Big Kick

 

BIG KICK
«Big Kick» EP
Loudhouse Recordings

Indépendant
2014

Liste des pièces
«No More Freedom»
«Bait»
«Slugger»
«Lessons in Oppression»
«Shiv»
«Staring at the Saw»

 

*Scroll down for English version
BIG KICK
est un groupe de Rock bien groovy à saveur Metal en provenance de Montréal. Le EP «Big Kick» est leur premier opus, paru en 2014. Après avoir été représentant d’Ondes Chocs en tant que juge de leur performance à la première ronde du concours «Rocker» en salle du «Amnesia Rockfest 2015», il me fait plaisir de faire un compte rendu de l’écoute de ce EP de 6 pièces.

Ça commence relaxe avec un riff de guitare groovy précédé d’un drum qui ouvre le bal. Je dis relaxe mais c’est à la fois pesant et aéré. Le genre de thème badass où on voit un personnage d’un film d’action descendre de son «muscle car» au «slow motion» avant d’exploser la gueule des bandits… c’est une courte pièce du nom de «No More Freedom» qui introduit le EP de façon décontractée, mais avec de l’attitude.

Dès les premières notes de la pièce «Bait», on sent que la pente monte. Le tempo augmente, la même attitude badass style fin de film américain avec un mercenaire qui repart sur sa moto avec une chicks vers un soleil couchant dans un état western des states. Le genre de musique qui dégage de la testostérone mais que tu peux aussi associer à la femme fatale. D’ailleurs mon feeling m’amène pas mal proche de la réalité car les paroles parlent d’une femme.

«Slugger» parle pour sa part d’un boxeur, appelé le Louiseville Slugger. Le thème hard rock se poursuit avec des bons accords gras mais on a aussi droit à une dose de riffs bien metal lorsque la toune fait place à une petite mise en scène de match de boxe. Une mélodie sombre pendant un breakdown précède un passage de paroles rappées, et le riff sombre est mon passage préféré du EP. J’avoue que le rap m’a surpris et avoir été un peu sceptique mais après une réécoute, c’est pas mauvais! Tout est dans l’attitude et le contexte qui l’entourent.

On a droit à une structure un peu différente avec «Lessons in Oppression» avec un long cooldown en milieu de pièce. Mais qui dit cooldown dira souvent rebâtir une tension, parfois lentement, comme dans cette pièce. J’apprécie également un choix de gammes différentes employées au niveau de la guitare à certains moments suite à ce dit cooldown.

La pièce «Shiv», avec ses premiers riffs de guitare, me fait un peu penser au style de Rage Against the Machine. La voix, pour sa part, rauque et forte, et son choix de variations tonales me rappelle par moment le stock de Disturbed que j’écoutais quand j’étais jeune ado. Y’a même un autre rap dans «Shiv», et le flow puis même la voix me fait penser au MC dans Linkin Park (mes souvenirs de ce groupe proviennent également du début du millénaire). Un paquet de souvenirs dans une pièce qui malgré tout a son propre style.

L’énergie se met au relaxe pour introduire la fin du EP, une petite ambiance avec seulement un chant soft et de la guitare avec du delay qui me fait penser à du Tool, puis ça remonte tranquillement et ça lève. Le riff principal de «Staring at the Saw» groove avec de l’attitude, c’est une belle façon de clore un EP pesant et groovy. Une production sonore de bonne qualité que je recommande aux fans de hard rock.

-Francis LaBadie

 

BIG KICK is a Rock groovy band with a Metal edge from Montreal. The EP «Big Kick» is their first album, released in 2014. After being representative of Ondes Chocs as a judge for their performance in the first round of the live competition «Rocker» to get a spot on the «Amnesia Rockfest 2015», I am pleased to review this 6 songs EP.

It starts in a relaxed mood with a groovy guitar riff preceded by a drum opening. I say relax but that is both heavy and aerial. The kind of badass theme while we see an action movie character get off his muscle car in slow motion before exploding the heads of some mobsters … it is a short song called «No More Freedom» which introduces the EP casually, but with attitude.

From the first notes of second song, «Bait», we feel that the energy rises. The tempo increases but with the same badass attitude that recalls the end of those American movies with a mercenary who leaves on his motorcycle with a chick toward a setting sun in a western state of the USA. The kind of music that exudes testosterone but that can also be associated with the «femme fatale». Seems my feeling led me close to reality because the lyrics are about a woman.

«Slugger» ia about a boxer called the «Louiseville Slugger». The hard rock theme continues with good fat chords but we also get a dose of good metal riffs when the song gives way to a small staging of a boxing match. A dark melody during a breakdown precedes a rap passage, and this dark riff is my favorite part of the EP. I admit that rap surprised me and I was a little skeptical but after a replay, it’s not bad! It’s all in the attitude and the context surrounding it.

We get a slightly different song structure with «Lessons in Oppression» with a long cooldown in the middle of the song. But who says cooldown often says rebuilding tension, sometimes slowly, as in this song. I also appreciate a choice of different scales for the guitars used at times following the said cooldown.

The song «Shiv», with its first guitar riffs, got the vibe of Rage Against the Machine. The vocal, husky and strong, with its choice of tonal variations reminded me at times of Disturbed I listened to when I was a young teenager. There’s even another rap in «Shiv», and the flow, then even the voice, reminded me of Linkin Park‘s MC (my memories of this band are also from the turn of the millennium). A lot of «go back to» things in a song that still has its own style.

The energy sets again to a relaxed mood to introduce the end of the EP, with only soft vocals and a guitar with delay that made me think about Tool, and then it goes back up quietly to fully rise. The main riff of «Staring at the Saw» groove with attitude, it’s a nice way to end a heavy and groovy EP. A sound production of good quality that I recommend to all hard rock fans.

Francis LaBadie