northern discomfort

 

Voici la chronique Northern Discomfort. On vous partage des découvertes à toutes les semaines en invitant vos tympans à la destruction. Il est fortement conseillé de monter le volume de votre système pour les bands à suivre.  Cette chronique vous est présenté par un passionné, David Raymond Leblanc, que vous pouvez retrouver dans les bands Cyanide Eyes et Névrose.

_____________________________________

 

11Paranoias – “Spectralbeastiaries” (2014) [Stoner/Black Metal/Psychedelic]

L’hôte de ce maléfice ne resta pas immobile durant sa transformation. Les chandelles s’éteint au moment de la réception des incantations par son ouïe. La pièce trembla et l’obscurité absolue s’installa sur la terre. Ainsi fut le le règne de 11Paranoias. Le reste de l’humanité se désintégra tranquillement au chant du maléfice et tous se joignirent inévitablement aux créatures spectrales.

 

 

SADGIQACEA – “False Prism” (2010) [Doom/Experimental/Black Metal]

Issue du New Jersey, résidant maintenant à Philadelphie, ce duo est à la hauteur de la qualité de composition des Behemoth de la musique lourde tel Neurosis, Mastodon, Baroness et Kylesa. Sensiblement comparable à ces derniers, mais loin d’être un rip-off, les pièces originales de Sadgiqacea sont complexes, nuancées et nous transportent fluidement entre différents univers lugubres. Produit par le fondateur du groupe WOE, la qualité de l’enregistrement de “False Prism” est impeccablement claire et permet de profiter des trop appréciables textures sonores atmosphériques écrasantes. Très actif côté performance, j’espère pouvoir les voir à Montréal ou Québec prochainement.

 

 

Larvae – “Grave Descent” (2014) [Black Metal/Doom]

Black metal, death et doom en même temps sans être aucun des trois. Les pièces sont jouées à des cadences moyennes/ lentes et dégagent une ambiance déprimante. L’album est auto-produit par le groupe ce qui permet d’observer une attention que Larvae porte au concept de l’éthique DIY. De ce qui en est pour le chant, le ”crieur” me parait omniprésent car l’ensemble des instruments se mêlent si bien ensemble que la voix reste là, dans les abysses, revendiquant sa présence sans nécessairement y être convoquée. Mystérieux, sombre et lourd. Achetez leur album et lisez du Lovecraft.

 

D Ray