10615412_883700744995670_8806456396533496148_n

 

Avec un nouveau vidéo pour leur track ‘Selfmade’ (ci-dessous)  et aussi un nouveau chanteur, Ondes Chocs a envoyé quelques questions au guitariste Julien Plouffe de Go To Whitecastle pour en savoir plus sur ce qui se passe dans l’univers des métalleux de Québec.  Ne les manquez pas le 24 novembre prochain au Bar La Source en première partie de Within the Ruins et Texas In July!

___________________________________

___________________________________

Dave Rouleau (Ondes Chocs): Tout d’abord, merci de prendre le temps de répondre à ces questions et de nous offrir la primeur de votre nouveau clip officiel. Bientôt un an après la sortie de votre premier EP, “Our Mind to Be Free”, quelle a été la réaction de vos fans et des amateurs du style à cette sortie? Peut-être aussi nous citer les principaux points positifs/négatifs entendus.


Julien Plouffe (Go To Whitecastle): La réaction a été à la hauteur de nos attentes! Tout l’aspect technique du EP (recording/mix/master) a été très bien reçu. Tu as toi-même été un des premiers témoins de cette qualité et tu n’as pas hésité à mentionner que ça sonnait comme ‘’une tonne de brique’’ lors de la sortie du premier single. Bien des gens nous ont dit apprécier qu’un groupe sorte enfin des sentiers battus, en étant moins générique et prévisible, sans pour autant réinventer la roue. Pour ce qui est des réactions négatives, j’aimerais bien en avoir quelques-unes à te parler, mais la plupart des gens qui vont nous faire des commentaires vont nous parler du positif qu’ils y voient. Les aspects négatifs ne se sont pas rendus vraiment à nous, excepté un, qu’on anticipait, qui est un peu lié au point positif que j’ai mentionné plus haut ; certaines personnes ont été un peu troublées par la variété du style musical qu’on y retrouve. Nous avons un style un peu hors du commun et sur un EP de seulement 5 chansons, c’est un peu plus frappant. Certaines personnes trouvaient bizarre d’y entendre une chanson comme The Awakening, avec une touche beaucoup plus deathcore et agressive, suivi de Simon Says, beaucoup plus vers le hardcore/hip-hop. Les gens ont quand même pu remarquer que malgré que les chansons étaient différentes musicalement, ça restait du Go To WhiteCastle et ça, selon moi, c’est un point positif. Des flows de vocals aggressifs et rapide, une touche un peu hiphop par endroits dans les deux cas, bref ça nous a permis de vraiment mieux définir notre identité musicale pour la suite des choses.


DR: Vous avez été joué à l’extérieur de Québec, est-ce que le monde connaissait un peu les chansons avant même de les jouer sur scène? Quel a été l’accueil en général de vos shows en région?


JP: Au début pas vraiment, mais à mesure que le temps avance et qu’on continue à faire parler de nous, on commence à en voir de plus en plus et c’est très encourageant pour le band! Nous avons toujours été bien reçu en région parce qu’en général, on fait affaire avec des groupes locaux et ils ont de belles crowds très réceptives. Les gens en région n’ont pas la chance d’avoir autant de spectacles qu’à Québec ou Montréal donc c’est souvent une ambiance beaucoup plus enthousiaste.

DR: Comment trouves-tu l’expérience de se trouver des places de choix sur des lineups en province? Comment percevez-vous la scène underground présentement par rapport à votre style et progression au sein de celle-ci?

JP : C’est vraiment une belle marque de respect et de confiance que de pouvoir jouer avec des gros bands internationaux qui passent à Québec. C’est un peu nouveau pour nous, le spectacle avec Texas In July et Within The Ruins le 24 novembre sera notre première expérience avec des groupes de cette envergure. C’est un peu le fruit de notre travail acharné. À mesure que le temps avance, certains groupes quittent la scène, des nouveaux y entrent, mais de pouvoir rester bien installé dans cette scène depuis maintenant 3 ans est un défi de taille que nous sommes fiers d’avoir relevé, et ce, peu importe les difficultés qui se sont misent sur notre chemin.

DR: Big Kev, un de vos deux vocalistes, a récemment quitté la formation. Peux-tu nous expliquer les raisons de ce départ et aussi nous présenter le remplaçant? Pourquoi avoir choisi Francis Fortin?

JP: Parlant de difficultés sur notre chemin, s’en fut une que d’apprendre que Big Kev quittait le groupe. C’est une décision personnelle qu’il a pris et que nous respectons. Avec son nouveau travail, Kaven n’avait plus le temps nécessaire à consacrer sur le projet et à contre cœur il a du faire un choix. Pour le remplacer, notre choix s’est arrêté sur Francis Fortin, c’était le choix logique étant donné que son frère Joel est notre drummeur depuis le mois de Mars. Nous avons tout de suite été très enthousiaste en l’entendant chanter pour la première fois, l’idée de jouer avec son frère lui plaisait et nous avons su le convaincre avec notre matériel. Nous sommes bien content du dénouement de tout ça.


DR: Vous sortez aujourd’hui un nouveau vidéo officiel. Peux-tu nous en expliquer le concept et pourquoi le choix de cette track?

JP: Un PREMIER vidéoclip officiel ! C’était la suite logique pour nous. Nous devons solidifier notre présence sur les différentes plates-formes web et avoir un vidéoclip de qualité allait sans aucun doute nous aider. Nous avons décidé de faire affaire avec Exposed Films et nous ne regrettons vraiment pas notre choix. Le concept est assez simple, on a voulu recréer l’énergie d’un show de GTWC sans pour autant avoir un vidéoclip uniquement live. Nous avons donc invité les gars d’Exposed au show que nous avons organiser cette été, pour obtenir un live réel et non simulé. Nous avons mixé le tout avec des séquences dans les rues aux alentours de l’Agitée, des scènes dans le sous-sol et des gangs call derrière le bar (qui nous ont d’ailleurs valu un ticket de bruit…). L’agitée est une des belles salles à Québec et nous sommes content de pouvoir bien la représenter avec ce vidéo. Je crois que le résultats est à la hauteur de ce que l’on imaginait, j’espère que le public en jugera tout autant! Et pourquoi avoir choisis Self Made… et bien comme je disais tout à l’heure, depuis la sortie de notre EP nous avons vraiment bien défini notre identité musicale. Nous avons ensuite composé cette chanson qui le reflète vraiment et les suivantes devraient graviter autour de ça, sans pour autant former un genre de moule répétitif. Nous aimons sortir de l’ordinaire et explorer différents style, ça ne changera pas.


DR: Que réserve les prochains mois pour Go To Whitecastle du côté musical et des shows en général?

JP: Côté musical, on a pratiquement fini de remonter tout le stock qu’on avait avec le nouveau line-up, on va embarquer en mode composition très bientôt, j’ai vraiment hâte de voir ce que ça va donner avec cette nouvelle énergie. Côté show, on refuse pratiquement rien donc on reste l’affut des opportunités qui se présenteront ! On a déjà quelques dates de confirmé, le 24 novembre avec Texas et Within comment mentionné plus haut, le vendredi de la même semaine (28 novembre), on s’en va à St-Anselme avec les boys de Hour of Defiance pour un show bénéfice à l’organisation frigos pleins, qui aide les familles dans le besoin. Ensuite ça va au début 2014, le aggressive music festival de Mr.  John Page nous accueillera pour une deuxième année et on participe encore une fois à Lévis Ville du Rock, l’an passé on a dû déclarer forfait suite au remaniement de personnel, cette année on le fait pour vrai !

DR: Dernière question, vraiment random: Breaking Bad ou Walking Dead?

JP: Même si la Saison 5 de Walking Dead est bien partie, Breaking Bad all the way !