northern discomfort

 

Voici la chronique Northern Discomfort. On vous partage des découvertes à toutes les semaines en invitant vos tympans à la destruction. Il est fortement conseillé de monter le volume de votre système pour les bands à suivre.  Cette chronique vous est présenté par un passionné, David Raymond Leblanc, que vous pouvez retrouver dans les bands Cyanide Eyes et Névrose.

_____________________________________

HOME

Bound to Gravity

Sound Zero Records

2014

 

On dirait que la musique est en phase terminale d’une maladie incurable. Le son de l’album déchire carrément. Post-Hardcore, Sludge… Sale. Les “breakdowns” ont un “feel” dramatique, presque grunge par moment. J’ai entendu de la cloche à vache au courant de la première pièce de l’album; ça m’a collé un sourire aux lèvres. Écoutez bien. Si vous aimez Burning Love, d’Ontario, il est fort probable que vous aimeriez “Bound to Gravity” de HOME .

Coffinworm

IV.I.VIII

Profound Lore Records

2014

Coffinworm vous balance un grind/crust/black metal/toutcequiestméchant dans la gueule, pire que l’émeute au stade Olympique au show de Guns and Roses et Metallica ya de ça 20 ans. Chaque écoute de ce band brise un des sceaux de l’enfer. Les hymnes malsaines de ce groupe sont pour les “die-hard” de la musique qui tranche le tympans.

Quand on se sent hargneux, on écoute COFFINWORM.

Year of No Light

Tocsin

Debemur Morti Productions

2013

 

J’savais pas avant récemment qu’il existait un sous-genre qui s’appelait post-black metal. Appelez moi inculte, mais c’est pas quelque chose de commun, vous devez avouer.  Year of No Light, une récente découverte géniale, m’a apporté un nouveau band fucké que j’pouvais écouter avant d’aller me coucher comme j’le faisais dans l’temps avec Mogwai. C’est vraiment pas du beat de party, mais plutôt de quoi de spirituel, méditatif tout en étant lourd. Sans tomber dans une atmosphère complètement dépressive, ces chansons vous apaisent tout en vous calant dans le sol.

Pour les sado-maso sonores qui aiment les longues chansons lentes.

 

David-Raymond