Décapiteuse Marryah Noch

 

La Décapiteuse #17

 

1. Band: WOUND

Album: “Inhale the Void”

Label: FDA Rekotz

Date de sortie: 26 Juillet

Pour être assez brutalement honnête (dans ma tradition personelle), le death métal à influences punk, j’en ai sincèrement rien à foutre. Vous allez dire que c’est bizarre, étant une fille qui écoutait des affaires qui penchaient sur ce style horriblement longtemps avant de reprendre mes esprits pour découvrir METALLICA et SLAYER et plus jamais démordre de ma thérapie à vie sur une dose de métal joyeusement déraisonnable. C’que je déplore de ces bands qui se disent aussi attachés à ce style (j’dirai même pas le mot), c’est principalement, comme je l’ai indiqué en ondes ce dimanche dernier, leur manque de créativité prononcé en terme de patterns de drumming. Le même asti de beat dans trois tounes d’affilée sur quatre, ça donne un album qui est vraiment pas évident à traverser. Ça ruine aussi le momentum, aussi fort qu’il aurait pu l’être, des riffs qu’on a sur chacune des tounes. Ces gars-là sont pas tout-puissants en terme de dynamisme et de variété réelle dans la structure de leurs pièces; un effort est parfois mis en surbrillance à la fin des tracks, mais c’est à peu près aussi efficace comme engouement qu’un athlète qui se rend compte qu’y doit sprinter quand la course a été gagnée d’avance par l’adversaire. Y’a tellement d’albums superbes dans le style oldschool qui sont loin de se river le nez et qui ont vu le jour depuis le début de l’année, j’ai pas besoin d’une tracklist d’un linéaire sans bon sens dans un pourcentage de ma playlist que j’vais skipper sans hésiter. Quand ces gars-là savent se forcer pour penser out of the box, ils écrivent du bon death, mais leur mode d’écriture principal reste simplet et conformiste et m’impressionne pas pantoute sur “Inhale the Void”.

VERDICT: 4/10 (POTABLE)

 

 

 

2. Band: TROUBLE

Album: “The Distortion Field”

Label: FRW Records

Date de sortie: 16 Juillet

Il existe apparemment une certaine loi de worship dans certaines zones de la scène et l’une d’entr’elles est clairement qu’être à genoux devant TROUBLE est une nécessité absolue quand t’es fan fini de doom. Je fais partie de ce groupe de personnes qui sait pas se démordre du passé et qui tripe plus sur le métal à saveurs rock organiques que sur tout le reste, et j’vas le dire haut et fort, le nouveau TROUBLE, j’le trouve minimalement bon, mais pas du tout spectaculaire. La force de ces gars-là, c’est leur don pour créer une ambiance décontractée qui prouve qu’ils se stressent pas du tout avec une sorte de Modus Operandi. Ils lisent pas la recette avant de se garrocher dans une cuisine après un temps sans avoir cuisiné. Ils sont complètement relax et déconnectés de la réalité et ça donne un bon southern rock dégourdi et énergisant quand le mood est badass, mais quand le mid-tempo et la concoction de mélodies accessibles prennent le dessus, j’ai l’impression d’écouter une série de Wannabe FM Radio Hits. C’est loin d’être hors du commun et ça jure agressivement avec le reste du décor. D’autant plus que c’est décevant quand on sait que ce band-là sait se démarquer en écrivant du boogie qui frappe fort dans son originalité tout en restant fidèle à ses influences. Avec le nouveau du groupe DEVIL TO PAY, c’est plus facile d’avoir cette satisfaction d’un bord à l’autre de l’heure d’écoute qu’avec “The Distortion Field”. J’donne un sapré bonus de crédibilité à l’underground ici; les gros noms sont loin de planter tout le monde dans touts les cas, même que c’est assez rare. Est-ce que le petit nouveau de VISTA CHINO (ex-KYUSS) va me décevoir autant? J’espère crissement que non.

VERDICT: 5.5/10 (Entre ASSEZ BON et BON)

 

 

 

3. Band: TRUE WIDOW

Album: Circumambulation

Label: Relapse Records

Date de sortie: 23 Juillet

Dans mon parcours professionnel jusqu’à maintenant, j’ai entendu en masse de shoegaze. C’est un mouvement qui a commencé à pogner dans le bout de 2011 et qui a continué à se démarquer en beauté. Mettons que la plupart du temps, c’est un style qui se marie ultimement bien avec le black (j’pense à LES DISCRETS par exemple, qui ont frappé assez fort avec leur petit dernier). L’essence de la nécessité de la counterpart du shoegaze reste quand même tout simplement un psychédélisme complètement schizo et j’attribuerais la feat assez facilement au stoner doom aussi, évidemment. C’est un combo que j’avais pas entendu avant mais je me réjouis de son efficacité sur “Circumambulation”. Les pièces définies par les riffs purs et durs et sales à souhait du stoner sont les meilleures de l’album car ces riffs accentuent les refrains qui ramassent vraiment en laissant les couplets beaucoup plus tamisés et caverneux ressortir autant dans leur énergie contrastante qui reste un Match Parfait pareil. C’est du génie qui doit être entendu pour être cru. Les tracks qui osent pas vraiment faire ressortir ce blueprint sont pas mal moins mémorables car le shoegaze seul reste à peu près aussi palpitant que trois heures de ALCEST dans un ascenseur jammé. Ça a beau être une question de goûts, j’reste sur mon pari que les hooks sont beaucoup plus rares de ce côté de la cutting room.

VERDICT: 6.5/10 (Entre BON et TRÈS BON)

 

 

 

4. Band: AXXION

Album: “Wild Racer”

Label: High Roller Records

Date de sortie: 19 Juillet

Le Canada a un sapré beau clean bill of health quand on parle de sa scène de heavy metal traditionel (le Canada Anglais en particulier, that is). J’pense à SKULL FIST et RAVEN tout particulièrement, mais ça a l’air qu’un autre futur gros nom prend des forces dans son raccoin depuis un bon bout de temps. Je parle de AXXION, que plusieurs d’entre vous connaissent depuis un sapré bail. Je les découvre avec “Wild Racer” via le très apte High Roller Records avec un enthousiasme sans retenu. Leur melodic rock qui se la joue mid-tempo fait autant penser à W.A.S.P. que le frontman aime le souligner et les tracks plus énergiques et rebelles sont dignes des classiques d’ENFORCER. C’est le meilleur de deux mondes que j’manque pas d’abuser. C’est sûrement pas leur meilleur album vu que certaines tounes niaisent sur la puck avec de la répétition et des filler parts qui me font déchanter, mais c’est des moments aussi niais à mentionner que faciles à oublier. C’est du matos qui doit être efficace live, jusqu’à en oublier leur manque de pertinence en studio.

VERDICT: 6.5/10 (Entre BON et TRÈS BON)

 

 

 

5. Band: SIGN OF THE JACKAL

Album: “Mark of the Beast”

Label: High Roller Records

Date de sortie: 19 Juillet

On sait tous, à présent, que Fenriz de DARKTHRONE est un maniaque appliqué de New Wave of British Heavy Metal et oldschool traditional heavy metal. Un de ses bands underground préférés, c’est SIGN OF THE JACKAL. Ça a l’air qu’il est largement responsable de leur following grandissant car il parle d’eux avec un enthousiasme communicatif depuis un bout de temps notable. “Mark of the Beast” me fait comprendre ses allures de groupie car j’ai pas manqué de me pencher sur l’album. Y’est organique à 100% avec une belle tribute aux MOTORHEAD et Jake E. Lee de ce monde (eh oui, on a droit à la crème de la crème ici, un beau mélange étonnant et superbe) en essayant pas d’imiter c’te belle gang-là à outrance. Les riffs sont du matos classique et timeless et la vibe est détendue comme si ce band-là faisait partie de la scene depuis aussi longtemps que les légendes que j’viens de référencer. La variété manque pas, les solos sont flamboyants, le drumming est épanoui, et le vocal est pas mal plus déployé et travaillé ici que sur les vieux démos. Ces gens-là savent ce qu’ils ont à améliorer en tout temps et ils ont bossé avec acharnement pour arriver à cet album avec une bonne dose de confiance et ça se sent.

VERDICT: 10/10 (ABSOLUMENT ÉPOUSTOUFLANT)

 

 

-Noch