LaTragedie-MMAL-pochette

La Tragédie
Marche-moi à l’avenir
Self Release
Mai 2017

Liste des pièces
1. Marche-moi à l’avenir
2. Dents de scie
3. Plus que tout
4. Les coeurs désordonnés

***Scroll down for English version. Translation done by Lex Ivian.
Salut à tous ! Aujourd’hui, j’ai décidé de sortir de mes habitudes musicales et de celles d’Ondes Chocs, pour vous parler d’un groupe que j’aime d’amour depuis ma première rencontre. En juillet 2015, j’ai eu la chance d’organiser avec des copines une levée de fond. C’est à ce rassemblement de talents que j’ai découvert La Tragédie. Ce fut un coup de coeur instantané. Je discute souvent avec le leader David Atman, qui m’a demandé gentiment de faire une critique de son album. Même si c’est loin d’être du Metal ou de l’Industriel, je considère leur musique comme étant “Underground”. Les membres de cette formation francophone de Folk-Rock, Progressif engagé sont: David Atman (voix/guitare), Simon Labrecque (basse) et Phil Bédard-Gervais (percussions). C’est une formation de Montréal, qui a fait beaucoup de chemin autant au Québec, qu’en France et aux États-Unis.

Le EP commence avec une ballade qui porte le titre du EP “Marche-moi à l’avenir“. Personnellement, c’est un pièce qui m’a rendu très triste. Les paroles très engagées et très directes sont venues me prendre au coeur. “Pour balayer la poussière d’il y a longtemps, tout bonnement, améliorer ce qui venait avant”, je suis restée en très grande réflexion sur cette phrase. Ils ont totalement raison que le passé est mal fait, mais que l’on peut toujours l’améliorer avec le temps. Ce qui malheureusement ne semble pas fonctionner avec tout le monde, surtout en politique. Musicalement, les percussions sont très présentes et la basse suit le rythme des percussions. C’est le genre de chanson que l’on chante autour d’un feu, pour se rappeler que l’on existe encore.

On enchaîne avec la pièce “Dents de scie“. J’ai braillé ma vie. C’est une pièce très mélancolique. J’en ai des frissons juste à y penser. Cette fois-ci, la guitare est plus présente que sur la précédente. Je ne sais pas si c’est la voix du chanteur qui me transperce l’âme, mais cette pièce me touche beaucoup. C’est une pièce un peu pessimiste, mais en même temps pleine d’espoir et la musicalité suit les paroles de manière magistrale.

L’avant-dernière pièce, “Plus que tout“, est une pièce beaucoup plus rythmée. Une espèce de Bossa-Nova Jazzy et Punk à la fois. Un mélange très intéressant à mes oreilles. Elle commence très joyeuse, mais devient très lourde et mélancolique. C’est là que j’ai compris, que “plus que tout”, n’avait rien à nous apporter si l’on ne prenait pas le temps de vivre. J’ai bien aimé le chant sans paroles. Parfois, on a pas besoin de longue phrase sans queue ni tête pour passer un message. C’est à la fois une chanson qui peut rassembler, mais qui fait aussi réfléchir sur nos vies.

Je termine (déjà) l’écoute, avec la pièce “Les coeurs désordonnés“. Dès les premières notes, je suis sortie de ma mélancolie. C’est la pièce qui est la plus rythmée du lot. C’est une chanson qui parle du mal d’amour que vivent la plupart des gens de la société à un moment ou à un autre. J’ai bien aimé la référence au film “Saint-Martyrs-des-Damnés” de Robin Aubert (Tsé, celui qui jouait le rôle de Léo dans Radio-Enfer…). Un film que j’adore tout autant que son réalisateur. J’ai adoré la dernière minute de la chanson. Elle termine doucement, on comprend très bien les paroles et elle termine dans un délire musicale. Elle passe de folk à percussive, un peu comme les chansons de rituels amérindiens.

La Tragédie est une formation qui me redonne foi en la musique populaire du Québec. C’est un groupe engagé autant politiquement que socialement. Ce n’est pas de la musique pour “s’remettre dedans”, mais plus pour nous faire réfléchir. Ils ont beaucoup de talent. Il passe d’une musique ‘’Folklorique’’ (ou typique du Québec) à une transe musicale qui rappelle Sonic Youth ou Pink Floyd. Ils ont des pièces qui se chantent en choeur autour d’un feu avec un gratte guitare. Je peux avouer que cette formation a réussi à me réconcilier avec la musique dite “POP” du Québec. C’est pour cela que je les considère comme “Underground”, car il y a peu de jeunes groupes qui font encore de la musique comme Les Colocs, Jean Leloup et autres artistes au mal de vivre. Je leur souhaite longue vie et surtout, je souhaite que les gens se mettent à les écouter. Ils ont des beaux messages à nous transmettre.

Je leur donne un 9,8/10

Marie-Noëlle Anctil (Rédaction)
Lex Ivian (Correction et Édition)

 

Hi everybody ! Today, I decided to step out of my musical comfort zone and also that of Ondes Chocs, to talk to you about a group that I cherish with pure love since I first met with it. In July 2015, I had the opportunity to organize a fundraiser with my girlfriends. It was at this gathering of talents that I discovered La Tragédie. It was an instant favorite. I often talk with the leader David Atman, who kindly asked me to review the album. Even if it’s far from Metal or Industrial music I usually review, I consider their music to be “Underground”. The members of this Folk-Rock, Progressive music group are: David Atman (vocal/guitar), Simon Labrecque (bass) and Phil Bédard-Gervais (percussion). It is a Montreal-based band, which has come a long way on the Quebec music scene as much as in France and in the United States.

The EP begins with a ballad which bears the title of the EP “Marche-moi à l’avenir” (“Lead me into the future”). Personally, it was a song that made me very sad. The lyrics, very committed and very direct, reached deep into my heart. “Pour balayer la poussière d’il y a longtemps, tout bonnement, améliorer ce qui venait avant” (“To sweep away the dust of yestertime is quite simple, just improve what came before”), I remained in great reflection on this sentence. They are totally right that some ways of the past may be wrong, but that it can always be improved over time. But unfortunately it does not seem to work with everyone, especially in politics. Musically, percussions are very present and the bass follows the rhythm of percussion. This is the kind of song to sing along around a campfire, to remember that we still exist.

The song “Dents de Scie” (“Sawtooth”) shook my life. It is a very melancholic song. I get goosebumps just thinking about it. This time, the guitar is more present than on the previous one. I do not know if it is the voice of the singer that pierces my soul, but this song touches me a lot. It is a somewhat pessimistic song, but at the same time it is full of hope and the music follows the words in a masterful way.

The penultimate piece, “Plus que tout” (“More Than Anything“), is a much more rhythmic track. A kind of Bossa-Nova Jazzy and Punk song at the same time. A very interesting mixture to my ears. It starts in a joyful spirit, but becomes very somber and melancholic. It was there that I understood that “more than anything”, won’t get us anywhere if we did not take the time to really live our life. I liked the vocals without words. Sometimes it does not need long sentences without heads and tails to get a message. It is both a song that can unite people, but also make us reflect on our lives.

I am (already and unfortunately) to the last song, “Les coeurs désordonnés” (“The troubled souls”). From the first notes, I came out of my melancholy. It is the song that is the most rhythmic of the lot. It is a song that talks about the love/evil that most people in society experience at one time or another. I liked the reference to the film “Saint-Martyrs-des-Damnés” by French-Canadian director Robin Aubert. A film that I love just as much as its director. I loved the last minute of the song. The last part of the song is soft allowing us to easily understand the lyricss and it ends in a musical delirium. It goes from folk to percussive, much like the songs of Amerindian rituals.

La Tragédie is a band that gives me faith in the popular music of Quebec. It is a group engaged politically as well as socially. It’s not music to crank us up, but more to make us reflect on life. They have a lot of talent. It goes from “Folkloric” music (or typical of Quebec) to a musical trance that recalls Sonic Youth or Pink Floyd. They have songs that can be sing along around a campfire with an acoustic guitar. I must confess that this band managed to reconcile me with the so-called “POP” music of Quebec, because there are few young bands that still do music like Les Colocs, Jean Leloup and other artists who sang about the sadness of life in Quebec pop music. That’s why I consider them “underground”. I wish them a long life and above all, I want people to listen to them. They have beautiful messages to bring forth.

It deserves a 9,8/10

Marie-Noëlle Anctil