Voici les photos prises par Joé Lacerte et la critique d’une nouvelle membre de l’équipe, Mademoiselle Chloem lors du spectacle de Taming Sari présenté au Mavericks d’Ottawa le 14 août 2021 et qui mettait également à l’affiche Late Night Trouble et Rude Mood.

Critique

Aujourd’hui, je vous écris ma toute première critique sur un concert fort agréable auquel j’ai pu assister.

Pour ma part, c’était un Roadtrip improvisé à Ottawa pour assister à un show de musique dans lequel des amis de mon collègue Joé jouaient. Il faut dire que depuis l’arrivée de la COVID-19, j’ai cessé carrément d’aller voir des spectacles de musique. Activité que j’avais l’habitude de faire régulièrement depuis mon adolescence. En arrivant à destination, j’ai eu une agréable rencontre avec les membres du groupe Late Night Trouble. En effet, ce sont des gens très charismatiques et sympathiques avec qui j’ai eu un grand plaisir à discuter de tout et de rien au bar le Mavericks, comme si on étaient des amis depuis toujours.

Avant même que le show ne commence, la salle était déjà bondée de personnes. Il faut dire que les billets étaient tous vendus. Pendant un instant, je retrouvais la bonne vie ordinaire d’avant la COVID. C’était fort agréable de pouvoir être enfin réunis avec autant de personnes ayant une même passion commune; soit la musique.

Entrée fracassante avec le groupe Rude Mood qui a offert une performance très Rock, mais aussi assez Blues. Qui plus est, un mélange très intéressant à mes oreilles. Pendant un instant, je me sentais replonger dans l’adolescence en écoutant le gros drum et les mélodies de la guitare. Je ne connaissais pas du tout le band, mais j’ai tout de suite su l’apprécier par son genre très entraînant qui nous donne envie de sauter partout dans la salle, comme si plus rien de la COVID n’existait. Je m’évadais dans ma tête vers une destination inconnue sans aucun stress en étant bercé par la voix à la fois claire, mais aussi au timbre corsé du chanteur.

En deuxième partie, le groupe Late Night Trouble, qui est originaire de Montréal, n’a pas chômé en débutant avec une très belle énergie, qui ramenait au rock des années 70. Dès le début, j’ai pu apercevoir l’aisance sur scène des différents membres du groupe, en particulier celle de la chanteuse. En effet, sa passion immense pour la musique était très visible dans tous ses mouvements, ce qui rendait la performance musicale encore plus impressionnante et agréable. Également, le guitariste a su mener la danse en interagissant régulièrement avec le public. La chanson Scream my name a provoqué chez le public un soulèvement général; on était tous là à chanter les paroles et à taper le beat. Le groupe est franchement très prometteur, les lignes de la guitare et de la bass sont assez techniques et vraiment bien harmonisées. La voix de Roxanne me fait penser à du Soprano dramatique; timbre très puissant avec des aigus percutants, chose qui n’est pas aisée d’atteindre dans le domaine vocal. Concernant le beat du drum, Yuri a clairement fait ça toute sa vie; les temps sont exécutés aux bons endroits et il offre une ambiance très groover.

En terminant, le groupe Taming Sari entre sur scène en ne laissant personne indifférent. En effet, une partie du public semblait déjà les connaître et ne laissait pas cela sous silence; tout le monde était déjà debout. Leur style unique me fait penser à un rock très moderne. Les gars avaient une présence sur scène assez intense et ne restaient pas là à jouer sans rien faire; ça brassait pas mal. L’envie de monter sur le stage pour rejoindre la danse était fortement présente. C’était assez mouvementé et entraînant, ce qui a terminé la soirée en beauté. Sentiment d’euphorie en sortant du bar, j’ai ressenti tellement d’émotions fortes tout au long du concert. Pour un premier show depuis plusieurs mois, je n’ai absolument pas été déçu et j’ai retrouvé ma soif éternelle de la musique.

- Mademoiselle Chloem

 

Taming Sari

 

Rude Mood

Crédit Photos : Joé Lacerte