Voici la critique et les photos prises par Martin Desbois lors du spectacle de Primitive Man présenté par Extensive Enterprise au Bar Le Ritz PDB de Montréal le 6 juin 2022 et qui mettait également à l’affiche Mortiferum, Jarhead Fertilizer, Body Void et Elizabeth Colour Wheel.

Elizabeth Colour Wheel

Ce soir le Ritz allait brasser. Je sais que vous vous dites que c’est cliché, mais cette fois-ci il faut me prendre au sérieux. Montréal accueillait la formation doom de Denver, Primitive Man ainsi que quelques autres formations qui avaient beaucoup à donner.

La soirée débute avec Elizabeth Colour Wheel. Je suis en train de discuter avec un ami, lorsque j’entends une jeune femme s’époumoner et s’exprimer de gestes erratiques. Je croyais avoir affaire à une femme en détresse sûrement intoxiquée : eh bien non, la prestation d’Elizabeth Colour Wheel venait de débuter. Formation hétéroclite, je dirais de noise rock, tout de même complexe, qui dégage une attitude et une atmosphère déroutante punk rock et qui grind aussi!

Lani Shane (vocaux) est la pièce maîtresse du groupe : elle bouge énormément, s’exprimant de façon théâtrale et sautant hors des planches pour se mêler à la foule à maintes reprises. Les guitares sont tordues, incongrues, la basse est lourde et distortionnée. Pas pour le commun des auditeurs, mais j’ai apprécié l’effet déstabilisant.

 

Body Void

Ensuite nous avons eu droit à Body Void. Un  duo de San Francisco œuvrant dans le Sludge Doom Drone. La prestation était bien. Pas de grosse énergie, mais un voyage au sein de la souffrance soutenu.

 

Jarhead Fertilizer

Jarhead Fertilizer vinrent installer une ambiance et une énergie toute nouvelle en force et en déploiement. Plusieurs T-shirts de la formation Full of Hell se voyaient parmi la foule : étant donné que Dave Bland, le batteur, est aussi celui de Full of Hell. Le chanteur aussi, il s’est démené comme un diable dans de l’eau bénite et il a su faire gronder le Ritz. Je  connaissais plus Full of Hell que Jarhead Fertilizer.

L’agressivité montée d’un cran, nous étions prêts pour MORTIFERUM, groupe que j’avais vraiment hâte de voir.

 

Mortiferum

Avec Mortiferum, on tombait dans le Doom Death solide. Signé sur Profound Lore on en demandait pas moins. La jeune formation de Washington allait nous démonter. L’exécution était sans failles, on allait directement dans le creux (hehe) du sujet. Les fans de Doom semblaient plus que ravis (moi aussi).

Primitive Man

Vint enfin le temps de revoir Primitive Man. Mammouth ou Mastodon du Doom sludge, ils étaient à nouveau à Montréal pour notre plus grand plaisir. Fidèle à eux-même, Ils ont su tester la validité du bâtiment avec leurs basses fréquences et leurs décibels. Mes bouchons insonorisant, bien placés, j’étais prêt à encaisser et subir. J’avais rarement vu la salle du Ritz aussi allumée, body surfing, moshpit et même circle pit par moment. Dans une si petite salle, ça relevait presque de l’exploit. Rester intacte aussi !

Ce fût une excellente soirée avec une foule allumée et très généreuse!

-Texte & Photos: Martin Desbois