1390517_10151653696926356_1065140560_n

 
 

Après les avoir présenté brièvement sur le site il y a de ça une couple de semaine avec l’arrivée de leur troisième et dernier album, “Molasses Constricts The Clinostat“, j’ai décidé d’envoyer des questions au duo Steve Myles (drum)/Tom Brooke (guitare), Khuda.  Question de les découvrir, si ce n’est pas déjà fait, je vous propose le lecteur Bandcamp de cet album en écoute intégrale durant votre lecture de la discussion ci-dessous. Je vous présente l’entrevue originale anglaise en premier suivi de la traduction faite par Lex

 

__________________________________

__________________________________

 

 

– What is the meaning behind the name of the band, Khuda?

TomWell, we chose the name after the first jam… myself and Robin (the first drummer) were driving through a town called bradford (if I remember rightly, we were on the way to a gig at a venue called the 1in12 club!) aand we were trying to think of a name. I saw the word Khuda written on a wall, and it just stuck! We found out a lot later that the word means a load of things in other languages, but to be honest, we just really liked the sound of it!

 

– You are a Guitar/Drum duo, was it on purpose or more a result of a band missing pieces and then experimenting?

TomI guess a little bit of both, it wasn’t something that was really massively planned. It has just always felt right for us… I honestly don’t think it’s ever even being considered to add another member. We’ve always had fun trying to make as much noise as possible!

SteveIn terms of practicality the sheer convenience of being just two people has also had a massive effect on how active we were able to be. We were both always up for an adventure and being so easy to accommodate resulted in us being able to play anywhere at any time. By the end of our time touring together we were completely self contained, we didn’t even use the pa system, just our own gear as close to the centre of the room as we could get. Musically it never really felt too much like there was much missing, I mean sure on record we’d add a little extra bottom end to flesh things out a little but live we were always perfectly happy just being two :).

 

– Please present both your musical backgrounds in order to better comprehend your influences.

TomWell, for me, Khuda is pretty much my entire musical background! The band started in my teenage years, and is pretty much my first band. I’ve always loved music though, and from an early age started to go to and then later playing at as many of Leeds’ awesome underground gigs as I possibly could! That was how me and Steve met… he was working as a venue organiser at a sweet DIY venue in the heart of Leeds’ student area, and one of the cool (slightly) older guys who gave us, as a young, enthusiastic musicians a chance to play live!

Steve – I guess both of us have the fact that we were never trained musically in common. I had about three or four drum lessons when I was a kid and never really had the patience for it but always just felt like i kind of understood how things worked. Maybe in retrospect it would have been better to do things properly but I enjoy myself so I guess that’s that.

Tom and Robin were always just incredibly enthusiastic, I remember the first time seeing them play (it was at an autumn all dayer we’d put on with a bunch of local bands in 2007) they rocked up with all this crazy equipment, they had a violin, a bon tempi organ, tom was jumping between bass and guitar and robin had this incredibly disjointed but groovy style which he threw himself at whole heartedly. We were all gob smacked, I remember thinking at the time that these boys were the punkest people ever, I mean sure they were still figuring stuff out but the sheer audacity of it blew us all away hah hah.

I started my first band when I was 12 years old and haven’t really looked back since heh heh, that band was my life for a long time, we never really got our shit together but we always knew we just wanted to try and do something different. I guess that’s another reason why I had instant respect for the Khuda lads, they were just trying to do something that didn’t really sound like everything else.

 

– This is your third and final release, why are you stopping now with such a winning combination?

TomWell, in early 2012, I moved permanently from the UK to Finland, and the distance between us basically meant that there was a natural need to wind down our activity as a band. We always worked in a way that we would practice every day, and spent about half our time travelling and touring, which really didn’t work out at all with the new distance between us. We’d already written most of ‘Molasses…’ so we recorded that in early 2013, as a kinda farewell to the band…

SteveYeah life was also just kind of going on with or without us and at the time it seemed like we had to either %100 commit to touring for 7 months out of the year or not do it at all. Also the costs of getting from point a to point b started to conflict with our ethics which were one of the main corner stones of the band. It was a really frustrating time because we’d go a few months without playing live and then spend the first week or two of tour getting used to it again. Weirdly we didn’t seem to have too much trouble with our last two gigs though so maybe it was just a psych out hah hah.

 

– Explain the meaning behind “Molasses Constrict the Clinostat”?

SteveWe can’t really say or it would spoil the fun, there is a much more deliberate theme in this record than there was in the last couple, I suppose a hidden benefit of it taking so long to release was that we could really spin a yarn with it.

TomUltimately, the meaning of Molasses Constricts The Clinostat is something that is personal to every listener. We wanted to try and make our song names and album theme a bit more coherent than our previous albums, and Molasses Constricts The Clinostat is the result.

 

– Going live never seems to have been a problem for you even though you live far apart, is this your favourite part of all this or is the studio work more rewarding?

TomWell, during the time in which we were touring and travelling heavily, we both lived in the same country, my move to Finland is only a recent thing, and actually did cause a few problems, which is why stopped touring! We managed to be lucky enough to travel to some beautiful countries and meet some amazing people, and the way we managed to make that work was by doing long tours, booked by ourselves, with as short drives and low costs as possible. That way, we managed to make touring possible without having to ask an unfair amount of money from organisers, doing things in a DIY way… just taking door deals etc… I think touring and playing live for us was absolutely the thing we enjoyed most, and definitely was the most rewarding!

StevePlaying live is what it is all about. It’s amazing how a collection of stimulus that should by all rights be unpleasant fit together to make a whole which is so ultimately thrilling. The physical exertion, the heat of the stage lights, the lack of air, the feeling of exposure and the potential to be judged negatively somehow combine to give you a massive rush. I guess it must just be conditioning but being in that situation even if only for 40 minutes or so makes all the sitting around in vans counting down the minutes seem worth while. There is also no better way to travel, we have met some life long friends while on the road/been met with almost inhuman kindness and that experience has been incredibly formative.

 

– How do people react to the live experience?  One would think Tom has got to be a bit ‘active’ on the stage in order to make it less static.

TomSteve goes mental behind the drums, so that makes my job easier, in terms of the visual side of things. To be totally honest, I spend most of my time trying not to fall over (balance has never been my forté, especially when concentrating on other things). We get a lot of nice feedback though about our live show, its something we enjoy and put a lot of passion into, and when things go right, people seem to really feed off that!

SteveTom is definitely down playing his stage presence here! He has always just been this mass of hair and sweet moves 😀 Believe it or not having just two people facing each other in a small space allows for a more intense vibe, people don’t really have to split their attention between a few different members scattered across a stage so maybe less is more in this situation.

 

– How does the writing process go for Khuda? Do the drums usually set the tone or are you able to mix it up?

TomWe’re definitely from the jamming school of song writing! Sometimes I’ll have a guitar part or melody in mind, and we’ll jam stuff out and see what happens, and other times an entire song can just pop out of just messing around together. Once we have a basic structure written, we’ll just keep playing it, ironing out any weird bits, and getting the general flow right.

SteveAbout %70 of the material came spontaneously and was then mimicked and honed afterwards. By the end of our time playing together regularly we had built a real connection, I know pretty much exactly what Tom is going to do next and I guess its the same vice versa. Even now there are huge sections of the songs which we improvise when playing live, it keeps it fresh for us despite having a couple of trap falls.

 

– Can you see Khuda making a studio return later on without having to share the stage?

TomI think hitting the stage is far more likely than making a studio return at this point, but who knows! We love playing together, and are still great friends… one thing that we’ve learned over the past couple of years is, never say never!!!

SteveYeah its too hard to tell at the moment, you never know what’s going to happen next but I agree its more likely that we’ll do the occasional live show if circumstance allows it 😀

 

– What are your respective plans going forward for Tom and Steve?

TomWe’ve both been pretty busy since stopping touring hehe… I’ve been building, and recently opened a recording studio here in the beautiful Finnish countryside, so hopefully that will be taking up the majority of my time for the foreseeable future! It’s in a converted barn, and is all set up with band accommodation, sauna etc, I have my first sessions booked in here in the next couple of weeks, which is really exciting… you can check it out here (shameless plug…):www.tonehaven.net

SteveI have a few bits and pieces going on, spent the last year building a tattoo expo (Shameless plug 2www.leedstattooexpo.com) which we’ll be starting work on the second edition in the coming months. Another couple of bands on the go with “Cattle” (experimental noise rock with 1 drums, another 1 drums, bass and vocals), “Clensch” (three piece math and roll) and possibly a new one if I get myself together enough. Having a push with my artwork (can be seen on the cover of the new Khuda record) and am looking to start an apparel company with my incredibly talented girlfriend of near to 8 years. Plenty to keep me out of trouble hah!

Thanks for speaking with us and all the very best for the future with Ondes Chocs !!

Khuda x

 

__________________________________

 

– Quelle est la signification de votre nom, Khuda?

TomEt bien, on a choisi notre nom après notre premier jam… moi-même et Robin (le premier drummer) passions en voiture à travers une ville appelée Bradford (si je me rappelle bien, nous nous en allions à un show dans une place qui s’appelait the 1in12 club!) et on essayait de trouver un nom de groupe. J’ai vu le mot Khuda écrit sur un mur et ça fittait! On s’est rendu compte plus tard que le mot veut dire toutes sortes de choses dans différentes langues mais pour être honnête, on aimait juste comment ça sonne!

 

– Vous êtes un duo Guitare/Drum, était-ce voulu ou plus parce que vous étiez à la recherche d’autres musiciens pour compléter le tout et avez expérimenté entre temps?

TomJe dirais un peu des deux. Ce n’était pas quelque chose de planifier. Ça semblait juste correct pour nous… je ne pense pas honnêtement que nous ayons jamais pensé à rajouter un autre membre. Nous avons toujours eu du plaisir à essayer de faire le plus de bruit possible!

SteveD’un point de vue pratico-pratique, en plus d’être super commode d’être juste deux personnes, ça l’a eu aussi un énorme impact sur notre capacité à être actif. On était toujours tous les deux prêts pour l’aventure et la facilité à s’accommoder a fait en sorte que nous avons pu jouer n’importe où n’importe quand. Vers la fin de tout ce temps à tourner ensemble, on se suffisait à soi-même si on peut dire, on n’utilisait même plus le pa system, juste notre propre gear le plus près possible du centre de la pièce. Musicalement nous n’avions pas l’impression qu’il manquait quelque chose. C’est sûr que sur les enregistrements, nous avons ajouté des trucs mais live, on était bien heureux à deux :).

 

– Présentez-nous vos backgrounds musicaux afin de mieux saisir vos influences.

TomEt bien pour moi, Khuda est pas mal tout mon background musical! Le groupe a débuté pendant mon adolescence et c’est pas mal mon premier groupe. J’ai toujours adoré la musique et dès mon jeune âge, j’ai commencé à aller dans le plus de shows possibles sur la superbe scène underground de Leeds puis plus tard y jouer. C’est à travers ça que j’ai rencontré Steve… Il travaillait comme organisateur de spectacles dans une place DIY trippante au coeur du quartier étudiant de Leeds, et il a été un des gars cool et un peu plus vieux à nous donner une chance de jouer live en tant que jeune musicien enthousiaste!

SteveJe crois que nous avons en commun le fait que nous n’avons jamais vraiment suivi de cours de musique. J’ai eu trois à quatre leçons de musique quand j’était un enfant mais je n’ai jamais vraiment eu la patience pour ça. J’ai toujours eu la sensation que je comprenais quand même comment ça marchait. Peut-être que maintenant en regardant en arrière, on pourrait dire que ça aurait été mieux de faire les choses de la bonne manière mais j’ai eu du fun de même et c’est ça qui compte.

Tom et Robin ont toujours été très enthousiastes. Je me rappelle la première fois que je les ai vu jouer (c’était en 2007 lors d’un show all day à l’automne avec plusieurs groupes locaux)ils ont rocké la place avec tout cet équipement de malade. Ils avaient un violon, un orgue Bontempi. Tom switchait de la basse à la guitare pendant que Robin bûchait sa vie dans un style groovy complètement disjoncté. On était tous bouche bée. Je me rappelle avoir pensé que ces gars-là étaient les plus punks. C’est sûr qu’ils en étaient encore à se créer en tant que groupe mais c’est leur audace qui nous a assommés hah hah.

J’ai créé mon premier groupe quand j’avais 12 ans et je vais vers l’avant depuis, heh heh! Ce groupe a été ma vie pendant un long boutte. On n’a jamais réussi à faire de quoi à notre goût mais on a toujours su qu’on voulait faire de quoi de différent. Je crois que c’est une autre raison qui a fait que j’ai eu un respect instantané pour les gars de Khuda. Ils essayaient de faire quelque chose qui ne sonnait pas comme tout le reste.

 

– C’est votre troisième et dernier album. Pourquoi arrêtez-vous maintenant que vous semblez avoir une combinaison gagnante?

TomEt bien, au début de 2012, j’ai déménagé de façon permanente du UK à la Finlande et la distance qui nous sépare a naturellement entraîné le besoin de slacker en tant que groupe. On a toujours travaillé de façon à pouvoir pratiquer ensemble tous les jours et passer la moitié de notre temps à voyager en tournée ce qui ne fonctionne plus du tout à cause de la distance entre nous. On avait déjà écrit la majorité de “Molasses…” alors nous l’avons enregistré au début 2013 comme un adieu au groupe…

SteveOuan, la vie continuait son chemin avec ou sans nous et il nous paraissait à ce moment que nous devions choisir entre nous investir dans le groupe à 100% et être en tournée 7 mois par année ou ne pas le faire du tout. De plus, les coûts pour se déplacer du point a au point b ont commencé à être en conflit avec notre éthique, une des pierres angulaires de notre groupe. C’était vraiment frustrant parce que nous étions quelques mois sans jouer live puis passions une ou deux semaines au début de la tournée à reprendre le beat de jouer ensemble. Bizarrement, nous n’avons pas eu ce problème avec nos derniers shows alors c’était peut-être juste psychologique, hah hah.

 

– Expliquez la signification derrière “Molasses Constrict the Clinostat”?

SteveOn ne peut vraiment le dire car ça va gâcher le fun. Il y a un thème beaucoup mieux défini sur cet album que sur les deux précédents. J’imagine que le bénéfice caché d’avoir pris tout ce temps pour faire paraître l’album nous a permis de vraiment monter une histoire.

TomEn fin de compte, la signification de “Molasses Constricts The Clinostat” est personnelle pour chaque auditeur. Nous voulions faire en sorte que les titres de nos pièces et le thème de l’album soient plus cohérents que sur nos albums précédents et “Molasses Constricts The Clinostat” en est le résultat.

 

– Jouer live n’a jamais semblé un problème pour vous même si vous vivez éloignés. Est-ce “jouer live” que vous préférez ou trouvez-vous le travail en studio plus gratifiant?

TomEt bien, notre période de voyage et tournée intensifs a eu lieu pendant que nous vivions dans le même pays. Mon déménagement en Finlande est récent et a créé quelques problèmes qui ont mis fin à nos tournées. Nous avons eu la chance d’aller dans de magnifiques pays et de rencontrer des gens qui en valaient vraiment la peine. Notre façon de gérer tout ça pour que ça fonctionne était de faire de longues tournées que nous bookions nous-même avec le moins de distance à parcourir entre les shows et le moins de coûts possible. De cette façon, c’était possible de faire des tournées sans demander d’argent à des producteurs de spectacles, en faisant tout DIY… en prenant des door deals etc… Je dirais que les tournées et jouer live étaient définitivement la chose que nous aimions le plus et hors de tout doute la plus gratifiante!

SteveJouer live en tout ce qui importe. C’est surprenant comment un ensemble de sensations qui sont à la base déplaisantes peuvent ensemble créer un tout complètement trippant. L’effort physique, la chaleur des lumières de scène, le manque d’aération, la sensation d’être sous la loupe avec le potentiel d’être jugé négativement, tout ça trouve le moyen de se combiner pour donner un super gros rush. J’imagine que c’est comme un conditionnement mais la possibilité d’être dans cette situation même si ce n’est que pour 40 minutes plus ou moins fait que toutes les minutes passées dans le “tour van” valent la peine. Il n’y a pas vraiment de meilleures façons de voyager. Nous avons rencontré des amis pour la vie lors de ces voyages et avons bénéficié d’une gentillesse surhumaine et cette expérience a été incroyablement formatrice.

 

– Comment les gens réagissent-ils à vos prestations live? J’imagine que Tom se doit d’être très actif sur scène pour que ça ne paraisse pas trop statique.

TomSteve vire fou au drum, alors ça rend ma tâche pas mal plus facile côté visuel de la chose. Pour être totalement honnête, j’essaie la majorité du temps de ne pas tomber, l’équilibre n’a jamais été mon point fort et encore moins quand je suis concentré à d’autres choses. Nous avons toutefois des feed backs plaisants concernant nos prestations live. Nous adorons le live et y mettons beaucoup de passion. Quand les choses fonctionnent bien, les gens semblent apprécier et s’en nourrir!

SteveTom est en train de minimiser son impact sur scène ici! Il a toujours été cette masse de cheveux avec des “sweet moves” 😀 Crois le ou non, être juste deux face à face dans un petit espace permet d’avoir une vibe plus intense. Les gens n’ont pas vraiment à partager leur attention entre différents musiciens répartis sur scène alors “less is more” dans cette situation.

 

– Comment vous arrangez-vous pour composer les pièces? Est-ce le drum qui part le tout ou c’est plus ensemble?

TomOn est définitivement de l’école “écrire en jammant”. Des fois, j’ai une partie de guitare ou mélodie en tête et nous jammons du stock pour voir ce qui arrivera avec ça, et d’autres fois une pièce complète fait juste apparaître à force de jammer des trucs. Une fois que la base d’une pièce est écrite, on va continuer à la jouer en changeant les trucs bizarres jusqu’à ce que ça coule bien.

SteveÀ peu près 70% du matériel vient spontanément puis on peaufine le tout. Vers la fin de l’époque où nous jouions régulièrement ensemble, nous avions une vraie connection. Je savais pas mal où Tom s’en allait et je crois que c’était réciproque. Même maintenant, il y a de grandes parties des pièces que nous improvisons sur scène. Ça permet de garder les pièces vivantes pour nous.

 

– Croyez-vous qu’il pourrait y avoir un retour studio pour Khuda sans que vous retourniez sur scène?

TomJe crois que retourner sur scène est plus probable que de faire un retour en studio en ce moment mais qui sait! Nous adorons jouer ensemble et sommes toujours de grands amis… une chose que nous avons apprise au cours des dernières années est de ne jamais dire “jamais”!!!

SteveYeah, c’est trop dur à dire pour le moment, on ne sait jamais ce qui peut arriver mais je suis d’accord que c’est plus probable que nous ferons probablement plus des shows occasionnels si les circonstances le permettent 😀

 

– Quelles sont vos plans futurs respectifs?

TomNous avons été très occupés tous les deux depuis que nous avons cessé les tournées, hehe… J’ai monté et récemment ouvert un studio d’enregistrement ici dans la magnifique campagne finlandaise alors j’espère que ça occupera la majorité de mon temps dans le futur immédiat! J’ai converti une grange et j’y ai fait ajouté aussi des commodités pour les groupes comme un sauna, etc. J’ai ma première session de booker dans les semaines qui viennent ce qui est vraiment excitant… vous pouvez voir tout ça ici (une petite plug personnelle…!)

SteveJ’ai quelques trucs en marche ici et là et j’ai travaillé l’an passé à monter une expo de tattoo (plug perso) et on travaillera sur la deuxième édition dans le mois qui vient. J’ai aussi quelques groupes “on the side” avec Cattle (experimental noise rock with 1 drums, another 1 drums, bass and vocals), Clensch (three piece math and roll) et probablement un nouveau projet si je réussis à m’y mettre. Je vais essayer de promouvoir mon travail d’artiste visuel pour les artwork (que vous pouvez voir sur la pochette du dernier Khuda) et j’envisage de partir une ligne de vêtements avec mon extrêmement talentueuse blonde avec qui je suis depuis près de 8 ans. Ça fait pas mal de choses pour me tenir en dehors du trouble, hah!

Merci beaucoup d’avoir parlé avec nous et nous souhaitons le meilleur dans le futur pour Ondes Chocs!!

Khuda x