1379176_10201462920769439_506653297_n

 

J’ai un problème: trop de musique pour mon cerveau et trop de travail pour mon horaire limité.  On fait quoi dans ce temps là? On essaye de devenir plus productif en étant plus direct et ça donne les Bloody Cuts, mon 2e refuge derrière une chronique, mon premier étant les Random Acts of Violence.  C’est simple, je me tappe tellement d’albums de bands et styles différents que je vais en faire mon Cimetière des CDs.  C’est diversifié, c’est direct et c’est informatif, ou du moins je l’espère.  Je sais pas quoi vous dire de plus que l’Underground québécois, canadien et international vont être servi.  Aujourd’hui, on se parle de In Beliefs et Watch For Wolves.

___________________________________________________

Je ne pensais jamais que ma première chronique Bloody Cuts allait être centrée autour de deux sélections Post-Hardcore, mais j’ai été inspiré par mes deux achats dimanche dernier au show de Hopeless Youth dans le Sous-Sol du Cercle!  En effet, en plus de cette formation et aussi Khan qui jurait avec son Crust à travers les sonorités plus emo du reste de la soirée, In Beliefs et Watch For Wolves s’amenaient de Montréal avec leur son plus émotionnel et mes écoutes de leur album ont donné ce qui suit.

a2400291184_10

In Beliefs

EP

2013

Très probablement comme vous tous, une idée se forme dans ma tête dès le premier regard sur une pochette et celle du EP de In Beliefs de Montréal me laisse perplexe par son caractère abstrait, mais en même temps ça empêche de se faire une idée complète. Je veux en savoir plus et je peux justement porter attention à ce qui importe: la musique.  Le CD est une copie faite maison et chaque exemplaire vient avec un petit design différent, fait à la main, une touche qui ne manque pas de me plaire et j’ai même pu choisir celui que je voulais auprès du band; mon album étant le 213 sur une batch de 250. On nous traite ici avec un Post-Hardcore emo à souhait, mais surtout du côté instrumental car le vocal est exclusivement crié.  Xavier Trudeau a écrit ses paroles et son rauque est cool malgré le manque de clarté de la prononciation. On a ici droit a un esprit tourmenté et ses screams le montrent bien.

Les mélodies s’enchaînent de belle façon, mais je crois que le produit final aurait avantage à être travaillé du côté de la voix en amenant des nuances comme des cleans vocals ou du spoken words. Le contraste entre la musique et la voix est très apprécié, c’est raw et je comprend le principe, mais à la longue les tracks se ressemblent et une adaptation à ce niveau pourrait vraiment faire toute la différence, car si on regarde seulement du côté du drum, Christophe est inspiré et inspirant.  Ethereal et Serpent étant mes deux compos préférées sur une possibilité de cinq pièces, je crois que ce EP est un bon départ pour le quatuor de Montréal, surtout que la production est légère et bien adaptée à ce que le band a voulu accomplir: une ambiance dramatique et des montées d’intensité bien appliquées. Ceci dit, un meilleur agencement et une plus grande diversité des voix avec les mélodies viendraient vraiment aider le band à atteindre un autre niveau.  Good job!

 ___________________________________

a2192309517_10

 

Watch For Wolves

“Count It All In Joy”

2013

Watch For Wolves nous vient aussi de Montréal et offre également sa vision de ce que le Post-Harccore devrait être.  La pochette est simple et sereine avec son ambiance de forêt paisible, une cabane qui sert de refuge dans un endroit isolé.  Avec Matthew Savage (Kennedy) au vocal, on peut tout de suite s’attendre à une musique sincère/intense et c’est ce que le band nous sert pendant cinq compositions extrêmement bien dosées entre l’ambiant et le Hardcore plus intense.  Comme je mentionnais à Matt après son show où je les ai découverts, on a ici un band plus relaxe que ce que Kennedy nous a habitué, mais sa voix et présence servent d’éléments chaotiques juste assez diversifiés pour nous garder intéressé.

Avec deux guitares qui se complètent bien, je vais les comparer à In Beliefs, car justement le chant est diversifié et va chercher les subtilités des arrangements pour créer un tout, une réelle pièce de musique et on fini l’album en fredonnant ce qu’on vient d’entendre.  C’est catchy, mais sans tomber dans le cheesy.  Picking Sides et Jacob sont mes tracks préférées et probablement les plus différentes une de l’autre, avec cette dernière qui se distingue par une structure qui nous amène du plus expérimental/smooth pour ensuite nous servir des riffs accrocheurs plus punk, nous amenant vers une fin tout aussi ambiante qu’au début de la sélection.  Belle job aussi de David à la basse avec des grooves accrocheurs et mémorables.  On parle ici d’un excellent début pour le quintet et leur énergie en show est tout ce que vous attendez de ces musiciens habitués à la scène et même Matt qui est un peu moins intense, tout en restant lui-même; le gars vit sa musique et ça aussi c’est inspirant.

Dave