***Le contenu des articles sur Ondes Chocs ainsi que les informations et les opinions qui y sont exprimées sont ceux de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement l’opinion d’Ondes Chocs ou de ses membres. ***

De la violence dans mon métal, pas dans ma société!

Comme vous avez peut-être déjà vu ou entendu parlé, Marilyn Manson est accusé de viol et harcèlement, notamment par Evan Rachel, actrice récemment vue dans la série à succès WestWorld. Bien honnêtement, je me sers de la polémique entourant Marilyn Manson pour attaquer un sujet beaucoup plus gros, soit la culture du viol et la cancel culture. Au nombre d’artistes (et autres domaines) qui se ramassent sur la liste, qui elle ne finis plus de s’allonger, il va de soit que quelque chose cloche et que quelque chose doit être fait pour prévenir ce genre de scénarios.

Est-ce que le pouvoir corrompt?

Comment ces gens font pour finir aussi haut dans l’échelle sociale, avec des tribunes aussi énormes, sans que quoi que ce soit ne soit tenté pour freiner leur ascension? Quand même, passer 20 ans sur la scène et faire des millions sans que personne ne les dénonce… faut le faire. Faut le faire en criss!

Il va s’en dire que ces gens sont des manipulateurs hors pairs. Ils violentent leurs victimes psychologiquement, afin de baisser leur estime personnelle et s’assurer une main prise sur elles. Ils attaquent leur réputation pour s’assurer de rendre leurs propos invalides et abusent de leur influence pour gagner confiance ou fermer des portes autour de la victime. Il y a aussi les témoins ou personnes du milieu qui sont au courant, mais qui ne disent rien par peur de représailles ou perte de privilèges.

Il est dans la nature humaine de défendre les informations que nous avons considérées comme vraies par le passé. C’est un mécanisme de survie tout-à-fait normal qui nous a tous déjà servit à un moment ou à un autre dans notre vie. Cependant, des gens sont prêts à partir en croisade pour protéger des faussetés, simplement pour ne pas avoir à faire l’effort conscient de modifier leur perception.

Monsieur madame tout le monde n’hésite pas à prendre la défense de leurs artistes préférés devant de telles accusations et vont avancer que la cancel culture est toxique, mais vont japper comme des chiens enragés et demander la peine de mort lorsqu’on leur dit qu’un homme qu’ils n’ont jamais vu de leur vie a fait la même chose.

La cancel culture, c’est positif

C’est positif, même si ça affecte l’artiste qui a composé ta chanson favorite ou joué dans ton film fétiche. Personnellement, je ne suis pas dutout friand de vivre dans une société où on cautionne et glorifie des violeurs sociopathes dangereux.

Vous trouvez mes propos graves? Peut-être penseriez-vous différemment si c’était votre fille qui avait été violée par Marilyn Manson ou violentée par Éric Lapointe. Pour ensuite voir son abuseur s’en sortir, soit indemne, soit avec une sanction mineure ou injustement disproportionnée face à l’acte commis et les séquelles laissées, qui elles sont à vie. La culture du viol ce n’est pas seulement l’acte lui-même, mais aussi l’inaction des gens autour des abuseurs et la tendance générale à minimiser le geste et les répercussions. Sans parler du victim blaming!

La cancel culture est le message de la population pour dire que ça suffit, et je l’appui à 100%.

Chez nous

On n’a pas à chercher bien loin pour trouver des exemples. C’est douloureux de voir des gens comme Julien Lacroix se faire offrir des contrats et des opportunités de grossir leur audience, même pas 6 mois après avoir été visé par des allégations d’inconduite sexuelle.

C’est la preuve même que ce n’est pas seulement celui qui commet l’acte qui est fautif, mais aussi les gens de l’industrie, qui passent outre les faits et la souffrance, pour le tenir debout et faire de l’argent. Même s’il ne reviendra pas de si tôt, on voit que lui et son équipe ont tout-de-même tenté de regagner le cœur du public, en publiant un texte dans le but se repentir en avouant un problème d’alcool.

Un problème récurrent pour le métal

De plus, la réputation et la vision que les gens ont du métal en général n’est déjà pas très bonne. Marilyn Manson donne des munitions supplémentaires aux groupes religieux et autres conservateurs qui tentent de mettre le style de musique en sourdine depuis des décennies. Il donne d’autres raisons d’associer le genre à des actes violents, ce qui est arrivé à divers occasions par le passé. Des gens avaient fait un lien entre le tueur du Cegep Dawson et le groupe de musique Megadeth, avançant que vu qu’il en écoutait, ça devait l’avoir incité à agir ainsi. Précisons que Ted Bundy n’était pas fan de métal et que le fait d’en écouter n’est en aucun cas un facteur qui pourrait pousser à commettre de tels gestes.

Est-ce trop demandé de vouloir une culture propre et sécuritaire? On aurait cru que ça serait le cas et j’ose espérer que le message passe. Que les abuseurs aient le réflexe de se contrôler eux-mêmes au lieu des gens autour d’eux. C’est eux qui devraient marcher les fesses serrées et avoir peur de tout perdre.

C’est inacceptable qu’on place des abuseurs sous les projecteurs ou au pouvoir, avec la liberté d’influencer le public et qu’on les défende malgré tout. Pour qu’un homme accusé d’inconduite sexuelle et d’évasion fiscale comme Donald Trump finisse non seulement en liberté, mais président des États-Unis et vu par plusieurs comme un sauveur comparé à Jésus, il y a clairement un problème.

J’veux de la violence dans mon métal, pas dans ma société.

See you in the pit.

-Jo