emmure

Formé en 2003 au Connecticut, quand Palmeri va y rejoindre les frères Lionetti, ils ajouteront par la suite Ketive et Davis puis sont depuis déménagés dans le patelin de Palmeri et Ketive – Queens, New York – où ils disent puiser leur inspiration pour produire toute cette violence et agression dans leur musique. Depuis leurs débuts, ils sortent 2 démos en 2004 et 2005 qui attirent l’attention du label This city is burning Records qui sortira leur 1er EP. Encore là, cette sortie leur permet de faire un autre pas en avant et c’est avec Victory Records qu’ils poursuivront leur carrière jusqu’à aujourd’hui. Cette association a permis 5 albums (qui sont tous apparus sur le billboard 200 et dans le top 40 du US Indie Chart) dont le dernier en date, “Slave to the game” paru en 2012. Voici le 1er extrait vidéo de cet album, “Protoman”.

 

 

Le groupe a vu le départ des 2 frères Lionetti en 2009 mais on réussi tout de même à produire un album la même année alors que Mulholland prend la guitare et Kaabe le drum. Kaabe fera aussi l’abum suivant en 2011 avant d’être congédié du groupe et être remplacé par Castillo. Voici “Solar flare homincide” de l’album “Speaker of the dead” de 2011.

 

 

Emmure est un groupe sans compromis qui provoque les opinions les plus tranchées et opposées concernant leur musique et attitude que j’ai pu entendre dans le milieu de la musique heavy au Québec. Pourtant, leurs performances sur scène sont toujours sans faille et vous pouvez vous attendre à une bonne dose d’énergie leur de leur passage au Amnesia Petite-Nation Rockfest 2013.

See Ya in the pit

Lex