• Critique d’album: Interdrive – «EP3»

    Posted by Lex Ivian on August 2nd, 2016

    Interdrive - EP3 cover

    INTERDRIVE
    «EP3»
    Indépendant/ Self Released
    2016

    Liste des pièces
    1 «Aethereal»
    2 «Break the Silence»
    3 «Another Day»
    4 «Smile for the Picture»
    5 «Sven»

    *Scroll down for English version
    Le groupe montréalais INTERDRIVE a fait paraître ce printemps un EP de cinq pièces qui a abouti dans ma longue liste d’écoute. Se présentant comme un groupe de Stoner Metal, je me disais que ça pouvait attendre un peu puisque la scène underground ne manque pas de groupe Stoner et je me disais aussi qu’il y avait de fortes chances que ce ne soit finalement qu’un autre clone tiré d’une pâle imitation de Black Sabbath comme c’est souvent le cas, ce qui n’a pas un très grand attrait pour moi, je l’avoue. Réfugié dans mes préjugés réconfortants, je ne pouvais me douter de ma grossière erreur et n’étais pas trop pressé de l’écouter.

    Mais je le répète, C’ÉTAIT UNE GROSSIÈRE ERREUR.

    Dès les premières notes de «Aethereal», j’ai compris que tout ce que j’avais pu m’imaginer n’avait aucun rapport. D’ailleurs, je me disculpe ici de mon errement et rejette la faute sur cette catégorisation fautive dans le genre Stoner qui vient peut-être de leurs sorties précédentes que j’ai pris le temps d’écouter après cette revue mais en même temps même celles-ci ne sont pas stoner tant que ça. C’est aussi grunge et alternative rock bien que je sente certaines vibes Stoner. Enfin, pour ceux qui écoutent du Stoner tel que joué aujourd’hui et bien vous n’aurez pas ce son étouffé hyperdistorsionné et ces riffs signature qui identifient le Stoner, souvent les mêmes copiés de Black Sabbath. Je vous vend le punch tout de suite. Je n’ai pas entendu de Stoner sur ce EP mais j’ai entendu du Nu-Metal, du Emocore, du Hardcore, du Grunge et même un peu de Progressif. C’est sûr que ce n’est pas pour la même clientèle que ce que l’étiquette annonce mais j’ajouterai que même si, pour plusieurs d’entre vous, certains de ces genres ont tendances à faire gricher les oreilles, je le dit de façon très très positive. INTERDRIVE a réussi à mêler les bons côtés de chacun de ces genres musicaux.

    Donc, dès le début, «Aethereal» m’a beaucoup fait penser au Nu Metal/Emocore des années 1990 avec une rythmique de batterie progressive. Le jeu de la batterie est ce qui a capté mon attention en premier. C’est ce que j’écoutais quand le vocal est passé d’une voix éraillée à une superbe voix clean et je me suis trouvé plongé dans un monde qui mélangeait Deftones et Taproot avec Tool/A Perfect Circle. C’était juste parfait comme mélange et pourtant je vous avouerai que je ne suis pas du tout fan de Deftones et Tool. Par contre, l’album «Gift» de Taproot est parmi mes préférés du Nu-Metal. De toute façon, comme je le disais plus haut, INTERDRIVE a su mêler les bons aspects de ces genres musicaux et éviter les pièges qui rendent souvent cette musique trop cheesy. À souligner le lead de guitare à saveur orientale dans la seconde portion de la pièce. Et quand la chanson s’est terminée sur le mot «Break», ça m’a donné un flash de «One Step Closer» de Linkin Park qui utilise également ce mot comme un cri du cœur.

    «Break the Silence» poursuit dans la même veine musicale et le vocal continue de se mettre en évidence. Ce gars-là a vraiment une belle voix chaude qui sait mettre de l’avant les émotions. D’ailleurs, il faut absolument souligner la passe a capella. De plus, l’opposition entre la voix éraillée et celle clean rehausse encore une fois la portée de la musique. Elle donne vraiment le goût de briser le silence qui trop souvent nous étouffe et nous freine. Elle sonne comme un vrai coup du cœur. Encore une fois je ne peux m’empêcher de me dire qu’un DJ scratchant en background pendant le refrain ne pourrait faire autrement que de nous faire penser à Linkin Park en mode heavy.

    Avec «Another Day», le registre change et la rythmique devient plus straightforward et crée une atmosphère Hardcore. C’est rapide, c’est pesant et c’est «dans ta face». Même si les paroles s’intéressent à des problèmes de consommation d’alcool, paradoxalement c’est une toune pour faire de la route à condition qu’il reste assez de points sur le permis de conduire parce qu’elle risque de rendre le pied pesant surtout lors de la portion plus slam de la composition.

    «Smile for the Picture» retourne dans le registre du début et nous entraîne dans des bouncing riffs fluctuant à l’unisson des variations de la batterie. L’attention est comme, lors des pièces précédentes, sollicitée par diverses variations musicales et vocales qui me tiennent en haleine. Encore une fois, le vocal retient mon attention dans sa façon de synchroniser ses intonations avec certains riffs de guitare.

    La dernière pièce m’a un peu surpris par son côté «La-La-La» mais en même temps, le couplet qui vient fouetter Sven est intense comme il se devrait et comme pour «Break the Silence», c’est le genre de couplet intense qui vient chauffer le sang et donne le goût de se tenir droit et défendre son terrain devant les injustices.

    Ma découverte du nouvel EP d’INTERDRIVE s’est avérée une excellente surprise et il a réussi à capter mon attention dès le début par sa volonté de s’éloigner du son actuel qui envahie la scène heavy underground. Il offre une musique qui s’appuie sur une excellente section rythmique rehaussée par un vocal hors-pair qui crée des compositions agréables et variées capable de faire passer les émotions véhiculées.

    Lex Ivian

    Montreal’s INTERDRIVE has released this spring a five songs EP that ended up in the monstrous pile of album I have to listen to. Posing as a group of Stoner Metal, I told myself that it could wait a bit as the underground scene does not lack Stoner group and I thought also that there was a strong chance that it would finally be another clone derived from a pale imitation of Black Sabbath as is often the case, which leaves me cold I must admit. Comforted by my prejudices, I could not suspect how wrong I was and that delaying furthermore my listen of this EP was a big mistake.

    I must even say, IT WAS A HUGE MISTAKE.

    From the first notes of «Aethereal» I realized that everything I had imagined just cause of the musical genre appointed to the group was off. Who got the idea to say this is Stoner? I reckon it comes from their previous releases that I took time to listen to after I wrote this review but even those are not that stoner. Well, that is my opinion but….. Anyway here there is no fuzzy distorted downtuned guitars playing these riffs that identify Stoner, most of them copied from Black Sabbath. I’ll tell you right away. I have not heard any Stoner on this EP but I heard Nu-Metal, Emocore, Hardcore, Grunge and even some Progressive. I would add that even though, for many of you, some of these musical styles are just shit, I say it on a very very positive note. INTERDRIVE managed to mix the good things of each of these genres.

    So from the beginning, «Aethereal» really reminded Nu Metal/Emocore of the 1990s with a progressive rhythmic at the drum. The drum is what caught my attention first. That is what I was listening to when the voice changed from a hoarse voice to a superb clean voice and I found myself immersed in a world that mixed Deftones and Taproot with Tool/A Perfect Circle. It was just a perfect mixture and yet I confess that I am not at all a fan of Deftones and Tool. For cons, the album «Gift» from Taproot is a top choice of Nu-Metal. Anyway, as I said earlier, INTERDRIVE has blended the good aspects of these genres and avoid the pitfalls that often make this music too cheesy. To emphasize the eastern flavored guitar lead in the second portion of the room. And when the song ended with the word «Break», it gave me a flash of Linkin Park‘s «One Step Closer» which also uses this word as a cry from the heart.

    «Break the Silence» continues in the same musical vein and the vocal continues to shine thtough. This guy really has a beautiful warm voice who can put forward emotions. I must emphasize the verse a cappella. Moreover, the opposition between the harsh voice and the clean one once again enhances the scope of music. It makes one want to break the silence that too often suffocates us and brakes our rise to fulfillment. It sounds like a real cry of defiance. Again I can not help but saying to myself a DJ scratching in the background during the chorus would be great like in the best of Linkin Park.

    With «Another Day», the rhythm becomes more straightforward and creates an Hardcore atmosphere. It is fast, it is heavy, it is «in your face». Although the lyrics are addressing alcohol problems, paradoxically it is a song to take the road as long one has got enough points left on the driving license because it may push the pedal down to the floor especially during the more slam/down tempo portion of the song.

    «Smile for the Picture» returns to the ambiance from the start and leads us into bouncing riffs in unison with the fluctuating variations of the drum. My attention is, like in previous songs, requested by various musical and vocal variations that keep me alert.

    The final song was a bit of a surprise cause of its poppy naive rythm that starts the song but when came the verse whipping Sven I felt an intense rush as it should, kind of like for the chorus of «Break the Silence». It is the kind of intense verse that heats the blood and makes one wants to stand up for his ground and defend oneself against injustice.

    My discovery of the new INTERDRIVE‘s EP proved to be a great surprise cause I thought no one or nearly was venturing into this musical style anymore. The Montreal group managed to capture my attention early on by its desire to move away from the current trends that invaded the underground heavy scene. It offers music that relies on an excellent rhythm section enhanced by an outstanding vocal that creates pleasant and varied compositions capable to convey emotions.

    Lex Ivian

     

Leave a Reply





Copyright © 2012 Ondes Chocs. All rights reserved.