10501740_507222126091304_1102150665352581039_n 

 

Les Foufounes Électriques se sont fait botter le cul (j’m’excuse même pas pour cette joke poche) par la tournée “Carnival of Death” qui était de passage hier dans la Métropole. Avec une brochette de groupes de Death Metal d’une aussi grande qualité, la soirée ne pouvait qu’être bonne. Mais elle fut bien plus que cela, elle fut excellente ! C’est une salle bien remplie qui a accueilli cette horde américaine mené par les Montréalais de Kataklysm.

C’est les gars d’Internal Bleeding qui ont commencé la fête avec leur Brutal Death Metal typiquement New-Yorkais. Bien que n’ayant pas beaucoup de temps de scène, les gars se sont donnés à fond, offrant une prestation de qualité, y allant de quelques classiques et quelques chansons du nouvel album. Bien que la salle n’aie pas encore été pleine, la foule a donné une réponse positive (quoique timide) au groupe, les old school manifestant leur bonheur de voir ce mythique groupe de Long Island et les plus jeunes appréciant la leçon de NYDM qui leur a été donnée.  C’est avec des classiques tels que “Ruthless Inhumanity” et “Annointed in Servitude“, que les gars d’Internal Bleeding ont donné le ton à une soirée de pur Death Metal .

Ensuite ce fut le tour des gars de Pyrexia de monter sur scène. Autre groupe mythique de la région New-Yorkaise, les gars ont fait honneur à leur réputation en offrant du bon NYDM aux Montréalais présents, même si malheureusement plusieurs d’entre eux ne semblaient pas connaître le groupe, ne comprenant pas à quoi ils avaient affaire. Le chanteur n’arrêtait pas de demander à la foule de s’avancer et de s’adonner aux circlepits , mais celle-ci répondait timidement … Pour l’avant dernière chanson , Keith DeVito (Internal Bleeding) est venu les rejoindre sur la scène afin de chanter “System of the animal“. À ce moment la foule a donné un peu du sien, brassant un peu plus pour les deux dernières pièces de leur set, qui s’est terminé avec la pièce “Sermon of Mockery“.

Jungle Rot firent ensuite leur entrée sur scène. Comme à leur habitude, les gars ont commencé en force pour ne plus s’arrêter. Jungle Rot tel un Ak-47, est une machine de guerre qui ne s’enraille jamais, aucun temps mort ni faux pas. Toujours les gars livrent la marchandise à cent mille à l’heure, ne laissant qu’une traînée de cadavres suite à leur passage. Dès les premières notes, la foule s’est déchaînée, libérant toute l’énergie conservée durant les prestations des deux premiers groupes. Les gars y sont allés d’un bon melting-pot de leur discographie obligeant la foule à se donner corps (et âme) dans le pit. Ils ont aussi offert quelques classiques à la foule tel que “Terror Regime” et la pièce “Worst Case Scenario” qui a été grandement appréciée.

Ce fut finalement au tour de Suffocation de monter sur scène. C’est devant une foule plus que survoltée et bien échauffée (tsé  … ben chaude là) que les rois du  Brutal Death Metal New-Yorkais ont enclenché les hostilités. Tout de suite, les stage-dives et les circlepits ont commencé et ce, de façon plus intense que durant Jungle Rot (si c’est possible …). Encore une fois, Frank Mullen était absent, mais heureusement Hobbes et compagnie ont su trouver un chanteur de tournée compétent en la personne de Ricky Myers (batteur de Disgorge U.S.A) qui a VRAIMENT assuré! La formation a enchaîné les classiques (“Catatonia“, “Abomination Reborn“, “Funeral Inception“, “Breeding the spawn“, “Pierced from within“) ainsi que quelques chansons du dernier album (“Pinnacles of Bedlam“) ne laissant pas un instant de répit à la foule qui ne faisait qu’en demander plus. Encore une fois Keith DeVito a fait une apparition sur scène, pour le plus grand bonheur de la foule. Question de finir en beauté, les gars nous ont offert l’éternellement excellente “Infecting the crypts“! Mention spéciale à Kevin Talley qui en terme de drummer qui “varge”  ne donne pas sa place et pète la baraque à chaque fois.

Finalement la cerise sur le sundae, Kataklysm! La foule qui miraculeusement était encore vivante après le passage de Suffocation, s’est encore une fois déchaînée. Comme l’a mentionné Maurizio, cela faisait près de treize ans que la formation n’avait pas jouée aux Foufs. Bien contents de pouvoir jouer à Montréal, les gars de Kataklysm ont “sacré une rince” à la foule qui ne demandait que ça. Ils ont eux aussi fait un bon tour de leur discographie bien pesante, offrant aux spectateurs des pièces telles que “Shadows and Dust“, “As I slither“, “Crippled and broken” et une bonne surprise “The Awakener“. Personnellement, c’est le meilleur show de Kataklysm que j’ai vu à ce jour. Les gars ont donné la touche finale à une superbe soirée de pur Death Metal  qui a bien brassée la cage à la Métropole en ce lundi soir.

Un gros merci à Brave Concerts International (qui m’ont gracieusement accueilli), aux Foufounes Électriques et à tous les groupes pour cette soirée magique!

David-Alexandre