Spock's Beard - The Oblivion Particle

 

SPOCK’S BEARD
«The Oblivion Particle»
Inside Out Music
21 Août 2015

 

*Scroll down for English version
Après leur album chef-d’oeuvre «Brief Nocturnes and Dreamless Sleep» en 2013 (album où même le disque bonus était excellent!), les gars de Spock’s Beard reviennent à la charge deux ans et demie plus tard avec l’album «The Oblivion Particle». Si on considère que Spock’s Beard est un band de vieux (presque 25 ans derrière la cravate!) et qu’ils ont douze albums à leur actif, le rythme auquel ce groupe nous livre de la nouvelle musique est phénoménal.

Le groupe nous offre sur ce douzième album tout ce que nous aimons et sommes habitués d’entendre du Spock’s Beard moderne (c’est-à-dire, post départ de Neal Morse). Il y a certainement quelques petites expérimentations à gauche et à droite, mais rien de trop extravagant. Je ne suis pas du genre à me perdre dans les longues descriptions de chansons. Je préfère plutôt parler plus de ce qui tourne autour de l’album, de comment il a été fait, et de donner un peu plus de background. Jusqu’à des fois me perdre dans une idée et dévier de la track pas mal. En fait, j’ai toujours trouvé inutile et même un peu niaiseux de décrire la performance dans le détail, y allant de commentaires du genre « le drum rappelle un coup de tonnerre venu droit de l’enfer », ou encore « les solos de guitares sont justes et joués à la vitesse de l’éclair ». Je pense que c’est mieux de laisser les gens écouter la musique pour une première fois sans se faire d’attentes. Je dirai simplement que mes chansons préférées sont «Tides of Time», «Minion», «Disappear» et «Bennett Built a Time Machine».

Bennett

Non, pas ce Bennett

Fait intéressant à noter, sur les neuf chansons présentes sur l’album, six chansons ont été écrites par des membres qui ne font pas partie du groupe. Il s’agît bien sûr des collaborateurs de longue date Stan Ausmus et John Boegehold, qui ont collaboré à tous les albums de Spock’s Beard depuis «Feel Euphoria» en 2003. Ils sont en grande partie responsable du nouveau son de Spock’s Beard et méritent beaucoup de crédit! J’aurais aimé avoir une fois de plus une collaboration de Neal Morse sur une ou quelques chansons, mais on n’a pas toujours ce que l’on veut dans la vie comme dirait l’autre!

Je considère l’album de 2013 comme étant le meilleur album du groupe jusqu’à maintenant (et oui, même meilleur que «Snow»!). Même si une coche en dessous (c’est le problème éternel des albums post magnum opus de n’importe quel groupe), «The Oblivion Particle» est une très belle réplique et un statement comme quoi le groupe en a encore beaucoup à offrir. Ça va vous prendre plusieurs écoutes pour pleinement l’apprécier par contre! L’album va très certainement se retrouver dans mon top 5 à la fin de l’année. Depuis l’arrivée du chanteur Ted Leonard (Enchant, Transatlantic), Spock’s Beard est sur un belle lancée. Espérons que ça va durer!

Note: 9/10

Mathieu Audet

 

After the release of their masterpiece and magnum opus album «Brief Nocturnes and Dreamless Sleep» in 2013 (even the bonus disk was excellent!), the guys from Spock’s Beard strike again two and a half year later with their twelfth album «The Oblivion Particle». Considering the fact that Spock’s Beard is an «old» band (almost 25 years now!) and that they released twelve albums during that time span, I can only have a lot of respect towards the rhythm to which they produce and release new music.

Everything that we love and are used to hear from the modern Spock’s Beard is on «The Oblivion Particle». There are of course a few experimentations here and there, but nothing that goes off the track for too long. I’m not the kind of person that likes to describe in details every song of the album, saying things like «the drum is like a pounding thunder from hell» or «the guitar solos are precise and lightning fast». I think it is a bit useless, and the best way to listen to an album for the first time is without preconceived ideas about it. I prefer talking about interesting facts about the album, giving background and trivia information. I will only say that my favorite songs are «Tides of Time», «Minion», «Disappear» and «Bennett Built a Time Machine».

Bennett

No, not that Bennett.

Fun fact: Out of the nine songs on that album, six of them were written by people who are actually not in the band! These people are of course long-time collaborators Stan Ausmus and John Boegehold. They are writing for Spock’s Beard since the 2003 «Feel Euphoria» album. They are an important part to the new sound of Spock’s Beard and deserve a lot of credit. I would have liked a collaboration from Neal Morse on a few songs, but you don’t always get want you want in life!

Like I said in the introduction, I consider the 2013 to be the best piece of work from Spock’s Beard (yes, even better than «Snow»!). Even though «The Oblivion Particle» is a notch under «Brief Nocturnes and Dreamless Sleep» (this is the eternal problem of any post-magnum opus albums from every bands), I think this is a great follow-up and a statement from the band that they still have a lot to offer. It may take several listens to fully appreciate this album, but this will be worth your time. The album will certainly be featured in my Top 5 of 2015 list. The band is on a great streak since the arrival of Ted Leonard (Enchant, Transatlantic), let’s hope this will continue on for a long time!

Note: 9/10

Mathieu Audet