18 avril Rimouski Vortex

Le 18 avril dernier était une date importante pour le groupe rimouskois Vortex qui, après s’être éclipsé durant une longue année, était de retour sur la scène du Cactus avec un tout nouveau line-up. En effet, après que les anciens vocaliste du groupe (Jean-François Côté), bassiste (David Vaillancourt) et drummer (Francis Marmen) aient quitté la formation à peu près tous au même moment après une série de spectacles donnés en première partie d’Anonymus partout au Bas-St-Laurent et au Saguenay, Dany Levesque et Mat Duguay ont cru bon de ne pas abandonner le navire à leur tour et de regarnir leur équipage de manière à faire perdurer la formation. C’est donc au courant de l’automne passé que le groupe a renfloué ses rangs en embrigadant Simon Desjardins (basse) et Justin L’italien Dubé (drums), en plus de Gilles-Christian Berger (Le Médium) comme frontman du groupe. Ce grand retour étant clairement le pilier de ce spectacle de samedi dernier, laissez-moi vous raconter ma soirée dans son entièreté.

 

18-04-15 Rimouski Vortex 2

 

Comme pour en ce qui a trait à la majorité des spectacles dispensés au Cactus Show Bar, l’ouverture des portes s’opérait à 22hrs30. L’heure tardive à laquelle l’événement débutait peut certainement excuser (en partie seulement hélas) la présence d’étranges hurluberlus pour lesquels la soirée s’annonçait certainement très longue. Vous savez, ces «out of nowhere» qui en ont probablement pour deux-trois surlendemains de veille à s’en remettre? Bref, on avait là un public de qualité (vous pouvez insérer une légère touche de sarcasme ici, à votre bonne discrétion).

Le premier groupe à être monté sur scène, Born in Atrophy, death metal matanais, nous a offert une solide performance pour débuter la soirée. Tous très vigoureux, la scène du Cactus n’était décidément pas assez généreuse en termes d’étendue pour les membres de cette formation gaspésienne. Malheureusement, la foule n’était pas encore suffisamment dégourdie et c’est devant une troupe de cadavres sur pattes qu’ils ont donné leur prestation. Néanmoins, malgré ce détail, le son était à couper le souffle (et ce tout au long de la soirée d’ailleurs). Pour cela, nous pouvons remercier l’incomparable Pierre-Luc Demers! Je vous mets une vidéo studio pour vous permettre de découvrir Born in Atrophy.

 

 

C’était pour une deuxième fois en moins de deux mois que j’avais l’occasion de voir Ordoxe de Trois-Rivières live aprèes les avoir vu au Trois-Rivières Metalfest, et pour sa part, le groupe n’a pas pris possession que de la scène mais bien du bar en entier! Jusqu’à ce moment encore, la foule rimouskoise semblait être sous sédatifs, n’ayant que faiblement réagit auparavant en dépit de l’excellente prestation de Born in Atrophy, tel que mentionné un peu plus haut. C’est Steve (vocal) d’Ordoxe qui a su rassembler les troupes en exigeant des gens présents qu’ils se rapprochent mais encore là, il occupait à lui seul plus d’espace que tous les spectateurs. Sincèrement, de bons groupes de black metal dans leur genre est sans aucun doute ce qui manque comme scène à Rimouski. Du hardcore au death metal, il est bien rare d’avoir la chance de voir performer un groupe de ce genre et de cette trempe-là dans le Bas du Fleuve. Les gars m’ont confirmé avoir bien apprécié leur passage dans le coin (leur show de la veille à Matane ayant apparemment été un succès!). Voici leur vidéo pour la pièce «God doesn’t care».

 

 

Nous sentions la fébrilité quant au retour de Vortex. Voyons voir comment celui-ci s’est déroulé…

 

18-04-15 Rimouski Vortex 3

 

Après une certaine attente, les musiciens seulement sont montés sur scène pour débuter leur pièce qui, au départ, n’était que strictement instrumentale. D’après les nombreux posts publiés sur leur page Facebook quelques temps avant l’annonce de leur tournée qui, d’ailleurs, s’étendra jusqu’en mai, nous avions tous l’impression que le groupe avait pris un nouveau tournant, un qui soit davantage théâtral. Hors, à ce moment de la soirée, nous pouvions constater qu’aucun membre ne semblait jouer un rôle particulier (aucun costume, aucune mise en scène particulière) et aucun élément scénique ne laissait présager une telle chose. C’est donc après un certain temps que Le Médium est monté sur scène, vêtu différemment des autres membres du groupe: costume noir très chic et, à la main, une canne. Les quelques liens qu’il a su établir tout au long de leur performance entre les pièces jouées avec de courtes phrases bien sombres m’a semblé très intéressant. Il n’y a pas à dire, je ne croyais pas avoir l’occasion de les entendre à nouveau et de me dire que l’ensemble de leur contenu est similaire à l’ancien mais en effet, les nouveaux membres ont su se fondre et prendre les couleurs de Vortex avec brio, en prenant bien soin d’ajouter les leurs. Ceci étant dit, nous pouvions voir à leur aise sur scène qu’ils se sentaient bel et bien à leur place. Le vocal, quoi que différent à bien des égards de l’ancien, collait parfaitement à l’ambiance. À mon avis, le seul hic est bien que la majorité d’entre nous nous attendions à une orchestration toute autre et à une mise en scène plus rocambolesques, ce qui ne fut pas le cas. Est-ce que le personnage du médium est encore à peaufiner? C’est l’impression que j’ai eue, ou peut-être est-ce le fait d’avoir vu Vortex performer une vingtaine de fois par le passé qui me fait avoir cette impression… Mis à part cela, à voir la frénésie de la foule durant toute la durée de leur set, on constatait aisément que Vortex n’a pas perdu de plumes et que son public rimouskois est toujours bel et bien vivant!

Je tiens à remercier en terminant Vortex qui m’ont gracieusement accueillie pour ce dévoilement ainsi qu’Eric Truchon, photographe de Rimouski, d’avoir accordé ses captures de la promo du nouveau line up de Vortex! Allez jeter un coup d’œil à ses différents shootings et encouragez-le!

Alison Rioux

18-04-15 Rimouski Vortex 4