Voici la critique de Jean-Daniel Poirier et les photos prises par Vicky Fillion lors du spectacle du Québec Rock Fest présenté au Quartier de Lune de Québec le 26 février et qui mettait à l’affiche The Flaying et Deathology.

Deathology

Deathology est un groupe de death metal qui est né pendant la pandémie. Ils nous offrent une performance plutôt brutale qui donne envie d’headbanger. Leurs riffs de guitare sont vraiment bons. Parfois plutôt lourds et lents, parfois rapides et plutôt techniques. Pour ce qui est de la basse, sans se démarquer, il joue exactement ce qu’il faut dans l’optique de servir la chanson. Au niveau de la voix, nous avons droit à un chant ultra guttural et par moment, il nous surprend avec un scream aigu ici et là. Au niveau du drum, la performance n’était pas parfaite, j’ai vu des lacunes dans la fluidité des beats, mais par contre les idées sont là et c’est rempli de potentiel. Je tiens à préciser qu’il n’y a rien de catastrophique dans mon dernier commentaire.

Un point à améliorer selon moi, c’est la présence sur scène. Il ne faut pas oublier que c’est leur premier show ever, donc j’imagine que lors des prochains shows, ils vont gagner en assurance et se laisser aller un peu plus.

J’ai réellement aimé qu’il y ait une intro et un interlude (séquence). C’est vraiment bien monté, mais malheureusement, le soundman l’a échappé solide au niveau du synchronisme pour que celles-ci partent au bon moment. Ça a créé des longueurs, mais c’était totalement hors de leur contrôle.

Sérieusement, c’est un groupe à suivre. Ils ont du potentiel à revendre.

The Flaying

Comme à chaque fois que je les vois en show, la première pièce me fait feeler comme si je percutais un mur à 120 km/h. La rapidité et la brutalité de leurs pièces ne laissent personne indifférent. Ils ont commencé par deux pièces de leur premier album, pour ensuite nous faire Angry, Undead en intégralité.

Les riffs de guitare sont vraiment bons. Parfois mélodiques, parfois brutaux, ils sont vraiment accrocheurs et surtout ils te donnent vraiment envie de te brasser la tête. Le drum, FU**!!!  Ce gars-là est un métronome. Tous les coups sont donnés avec précision et avec un timing impeccable. À cette vitesse-là, ça devient un exploit.  Qu’on parle de blast beats ou des beats de basedrum dans le tapis, rien ne lui résiste!

Maintenant, passons au chanteur. Il a une très bonne attitude. Il est professionnel et charismatique. Il prend la place qui lui revient sur la scène. Il a un vocal vraiment grave qui tire souvent vers les pig squeals. Mais rien ne l’empêche de nous pousser un hi pitch à l’occasion. Thumbs up au moment où il a dit : VLADIMIR PUTIN FU*K Y*U.

Ensuite, passons à la basse. Ce fut ma grande déception ce soir, et ce n’est pas à cause de sa performance ou encore de ce qu’il joue. Ma grande déception est que soit, on ne l’entendait pas ou encore qu’ont l’entendait trop. Comme si le piton base sur la console avaient seulement deux settings, soit mute ou 10. De ce que j’ai pu entendre, mais surtout voir, ce gars-là est un alien venu d’une autre dimension. Il utilise diverses techniques, dont ma préférée en tant que basiste, le tapping. Il est très technique et impressionnant à voir aller. Pour l’avoir entendu jouer à plusieurs autres occasions, ce gars-là apporte beaucoup au son du band. C’est vraiment malheureux que le son ne fût pas de son coté.

Les points forts de leur setlist ont été la Valse du Scorpion et Place du Parvis. La conception de ces chansons-là est juste amazing.Ils nous ont donné une performance forte en énergie et en brutalité. C’est toujours un plaisir de les voir en show.

Les gens qui étaient sur place ont même eu droit à une primeur du groupe. Ils nous ont fait une nouvelle pièce qui promet pour le prochain album. C’est un groupe à surveiller prochainement.

En conclusion, nous avons eu droit à une TRÈS belle soirée avec deux bands vraiment excellents.

-JD Poirier