Un mot pour résumer la soirée… intensité!

Le 30 octobre 2019, je me suis rendue au MTELUS de Montréal pour la tournée “The Great Tour” du groupe Suédois Sabaton. En première partie, il y avait le groupe HammerFall. À noter que le groupe HammerFall sera de retour à Montréal le 12 octobre 2020.
Voici donc ma première critique de show pour Ondes Chocs. Soyez indulgents, il y a un début à tout!! Hi Hi!

Hammerfall

Photos par Joé Lacerte

Le premier groupe à mettre les pieds sur la scène est HammerFall, une formation originaire de la Suède, active dans le milieu depuis 1993.  Normalement, une première partie sert à réchauffer la foule et les préparer pour le groupe en tête d’affiche, par contre, dès les premières minutes du spectacle, il était évident que la soirée serait intense!

HammerFall a débuté avec leur chanson “Never Forgive, Never Forget”. L’énergie que dégage les membres est palpable dès le début et la foule est très réceptive. Ils ont ensuite interprété “Fury of the wild”, et déjà la foule scandait les paroles. Le set en entier était explosif. Que ce soit le guitariste Oscar Dronjak avec ses interactions avec la foule ou celle du chanteur, Joacim Cans, on ne pouvait pas demander rien de mieux comme ouverture de soirée. Malgré les quelques pépins de voix en fin de set, je tiens à mentionner que la voix de Joacim est vraiment spectaculaire : puissante et juste! Que ce soit lors de la chanson “Hammerfall” ou “Hearts on fire”, les échanges entre le groupe et la foule était super! Vers les dernières pièces, un mosh pit s’est formé et s’est maintenu jusqu’à la fin. Je ne regrette pas de m’être mise à l’avant dès les premières minutes du spectacle. Rien de mieux pour bien vivre et critiquer un show que d’en faire partie, non !?

C’était la première fois que je voyais HammerFall en spectacle, cependant, je ne manquerai certainement pas leur prochaine visite en tant que tête d’affiche en octobre prochain. Et vous, serez-vous présent au Théâtre Corona le 12 octobre 2020 !?

 

 

Sabaton

Photos par Joé Lacerte

Sabaton, ce groupe suédois actif depuis 1999, n’a plus de preuves à faire. Ils offrent un spectacle visuellement et musicalement incroyable. Ayant des paroles principalement basées sur des faits historiques reliées aux guerres, il ne faut pas se surprendre que les fans s’y accrochent. Le chanteur a mentionné au courant de la soirée qu’à Montréal, nous avions eue la chance de voir les deux tanks du groupe en seulement quelques mois. Lors de la dernière édition du Heavy Montréal, le groupe était présent avec leur autre “tank drum riser” et si ma mémoire ne me joue pas de tour, le drum présent au MTelus était celui nommé “Audie”.

Dès les premières notes de l’intro de Sabaton, l’ambiance était survoltée. La foule était prête et lorsque le drummeur, Hannes Van Dahl, s’est présenté sur son “tank”, la foule n’a pas manqué d’accueillir le groupe comme nous savons si bien le faire au Québec! Étant complètement à l’arrière de la salle, au balcon, j’ai pu ressentir toute l’intensité de la foule et du groupe. Pour ma part, ayant énormément écouté le récent album, j’ai grandement appréciée la seconde pièce : “Great War”. Avec les images projetées à l’arrière, la pyrotechnie et les chœurs avec les membres et la foule, on ne pouvait pas rien demander de mieux. Les frissons étaient présents! Ce fût mon coup de cœur de la soirée! Par la suite, je me suis rendue directement dans la foule devant la scène, pour vivre l’expérience pleinement! Nous avons eue droit aux nouvelles chansons ainsi que de nombreux succès des autres albums dont “Primo Victoria”.

Le chanteur, Joakim Broden, a parlé à de nombreuses reprises que la foule était incroyable et mention spéciale à son interaction avec un jeune garçon de 13 ans en première rangée.
De plus, celui-ci c’est adressé à la foule en français à quelques occasions, ce qui faisait grandement réagir les fans présents! Nous avons eu droit à du “body surfing” tout au long du set de Sabaton. Les gens tombaient dans le “pit” à photo et retournaient dans la foule immédiatement! J’ai vu les mêmes personnes à plusieurs reprises, comme quoi ils ont appréciés leur show, j’imagine!

Ayant assisté à de nombreux shows dans les deux dernières années, je tiens à souligner que l’ambiance de celui-ci est dans mon top 3. Un excellent spectacle et je ne manquerai certainement pas les prochaines venues de SABATON au Québec! L’interaction entre les membres du groupe est contagieuse. Ils ont du “fun” et ça se répercute dans la salle. À quelques reprises, l’un des guitaristes, Tommy Johansson, (le géant à la gauche, haha), semblait faire des coups au chanteur en déplaçant son pied de micro. Comme j’aime souvent dire, pour ma part, un bon show est un show ou tous les membres semblent s’amuser à faire leur musique, et pour Sabaton, ils étaient comme des enfants dans une nouvelle salle de jeux!

Voilà, pour moi, Sabaton et HammerFall ont offert des prestations explosives et incroyables!

Vicky Fillion (et photos par Joé Lacerte)