432247_10152292679275705_2090496414_n[1]

 

Formé en 1999 à Chicago, USA, le groupe Rise Against s’associe rapidement avec le label Fat Wreck Chords qui sortira leur 2 premiers albums. Ceux-ci prennent d’assaut la scène underground et remporte un vif succès, au point de les mener à signer DreamWorks Records ce qui les mènera avec le major Geffen Records dès 2003, année de leur 2ème album. Naturellement, cette signature avec un major leur amène beaucoup plus de visibilité et les propulse sur le billboard 200 à la sortie de leur 3ème album, “Siren songs of the Southern culture”, en 2004. Leur 2 albums suivants, “The Sufferer & the Witness” et “Appeal to reason” leur permettront même d’entrer dans le top 10.

 

 

Malgré plusieurs changements de personnel tout au long d’une carrière de près de 15 ans, le groupe contient toujours 2 de ses membres fondateurs soient McIlrath et Principe, le 1er ayant depuis longtemps pris le lead guitar après s’être concentré sur le vocal au cours des 1ères années du groupe. Tous les membres du groupe sont végétariens et supportent des causes humanitaires et sociales, aussi à titre personnel. Ils ont même été jusqu’à enregistrer une pièce contre l’homophobie, “Make it stop” sur leur 6ème album et dernier en date sorti en 2010. Voici ce que McIlrath a à dire à ce sujet sur leur page Facebook:

It’s bummed me out to create this community of fans, where you want everybody to feel accepted, but then to realize that there are people that don’t feel accepted, even at your own shows, even at a Rise Against show, where we go out of our way to let you know that if you are here, you belong here, no matter who you are. It’s a place where everyone is welcome. But we’d hear from fans about homophobia in the scene, or even hear from fans who are unsure about how Rise Against feels about homosexuality. It’s something that we certainly don’t judge. I felt there needed to be a song, which came from our world, because I feel that the rock world stays pretty silent. I wanted to put water where the fire was. I wanted to do a song that, first, lets fans know that we don’t tolerate bigotry in our audience and, second, empower fans who are coming to grips with their own sexuality, empower them to be proud of who they are and that we accept them, and create a community that accepts them.

Voici le vidéo de la pièce en question

 

 

Ils seront parmi les têtes d’affiche du Amnesia Petite-Nation Rockfest 2013. On vous dit exactement quand bientôt.

 

See ya in the pit.

 

Lex