1450130_553875334692578_411888541_n

 

J’étais censé faire une escapade à Laval, au Dallas Bar, pour voir le spectacle hommage à Limp Bizkit et Eminem, par Pimp Bizkit et Slim Charlie mais au tout dernier moment, les plans ont changé. L’ami qui était censé m’accompagné a été malade toute la nuit et n’était plus en état de sortir de chez lui et encore moins d’aller voir un spectacle. Étant surtout motivé à aller voir ce spectacle avec l’ami en question, je me suis repositionné vers un autre spectacle qui m’apparaissait plus alléchant par son côté underground. Par ailleurs, deux autres personnes ont décidé de m’accompagner lorsque je leurs ai fait cette proposition en ce vendredi soir à la dernière minute. Head Case, The Resistance et Deviant 21 étaient à l’affiche dans Hochelaga-Maisonneuve.

Nous étions déjà à l’affût (merci Mitch) que nous nous trouvions dans un endroit privé. En effet, Mumu, l’organisatrice de la soirée, nous a gentiment expliqué le concept de l’endroit. C’est une salle auto-gérée par des personnes qui la fréquentent et ils y organisent toutes sortes de choses : des conférences, des spectacles, des repas collectifs, etc. Le but étant de sensibiliser les gens et de les informer sur différents éléments de la contre-culture occidentale. Au premier entracte, nous avons d’ailleurs eu droit à un exposé relatant la situation de deux camarades qui sont actuellement en prison au Mexique pour des motifs disons d’activisme politique.

Je dois mentionner d’entrée de jeu que le show de ce soir est fort différent de la plupart de ceux auxquels je suis habitué. Les deux premiers groupes ne font pas du metal mais plutôt du punk rock. J’aime bien le punk rock pour son côté trash et plusieurs bands de punk rock ont un pendant mélodique qui rappelle certains riffs et certains solos plus typiquement metal. Seul Deviant 21 était clairement metallique dans sa présentation (lumière verte qui fait penser au cover de l’album Hatebreeder de COB) et dans sa sonorité.

Étant arrivé un peu trop à l’avance, nous avons décidé d’aller siroter une bière ou deux en jouant au billard « Chez Françoise », véritable institution du quartier à ce qu’il paraît. À cette heure, c’était plutôt tranquille et il n’y avait que nous, la barmaid, le DJ et un client aux machines à sous. Nous avons discuté de toutes sortes de choses, dont le fait que nous allions probablement nous sentir comme dans un bon vieux party de sous-sol durant le spectacle de tout à l’heure compte tenu de la petitesse de la salle ainsi que du concept.

Le temps passe et il est maintenant temps d’aller prendre place dans cet antre égalitariste. Plusieurs personnes sont arrivées depuis et il ne reste qu’une ou deux places assises. Nous en profitons pour nous établir à cet endroit, question d’avoir un œil sur nos trucs et surtout le matériel numérique qui servira à tourner les images de ce soir. Encore une fois, malheureusement, le son n’a pas été excellent sur la vidéo. Je suis encore à la phase de testing et j’ai omis de vérifier si un micro externe en mono allait donner un meilleur son que le micro intégré en stéréo. Pour l’instant, je dirais que c’est à peu près équivalent, en fait c’est pire avec le micro externe en mono puisque le son ne sort que par UN haut-parleur; je m’en suis rendu compte seulement au moment du montage (j’ai finalement trouvé un moyen d’arranger le tout pour le produit final).

L’attente ne s’est pas faite trop longue et le show commence aux environs de 21h40. Head Case nous balance un punk rock rapide et agressif. Un élément intéressant de leur musique est la chanteuse qui s’époumone en criant d’une voix pas trop stridente des paroles qui ne sont certainement pas en train de faire les louanges du Système. Elle est parfois accompagnée par des backvocals bien exécutés. Quelques problèmes de sons ici et là, rien de majeur, quelques petites erreurs techniques aussi, mais encore une fois rien de majeur. Ils ont offert une performance très respectable pour un band d’ouverture et ils ont bien réchauffé la salle. Le public était plutôt tranquille, mais c’est souvent le cas avec les openers.

The Resistance monte sur scène (il n’y a pas de scène en tant que telle mais ils commencent leur set…) suite au discours de support aux camarades à l’étranger. Tel qu’on aurait pu s’y attendre, le niveau musical s’est élevé d’un cran et cela est palpable particulièrement à la batterie. Des beats typiquement punk très rapides et c’était apprécié pour ma part. The Resistance nous a servi plusieurs pièces bien construites avec une complexité intéressante au niveau de la composition. Bien qu’il s’agisse de musique punk et que cette dernière puisse être assez simple à la base, on sentait le travail des musiciens derrière les morceaux. Des backvocals sont encore une fois venus enrichir l’ensemble de la prestation. Lors de l’intro d’une de leur chanson, les membres du groupe scandent « We are resistance, we are resistance, we are resistance, waaahh! » et c’était agréable de décerner les paroles à ce moment, ce qui était passablement laborieux pour le reste de la performance mais cela ne leur enlève rien. Ce n’est pas comme si je n’y étais pas habitué… Il est à noter que la foule n’était pas particulièrement plus active que lors du premier band.

À l’entracte, j’en profite pour aller faire un tour à l’extérieur, question de respirer un peu d’air frais. Il y avait énormément de monde pour un si petit endroit, si bien qu’en sortant, j’ai dû franchir un amas de personnes qui jasaient dans l’entrée pour me retrouver devant une autre bonne quinzaine de personnes qui fumaient et discutaient dehors.

Dernier band tant attendu par l’ensemble du public (vous comprendrez pourquoi bientôt…) qui se prépare : Deviant 21. J’étais principalement venu pour eux, compte tenu que c’était le seul groupe dont j’avais entendu un extrait avant la soirée. D’ailleurs, avant d’arriver, je n’étais pas au courant que c’était une soirée à saveur plutôt punk rock. Je n’ai pas été déçu! La lumière tamisée verdâtre de Deviant 21 vient faire basculer l’ambiance dans la pièce et dans la foule en un tournemain. C’est impressionnant à quel point un seul petit détail peut faire toute la différence… Et ils s’élancent de façon brutale. Je m’attendais à ce que ça brasse, mais peut-être pas à ce point-là! Le moshpit était particulièrement intense, ce qui est notamment dû à l’exiguïté de la salle. L’endroit que nous avions choisis était parfait pour voir l’action. Tellement parfait que j’ai été dans l’obligation de cesser de filmer après trois pièces parce que ça devenait trop dangereux pour le matériel. J’avais une main qui tenait la caméra et l’autre qui me protégeait des gens qui revolaient de tous bords tous côtés. Choix stratégique puisque non seulement les gens revolaient, mais la bière, les canettes et je ne sais quoi d’autre à un certain moment. C’était trash à souhait! Je m’excuse au passage pour la qualité de certaines images, notamment une petite partie de mur… ça vous donne une idée assez claire de comment c’était intense. Malgré tout, la prestation musicale m’est apparue impeccable et très impressionnante de la part des musiciens de Deviant 21. Il nous faut un temps d’adaptation assez court pour apprécier la voix aiguë du bassiste qui se fait complémenter agréablement par les growls gutturaux et profonds du guitariste. Des riffs extrêmement lourds, quelques solos ici et là, un drum plus qu’intense, c’était parfait pour clôturer cette soirée. Je remercie au passage un bon samaritain qui, voyant ma petite stature et mon matériel électronique, est venu se placer juste à côté de moi pour « gérer le trafic ». Très apprécié mec!

En terminant, puisqu’il était encore tôt, nous avons décidé de retourner au bar-billard pour voir ce qui en était. Surprise! Je ne m’attendais pas à me retrouver dans un endroit bondé de personnes en pleines festivités, dansant et buvant allègrement. Nous nous sommes malgré tout trouvé un petit coin un peu plus tranquille, à proximité de la porte d’entrée. Deux bières plus tard et nous étions mûrs pour lever les pattes.

Remerciements à Mumu, aux bands qui ont participé à cette soirée et au bon samaritain qui m’a protégé pendant une bonne partie du show de Deviant 21. Cheers! Le vidéo sera prêt prochainement.

Dr Light