• Revue du show de Primitive Man, Opium Lord,...

    Posted by Antoine Richard on July 20th, 2015

    18-07-15 Montréal Primitive Man

     

    *English version follows
    En ce samedi soir très humide, le coloré bar le Ritz PDB sur la rue Jean-Talon à Montréal a été l’hôte d’une soirée spéciale et variée organisée par Extensive Enterprise. Cet endroit, anciennement connu sous le nom de Il Motore devient rapidement l’un de mes endroits préférés pour voir des concerts à Montréal surtout que le son y est très bon, la salle est juste de la bonne taille et leur choix de bières est excellent. Avant le concert, je me suis commandé une pinte de la Farnham IPA et rencontré quelques copains, y compris les trois messieurs qui ouvraient la soirée.

    BASALTE est un nouveau venu à la scène et j’aime vraiment ce qu’ils jouent. Je pense que leur premier album était pas mal solide et cette qualité est facilement transféré dans leur prestation scénique. Le trio n’a pas de basse, seulement deux guitaristes et un batteur, mais ce n’est pas une lacune pour eux. Les trois membres chantent tous et cela crée un contraste cool entre les différents styles utilisés. Laurent, le batteur, utilise une voix grave presque death metal tandis que les deux joueurs de guitare se distinguent entre une approche influencé par le post hardcore / screamo  et un cri atmosphérique plus traditionnel au black metal. Leur première pièce était une nouvelle et elle mélange bien leurs racines black metal avec beaucoup d’éléments dissonants et une bonne dose de styles variés de hardcore. C’est rafraîchissant et tout à fait unique dans l’univers du métal québécois. Leur (trop) courte prestation était super et j’ai hâte de les voir à nouveau. Keep it up, les gars!

    POWERCUP est un duo local de powerviolence / grindcore et ils sont l’fun. Ils ont joué un set bref mais très agréable (dix minutes avec comme dix chansons?). Et ils n’ont pas arrêté de faire des blagues au sujet de la ville de Trois-Rivières (apparemment, ils avaient des amis qui venaient de cette ville dans la foule). Le duo batterie / guitare a joué un set énergique de chansons courtes pleines de riffs grind accrocheurs et de fills de batterie à fond la caisse. Leur approche non-métal est cool et je prendrais un set d’une trentaine de minutes de leur musique. Ils étaient peut-être plus à leur place quand je les ai vus avec Nasum et Brutal Truth il y a quelques années, car ils étaient plus dans leur élément, mais ils étaient une addition intéressante à ce line up, puisque tous les autres groupes finalement comprennent certaines formes de hardcore dans leur musique. Ils appellent leur genre «rénovation grindcore» car ils ont des paroles sur la rénovation de maison, un thème hilarant digne de leurs pitreries scéniques.

    OPIUM LORD de l’Angleterre a joué un mélange intéressant de musique extrême. Ils étaient très solides. Le côté lent de la facette la plus extrême du doom metal était à sa place avec leur sludge metal aux inspirations hardcore. Ils semblaient pourtant trop nombreux pour la musique qu’ils jouent. Je ne pense pas qu’ils ont besoin de deux guitaristes pour faire valoir leur point. Ils ont eu quelques moments plus atmosphériques, mais ils ne sont pas exactement Cult of Luna ou Neurosis! Néanmoins, cela n’est qu’une légère critique. Ils avaient des variations de tempo intéressants et leur chanteur était une bête vicieuse et puissante au micro. Ils sont certainement un bon compagnon de tournée pour la tête d’affiche puisque les deux partagent un goût pour les «wall of sound» puissant.

    PRIMITIVE MAN, la tête d’affiche de la soirée a joué un set du tonnerre complètement rempli de grooves de basse nihilistes et d’un jeu de batterie athlétique. Le trio a complètement détruit la foule avec son blackened noisy sludge / doom metal. Les membres sont en totale harmonie les uns avec les autres; les guitares agissent comme le frère aîné de la basse, et ensemble, ils écrasent pendant les moments lents (et très misanthropique) et ils nous balancent tout ce qu’ils ont au visage pendant les souvent courts et sporadiques moments rapides. Au cours de ces explosions d’agressivité, une petite partie dédiée de la foule était en délire et a créé un moshpit. Le batteur est celui qui lie le tout et il est légitimement placé au milieu de la scène. Il n’est pas le plus rapide, pas le plus pesant non plus mais il est impressionnant et joue de façon fluide. Leur prestation n’a pas duré plus d’une heure, mais il draine complètement l’énergie de votre corps.

    Leur musique et leur art sont liés puisque tout cela est fait par leur chanteur Ethan McCarthy et c’est dangereux et horrible, tout comme leur musique et je ne voudrais pas qu’il en soit autrement. Il y a ce sentiment particulier avec le groupe que vous ne recevez pas avec quelqu’un d’autre, que ce soit des tatouages ​​mystiques sur le corps de Isidro Soto jusqu’aux photos de James Brown sur leurs amplis . Ils sont une formation à expérimenter en spectacle.

    Leur musique pue l’obscurité et la haine pour l’humanité et parfois, c’est précisément ce que vous avez besoin pour mettre fin à un samedi soir aux côtés de quelques amis en sueur et de bière(s) froide(s) en chemin vers la gueule de bois potentielle et le mal de tête évident qui vient avec le lendemain matin.

    P.S. Il est plaisant lorsque les groupes ont des t-shirts de la taille des mecs gras comme moi surtout que leurs designs et les prix sont vraiment cools; payer 25 dollars pour un CD et un t-shirt est assez rare (et rad) de nos jours!

    Extensive Enterprise a certains des meilleurs spectacles à Montréal, et j’espère tous vous voir à Sumac et Thantifaxath qui vont détruire le même endroit le 2 Août!

    Antoine Richard

     

    On this very humid Saturday evening, the colourful Bar le Ritz PDB on Jean-Talon street in Montreal was the host of a special and varied evening organized by Extensive Enterprise. This place, formerly known as Il Motore is rapidly becoming one of my favourite places to see gigs in Montreal since the sound is pretty good, the venue is just the right size and their choice of beer is excellent. Before the gig, I ordered myself a pint of the great Farnham IPA and met some buddies. Including the three gentlemen who were opening the night.

    BASALTE is a newcomer to the scene and I really like what they play. I thought their debut album was quite solid (read my review: here) and their quality is easily transferred to the live setting. The trio doesn’t have any bass, only two guitarists and a drummer but it’s hardly a shortcoming for them. The three members all sing and this creates a cool contrast between the different styles used. Laurent, the drummer, is using a deeper, almost death metal influenced voice while the two guitar players intertwine between a sort of post hardcore/screamo influenced approach and a more traditional atmospheric black metal shout. Their first track was a new one and it was mixing their black metal roots with a lot of dissonant elements and a healthy dose of varied styles of hardcore. It’s refreshing and quite unique in the Quebecois metal universe. Their (too) short set was great and I can’t wait to see them again. Keep it up, guys!

    8 volcanic rocks out of 10

    POWERCUP is a local powerviolence/grindcore duo and they’re a fun bunch. They played a brief but enjoyable set (ten minutes with like ten songs?) and they kept making jokes about the city of Trois-Rivières (apparently they had friends from there in the crowd). The drums plus guitar duo played an energetic array of short songs full of catchy grind riffs and fast paced drums fills. Their non-metal grind approach is lovely and I’d take a thirty minutes set of their music anytime. They were perhaps more of a fit when I’ve seen them with Nasum and Brutal Truth some years ago since they were more in their element but they were a surprising addition to this lineup and in the end since all the other bands do include some forms of hardcore music in their formulas. They call their genre «renovation grindcore» since they have lyrics about house renovation and that’s a peculiar, hilarious theme befitting of their stage antics.

    7,5 tasse de puissance out of 10

    OPIUM LORD from England played an interesting blend of extreme music. They were quite solid, the slow sound of the more extreme side of doom metal felt right at home with the hardcore inspired sludge metal. They seemed too numerous for the music they play though, I don’t think they need two guitarists to make their point across.They had some more atmospheric moments but they’re not exactly Cult of Luna or Neurosis! Nonetheless, that’s a slight criticism, they had interesting tempo variations and their singer was a vicious and powerful beast at the mic. They were definitely a good touring companion for the headliner since they both share a liking for a hard hiting wall of sound approach.

    7,5 «this sounds like the name of a stoner rock band into weed» out of 10

    PRIMITIVE MAN, the headliner of the evening played a thunderous set completely full of nihilistic bass grooves and athletic yet pummelling drumming. The three piece completely obliterated the crowd with their blackened noisy sludge/doom metal. The members are in total harmony with each others, the guitars are acting as the older brother to the bass but together they crush during the slow (and very misanthropic) moments and they throw everything they got at your skull during the fast (often short and sporadic) moments. During these outbursts of aggressiveness, a small but dedicated part of the crowd went wild and created a moshpit. The drummer is the one who ties everything together and he’s rightfully placed in the middle. He’s not the fastest not the heaviest but boy, he’s impressive and moves so well. Their set wasn’t even more than a hour but it completely drains the energy out of your body.

    Their music and their art are thorougly linked since it’s all done by their frontman Ethan McCarthy and it’s brooding, dangerous and horrific, just like their music and I wouldn’t want it any other way. There’s just this peculiar feeling with the band that you don’t get with anyone else, from the mystical tattoos on Isidro Soto‘s (drums) body to the pictures of James Brown on their amps. They’re a band to experience live.

    Their music just reeks of darkness and hatred for mankind and sometimes, it’s precisely what you need to end a Saturday night alongside some sweaty friends, cold beer(s) and a possible hangover with the obvious headache the next morning.

    P.S., it’s fun when bands do have shirts for fat dudes like myself and their designs and prices are really cool, paying 25 dollars for a CD and a shirt is pretty rare (and rad) nowadays!

    9 nihilistic dudes from Colorado out of 10

    Extensive Enterprise has some of the best shows in Montreal, see you all at Sumac and Thantifaxath who will destroy the same venue on August 2nd!

    Antoine Richard

     

     

Leave a Reply





Copyright © 2012 Ondes Chocs. All rights reserved.