est vraiment cette chanson!

Follow The Scars
Avez-vous déjà été réveillé en plein milieu de la nuit par une claque sur la gueule (non volontaire) donnée par votre conjoint(te) pendant qu’il (elle) se retourne rapidement? Bien les 25 premières secondes de la chanson m’ont fait feeler comme cela. BANG un riff de guitare rapide avec un blast beat qui ramasse! Ensuite, nous avons droit à un riff découpé et ultra pesant. J’ai été TOTALEMENT surpris par une voix clean pendant le refrain. Le genre de chose que je ne m’attendais tout simplement pas avec ce que j’ai entendu précédemment. J’ai été agréablement surpris par cet élément et j’ai vraiment aimé ça!

Pour ce qui est de la suite de l’album, la chanson Break the Cycle a un côté rapide et mélodique avec un petit solo/lead. Mention spéciale au riff à 3 minutes 14 jusqu’à 4 minutes qui m’a fait headbanger au point de m’en dévisser le crâne. Un blast beat, des guitares rapides, un bass drums dans le tapis, c’est ce que j’appelle la combinaison gagnante pour mes goûts personnels. The Faceless Prophecy a une intro électro distortionée au max, des riffs rapides et brutaux sans laisser de coté l’aspect mélodique du groupe. Le son de la basse ressort pas mal plus dans cette pièce, chose qui ne me déplait pas du tout.

The Gift of Anger a la vibe d’une chanson qui a bercé mon adolescence, Catatonia du groupe Suffocation, avec les guitares pesantes mélangées avec le vocal guttural et le drum plutôt lent. Encore une fois j’ai été surpris par des voix cleans. En plus, elles sont en harmonies avec une guitare clean pour accompagner le tout. Pour l’effet de surprise, les gars n’ont pas manqué leur coup! I Despise est une chanson énergique qui a son lot de charmes aussi. C’est une pièce qui est plutôt diversifiée. Elle a tous les éléments que le groupe nous a montrés jusqu’ici, mais le tout au même endroit. J’ai bien aimé les voix clean avec le chant guttural à la fin de la chanson qui m’a encore une fois surpris!

Decerebration fut pour moi une TRÈS belle découverte. Je n’ai pas trouvé de longueur à l’album et je dirais même que j’ai passé un très bon moment. C’est un album signé François C. Fortin a.k.a Franky Blastbeat (Édit, Mix, Mastering) du studio La Boîte Noire et l’artwork (pochette) a été créé par Rudi Gorging Suicide.

Je donne la note générale de 8.6/10 à l’album.

JD