• En rafale d’avril

    Posted by Mathieu Audet on April 30th, 2015

    En rafale

     ——————————–

     

    Nightwish – Endless Forms Most Beautif

    Nightwish

    «Endless Forms Most Beautiful»

    Nuclear Blast

    2015

     

    Avec «Endless Forms Most Beautiful», Nightwish entre dans sa 3e époque. Il y a d’abord eu l’époque classique avec la chanteuse Tarja Turunen, ensuite la période d’expérimentation avec Anette Olzon, puis finalement l’époque hybride avec Floor Jansen, époque qui a débuté avec la sortie de cet album. Personnellement, mon époque préférée est la deuxième, celle où ont été pondus «Dark Passion Play» et «Imaginaerum», le dernier étant de loin le meilleur album de Nightwish. N’ayez crainte, je reste également un fan de l’époque classique, époque où ont été pondus la majorité des albums de Nighthwish contenant plusieurs classiques.

    C’est donc avec grand plaisir que j’ai écouté ce dernier opus, puisqu’il retient et présente les meilleurs éléments des deux époques qui l’ont précédée. On y retrouve en doses bien balancées tout ce que l’on a aimé de Nightwish dans le passé. L’album est plus simple côté orchestration, ça laisse plus de place aux musiciens, c’est bien comme ça. La voix de Floor Jansen va à merveille avec le style musical de Nightwish. On l’avait d’abord observé dans le live «Showtime, Storytime» paru en 2013, et on en a la confirmation avec cet album.

    Seul point négatif: J’aurais aimé que la voix du bassiste Marco Hietala soit plus utilisée, autant en contraste qu’en duo avec celle de Floor Jansen, comme ce fut le cas sur les deux derniers albums (pensez à «Ghost River» et à «I Want my Tears Back»).

    Note: 9/10

    ——————————–

     

    The Tangent – A Spark in the Aether

    The Tangent

    A Spark in the Aether

    Inside Out Music

    2015

     

    Écouter The Tangent, c’est, comment dirais-je, un peu comme prendre une bière (ou deux, ou trois) le jeudi soir pour relaxer. Des fois, tu vas te sentir engourdi et un peu assommé («Aftereugene»), d’autres fois, ça va te réveiller et te rendre en feu pour le reste de la soirée («Codpieces and Capes»). En écoutant «A Spark in the Aether», tu vas passer par ces deux moods complètement à l’opposé à un moment ou un autre pendant l’album. Le point central de cet album est bien sûr «The Celluloid Road», qui est un chef-d’œuvre total, et qui m’a permis de me sentir un peu moins seul dans ce monde. Moi qui pensais être le seul à avoir un intérêt à parler dans le même 30 secondes de sujets complètement différents (ex : de Baseball, de Jurassic Park et du Pont Pierre-Laporte dans une même idée). Avec des paroles du genre «I’ve walked a walk with James Bond, seen Gandalf flip a bridge. Volkwagens that drive themselves and apes that freely talk. San Fransisco what a world, what a place, what a life!», je me sens rassuré.

    Ce que j’aime aussi de The Tangent, c’est que dans les douze dernière années, le groupe a sorti 10 albums, tous aussi bon les uns que les autres (ou presque). Le groupe est constant et conserve une excellente moyenne au bâton, espérons qu’il continuera de composer sans compter.

    Note: 10/10

    ——————————–

     

    Crowned In Earth - Metempsychosis

    Crowned in Earth

    «Metempsychosis»

    Sonic Mermaid Records

    2015

     

    À la première écoute de cet album, ma première pensée fut «enfin quelqu’un qui est capable de faire du prog comme dans les années 70!». Il y a de belles influences à la Pink Floyd, Genesis, et je dirais même Triumvirat (si tu ne connais pas ce dernier, va tout de suite écouter l’album «Illusions on a Double Dimple»!) En réécoutant, tu entends aussi d’autres influences de styles plus moderne, comme du doom et même de l’ambiant. Sors de ta zone de confort et va écouter ça! Mes chansons préférées: «But an Echo», «Summer’s Pride» et «Travelling Road».

    Note: 8/10

    ——————————–

    The Real McKenzies – Rats in the Burlap

    The Real McKenzies

    «Rats in the Burlap»

    Fat Wreck Chords

    2015

     

    Là, on tombe dans le punk celtique. Depuis leur chef-d’œuvre «Off the Leash» en 2008, j’ai comme l’impression que The Real McKenzies sont sur une pente descendante, pas trop à pic, disons 1 ou 2% d’inclinaison, mais descendante tout de même. Ce n’est pas mauvais ce qu’ils font depuis, et «Rats in the Burlap» est certainement plus punk que ces prédécesseurs, mais j’ai de la difficulté à retrouver la magie qui m’a initialement fait tripper avec ce groupe. La cornemuse est malheureusement en arrière-plan sur cet album, et quand on l’entend, ce n’est que trop souvent en accompagnement générique. Cette vidéo de marde n’aide pas non plus:

     

     

    Exercice intéressant à faire: Prenez votre chanson favorite de The Real McKenzies, mettez-vous des ouates dans la bouche et essayez de la chanter en prenant une voix qui est un hybride de la vôtre et de celle d’une poule (en bonus, vous pouvez faire la poule avec vos bras aussi en chantant). Vous devriez arriver à un résultat qui ressemble pas mal à la voix du chanteur du groupe.

    Note: 6/10

    Mathieu

Leave a Reply





Copyright © 2012 Ondes Chocs. All rights reserved.