• Critique d’Album: Inextalis –...

    Posted by Luc St-Laurent on June 6th, 2013

    547576_630595150288955_1664729535_n

     

     

    Inextalis

     “Catatonic Universe”

    2013

    Bon sang, je ne sais pas par où commencer! J’ai attendu la sortie de cet album si longtemps, que jusqu’à tout récemment je n’y croyais simplement plus. D’abord, merci à Inextalis de nous offrir une nouvelle fois l’exclusivité à Ondes Chocs! Je sais pour la plupart d’entre vous, le nom d’Inextalis n’évoque probablement pas grand-chose, mais la donne est sur le point de changer puisque le groupe, anciennement connu sous le nom d’Amnesia,pendant près de vingt ans, lance cette année son nouvel album intitulé Catatonic Universe, le premier depuis 1998!

    Donc, il en a coulé de l’eau sous les ponts depuis la sortie de Land of No Return, et même si le groupe a dû passer au travers de diverses embûches au cours de la dernière décennie qui avait conduit jusqu’à la dissolution du groupe vers 2006. L’idée du second opus d’Amnesia, qui se nommait déjà à l’époque Catatonic Universe, refit surface en 2010 avec la reformation du groupe et le retour du bassiste original, Michael Simard ainsi que l’arrivée d’un nouveau chanteur Pascal Dark Gagnon. Mais que reste-t-il aujourd’hui de cette session de Catatonic Universe qui avait débuté près de 10 ans plus tôt? La réponse: 3 des 6 pièces furent conservées en majeure partie, soit; The Watcher, Opposition (invitation to Athena) et la pièce titre, alors que le reste fut recyclé (ou pas?). Hormis l’absence notable, sauf dans certains moments clés, d’un clavier autrefois omniprésent, le son d’Inextalis n’est pas si loin d’Amnesia, car celui-ci continue de partager ces mêmes influences combinant une myriade de genres différents qui nous compliquent la tâche lorsque l’on veut apposer une étiquette au groupe. Essentiellement ici, nous avons affaire à du death métal, à la fois lourd comme Morbid Angel (Domination), mélodique comme Dark Tranquillity (The Gallery), parfois complexe dans sa structure comme Pestilence ou Atheist, et définitivement progressif. Ajoutez à cela, une superposition de plusieurs types de voix, qui donne un côté assez unique à la musique, alors que se chevauchent les chants « clean » de Kevin Ouellet inspirés entre autres par ICS Vortex (Borknagar, ex-Dimmu Borgir) et les multiples variations de la voix de Pascal Dark Gagnon, qui passe aisément d’un genre à un autre.

    Bien que je connaisse la plupart des membres depuis environ 20 ans et que je les aie vu jammer plus souvent qu’à mon tour à l’époque de Land of no Return, ces occasions se sont faites plus rares depuis leur réunification, ce qui m’a donné droit à plusieurs belles surprises tout au long de l’écoute de ce dernier. Enregistré au Studio Hemisphere à Québec et produit par Antoine Baril (Symbolic, Deviant Process), Catatonic Universe contient 8 pièces de death métal progressif totalisant plus de 55 minutes. Celui-ci débute par une courte introduction qui nous mène au cœur du scénario d’une terrifiante science-fiction avant d’exploser avec Solar Pulsation qui donne le ton et nous démontre bien dans quoi nous venons de nous embarquer pour les 50 prochaines minutes. Ensuite nous enchaînons avec The Watcher qui est une pièce que j’avais déjà entendue des dizaines de fois dans sa forme originale puisqu’elle est déjà vieille d’une décennie, mais celle-ci s’est littéralement refait une beauté pour 2013! Définitivement, bien meilleure que l’originale! Et puis, nous continuons avec The Last Scene, le premier extrait présenté il y a quelques semaines – vous pouvez l’écouter ou la réécouter un peu plus bas. Personnellement, c’est la pièce qui m’avait la plus accrochée dès la première écoute, tellement que je leur avais justement suggéré comme premier extrait, merci de m’avoir fait confiance! C’est alors que survient la pièce The Ultimate Star, qui devient tranquillement ma favorite de l’album pour plusieurs raisons qui se termineront par un de ces solos tout à fait exquis d’Éric Bédard! Notre périple n’est pas encore à mi-chemin que le cou commence déjà à me chauffer, alors que deux pièces qui me sont plus familières se succèdent coup sur coup! Cependant peu de retouches furent nécessaires pour les remettre au goût du jour. Opposition (invitation to Athena) et Catatonic Universe ont très bien vieilli! Après la pièce titre, nous voilà rendu à l’avant-dernière pièce de l’album, mais rassurez-vous car Euphorical Transition affiche près de 10 minutes au compteur, 9m47s bien remplies pour être exact, qui nous semblent beaucoup plus courtes en vérité! Possédant plusieurs rebondissements et enchainements de moments forts comme à la septième minute lorsque piano et guitare acoustique suivent un autre de ces solos mémorables, il n’est donc pas trop difficile de comprendre pourquoi cette ode épique est une des fiertés d’Inextalis. Et finalement, la dernière pièce de l’album intitulée Gift of Death, nous offre encore une fois le meilleur d’Inextalis et se terminera par un ultime clin d’œil à Morbid Angel avant de conclure avec la sortie acoustique Angel’s Den qui nous indiquera que toute bonne chose a malheureusement une fin.

    Maintenant que vous en savez un peu plus long concernant le contenu musical de Catatonic Universe, parlons d’un autre aspect non négligeable, l’image. Bien qu’une jolie pochette ne soit aucunement garante de la qualité musicale d’un album, l’importance qu’un groupe lui apporte nous en dit souvent beaucoup à propos de son degré de professionnalisme. De plus, celle-ci favorisera le côté développement au niveau de la marchandise de plus en plus essentielle à l’économie d’un groupe, alors que les ventes de disques sont vouées à la régression constante au profit du téléchargement. Dans le cas qui nous intéresse, sans être extrêmement originale, la pochette de Catatonic Universe est selon moi très jolie puisqu’elle est adroitement réalisée. De plus, elle remplit bien son mandat consistant à nous plonger mentalement au cœur de leur univers! Par contre, en ce qui concerne le logo, je suis définitivement moins convaincu de son design aux lettres difformes plutôt difficiles à lire au premier coup d’œil. Et pour ceux qui aiment toujours posséder l’original en CD, il est offert avec un livret au design classique, simple et efficace incluant toutes les paroles d’autant de couplets accrocheurs! Vous pourrez d’ailleurs vous le procurer lors de son lancement officiel le 8 juin prochain au Scanner. Les premiers t-shirts du groupe seront également disponibles. 

    Certes, le groupe est technique et la structure de chacune des pièces peut prendre quelques écoutes avant d’être parfaitement assimilée, toutefois si on est convaincu dès le début du talent de ces musiciens, ceux-ci n’en abusent pas pour nous abasourdir et faire la grosse tête au point de causer la déroute de l’auditeur moyen. Donc, il y a beaucoup à découvrir sur Catatonic Universe, car au-delà des mélodies tenaces qui hanteront votre mémoire longtemps après votre dernière dose, se cache un album possédant une réelle profondeur, qui fera durer le plaisir durant un bon moment. En espérant ne pas devoir attendre une autre quinzaine d’années avant le prochain Inextalis!

    Note: 9,5/10

     

     

     
    Tous les détails, du lancement de Catatonic Universe qui aura lieu le 8 juin, sont disponibles en suivant ce lien.

    Page Facebook d’Inextalis :

     

     

Leave a Reply





Copyright © 2012 Ondes Chocs. All rights reserved.