486247_353004451473104_1173135875_n[1]

 

Fondée en 1975 sous le nom Mind Power et évoluant d’abord dans l’univers du Jazz Fusion, la formation originaire de Washington D.C. deviendra de plus en plus intéressée par le Heavy Metal, le Punk Hardcore et le Reggae et changera en conséquence de nom, de style musical et de chanteur en adoptant le nom Bad Brains en 1977. Premier groupe de Punk Hardcore entièrement formé d’Afro-Américains, à intégrer des influences Reggae et à adopter la philosophie Rastafari, les Bad Brains se forgeront rapidement une réputation enviable avec leurs chansons ultra-rapides, agrémentées de rythmiques inusitées, de solos de guitare plus métalliques et des voix variées de H.R.

Le groupe sévira une première fois sur LP en 1982 avec un album éponyme, puis fera état d’une évolution impressionnante vers une intégration de plus en plus poussée de ses diverses influences jusqu’aux albums I Against I (1986) et Quickness (1989). Cependant, après le départ de H. R. (vocal) et de son frère Earl Hudson (batterie) en 1990, la formation connaîtra plusieurs années d’instabilité au cours desquelles ils tenteront un son plus Funk Metal dans la veine Faith No More et signeront avec Epic Records pour le médiocre Rise (1993). En 1995, la formation originale se réunira pour le trop Reggae God of Love et poursuivra l’aventure malgré les frasques répétées de leur chanteur H. R., en retournant vers un son plus près de ses origines avec les  très bons albums Build A Nation (2007) et Into The Future (2012).

Après, plus de 30 ans d’expérience Bad Brains demeure un groupe incontournable de l’histoire du Punk Hardcore et mérite amplement que vous alliez les voir au Amnesia Rockfest. Ces vidéos vous le prouveront!

 

See ya in the pit

Louis-Olivier B. Gélinas