Les Chroniques Nécrologiques de Hellstorm #22.

 

(Troisième partie de trois.  Vous pouvez consulter les 2 premières en suivant ce lien)

Bien assis au salon de ma funeste résidence, alors que l’essence de la mort est toujours autour de moi. Je m’efforce de tout mettre dans l’ordre, les éléments de mon enquête concernant l’affaire Hélène Guertin. Vous savez, à force d’enterrer les cadavres, ont finit par créer une certaine tolérance face a ce type de présence. En fait, j’étudiais encore le cas de cette femme sacrifiée au cours de l’année 1932, sans posséder les éléments capables de me donner la clé de la réponse que je m’évertuais d’essayer de trouver. De ce que j’avais pu comprendre, Helene avait grandit dans cet établissement depuis l’enfance, parce que son paternel travaillait dans ce qui était autrefois un institut psychiatrique. Née en 1901, elle eut un premier mari alors qu’elle n’avait que 16 ans. Mais son époux Adolpho, quitta la demeure en 1918, pour se joindre aux forces armées américaines en vue de tenter de repousser l’invasion allemande et malheureusement il y a laissé sa peau. Veuve à 17 ans, elle revint habiter chez ses parents qui habitaient dans une petite maison adjacente à l’institut psychiatrique. Comme il y eut beaucoup de disparition mystérieuse concernant cet endroit, tout débuta avec la rencontre d’Helene avec un certain Morth Bradbain, qui devint rapidement entiché d’elle après quelques rencontres. Cependant, leur amour était interdit, puisque le Docteur Guertin n’appréciait guère la présence de Morth dans sa demeure. Cette même année, Morth Bradbain s’évapora dans l’atmosphère sans jamais laisser de trace de son passage. Comme si on l’avait volontairement fait disparaitre, sans lui fournir de moyen de retour. Cependant, ce ne fut pas les seuls évènements étranges ayant survenus dans cet endroit. Quand à Helene, elle a disparu le 20 décembre 1932 et son corps fut retrouvé le 22 décembre de la même année.

Comme dans chaque enquête sur les phénomènes paranormaux, nous savons que les apparitions sont souvent causées par le fait que des résidus de la personne décédé sont toujours dans le lieu hanté. Et comme ici, il s’agissait d’un lieu funéraire, les esprits pouvaient êtres par centaine de milliers vu le nombre d’année d’existence de cette endroit. Sinon, comment arriverait-elle à se manifester de la sorte, sans avoir aucun support matériel auquel elle pourrait se raccrocher pour établit un contact quelconque avec le genre humain ? Alors que j’ai passée toute la dernière semaine à déchiffrer l’ensemble des fichiers concernant Helene Guertin, j’ai également accumulé un nombre important d’incidents maléfiques s’étant déroulé dans l’entourage de cette jeune femme. La découverte de la pierre tombale m’avait ouvert des portes à mon enquête, sans même que je ne puisse rien y faire pour décourager le flot d’information que j’ai reçu à ce moment précis. Il me fallait tomber sur ce qui pouvait bien constituer une preuve de l’existence d’un résidu provenant de cette personne, dans la salle d’exposition du salon funéraire.

Alors, en fouillant davantage dans les informations que j‘avais accumulé depuis quelque jour, tout m’indiquait qu’elle avait bel et bien servie d’offrande à un dieu satanique, puisqu’elle portait un pentagramme inversé gravé sur sa poitrine à l’aide d’une arme blanche. Les boîtes de paperasse que j’ai en ma possession, m’a permis de poursuivre mon enquête sans trop déranger les gens ayant vécu à cette époque. Avec les indices entre mes mains, j’ai pu assembler les pièces du casse-tête, en découvrant que les manifestations fantômes ont débuté peu de temps après l’enterrement d’Helene en 1932. Depuis ce temps, les cas de manifestations spectrales et les bruits étranges se sont succédés sans trop de retenu. En fait, le livre du tenancier des lieux démontrait parfaitement que le nombre croissant de manifestation commençait à effrayer l’homme qui vendit l’immeuble en 1955 à des entrepreneurs allemand. Maintenant, nous savons qu’Helene habitait dans cet immeuble et qu’elle fut enterrer dans le cimetière. Mais nous ignorons le véritable meurtrier, tout comme la raison de ce crime crapuleux. L’Enterrement d’Helene eut lieu le Dimanche 29 janvier 1933 à l’emplacement que j’ai découvert il y a quelque jour.

BURIAL – Death Metal / Hardcore / Metal
Québec.

Membres du groupe : Dan – Guitare / Dom – Batterie / Ped – Basse /Vince – Vocal / JS – Guitare / oli – Electro-Freak.

Fondé en 2006 par Dan (Guitare) & Dom (Batterie), le groupe eut la malchance d’affronter les changements de musiciens avant de trouver les membres qui leur fallait en vue de poursuivre l’aventure. D’ailleurs, Dave Rouleau de Ondes Chocs a été le premier à s’approprier le titre de chanteur, bien que cette aventure fut de très courte durée.  Le quatuor c’est improvisé « producteur » en enregistrant eux-mêmes, une démo de 3 pièces originales et qui a reçu de très bons commentaires. Ayant ouvert pour des formations tels que « Leng T’Che & Fuck The Fact » à Québec, a permit au groupe de se faire un nom et de partager la scène avec des formations tels que : « Despised Icon, Job For A Cowboys, Ion Dissonance, The End, Blind Witness, Unearth, GFK, The Plasmariffle, Stick To Your Guns, Anonymus, Camilla Rhodes, Insect, 3 Miles Scream, Johnny Truand, A Life Once Lost, Florence, Unfallen, Approach By A God, Serenity In Silence, Terror Rising, Manslaughter Project, Never More Than Less, Shades Of Dusk, Our Mexican Butcher, Hopeless Nation, Execute The Sinner, Lying Truth, Salvation, 24 Seven, Insect, Incision, OK. Volca, The Tony Danza Tap Dance Experience, Arsonist Gets All The Girls, Emmure, Impending Doom, Born Of Osiris, The Number 12 Looks Like You / Stary From The Path, Ancestor’s Revenge, Eternal Judgment, Magnum Stallion, Horfixion, Aenygmist, Marionet X,  ». Burial a fait le tour du Québec durant leur 4 années d’expérience.

Vidéo :
Burial « Live » à l’Anti de Québec


Musique :

PureVolume

Discographie :

2007 – The Shallow Grave (mixé par J-F Dagenais – Katalysm)

Une vieille coupure de journaux datant du lundi 30 janvier 1933, relatait des faits surnaturels s’étant produit la nuit de l’enterrement d’Helene. Toutefois, ce qui me fit sourire le plus, fut de découvrir un nombre important de mention concernant l’apparition de cette jeune femme aux longs cheveux noir dans les locaux de cette maison funèbre. Et à chaque fois, on pouvait y lire le témoignage de personnes effrayés d’avoir fait la rencontre d’un résidu fantomatique dans diverses salles de cet établissement vieux de plus de 100 ans. Après avoir eut l’idée de fouiner dans les archives de la compagnie qui m’emploi, des centaines de détails apparaissaient devant mes yeux affamés de connaitre la vérité au sujet de cette Helene. Mais la preuve la plus remarquable fut de découvrir une note concernant un livre écrit de la main de la défunte. Avec tous les éléments de preuves que j’ajoutais à ma recherche, je commençais à voir un peu plus de lumière à ma route. C’est là, que j’ai décidé de fouiller partout dans ma résidence, en vue de trouver le fameux livre. C’est ainsi que j’eu l’intuition instinctive de regarder partout et voir s’il n’y aurait pas d’anomalies dans la structure de mon antre. Parce qu’il était de coutume autrefois, de cacher des objets précieux dans les faux-murs. En fait, c’est exactement avec cette idée de départ que j’ai fait la découverte du livre d’Helene.

Elle le raconte dans son journal personnel que j’ai eu la chance de découvrir derrière une brique au-dessus du foyer situé dans ma résidence. Apparemment, je vivais dans la même demeure qu’occupait Helene et son père à cette époque. Alors, ce fut facile de trouver le livre en recherchant les anomalies avec un bon œil ouvert. Toutefois ; un détail me chicotaitun tantinet au sujet de cette découverte, puisqu’on y avait mit un vieux pot contenant ce qui semblait être des cendres. Ce qui semblait évident selon moi, c’est que ces cendres pouvaient possiblement être ceux d’Helene ou de Bradbain. Quelqu’un avait placé ces objets loin du regard des personnes travaillant dans cet établissement, surement pour une bonne raison. Sachant qu’a cette époque, le crime meurtrier demeurait souvent impuni en raison du manque de matériel moderne et de connaissance. Il y avait cependant, un détail qui me tracassait l’esprit au sujet de cette femme et de l’urne contenant les cendres d’une personne. Comment serait-il possible que ce soit les restes calcinés d’Helene dans cette urne, si son corps est sensé être enterrer au cimetière pour lequel je travail ? Voilà une question qui méritait une réponse adéquate. Et comment y arriver, sinon en lisant le livre d’Helene !

Puis, j’ai remarqué la présence d’une marque étrange sur certaine page du livre. Une marque qui faisait référence à un voyage aux enfers. Il s’agissait d’un symbole s’apparentant au luciferisme et qui servait également de marque laissé sur les cadavres de personnes sacrifiés à Lucifer. Il s’agissait d’un livre des Ombres, un recueil de sortilèges dans lequel la personne écrit également une partie de son histoire personnel dans le domaine de la magie rituel. Les mots qui dévalaient entre les pages de cet œuvres de sorcellerie, m’impressionnait d’une manière charmante en raison du style littéraire. Puisque l’on pouvait rapidement constater la richesse du vocabulaire de son auteur. Pendant que j’analysais rapidement les informations contenues entre ces pages, une phrase attira mon attention concernant un certain manuscrit qu’elle aurait découvert dans le mausolée situé dans le cimetière. Le livre en question s’intitulait « Le Livre des Damnés ».

Les Damnés – Mort Metal.
Montréal

Membres du groupe : Corbeau – Chant & Guitare / Crane – Batterie / Tombeau – Basse & Chœurs / Viande – Clavier

Qui sont les damnés ? Sinon un quatuor cadavérique, sortie de la terre en vue de se présenter à leur prochain show ! EN fait, même s’ils sont mort, ils ont déjà ouvert pour divers groupes tels que : « Fordid / Heretic Strangers / Aenygmist / Obscurcis Romancia / Eternal Burdern / Uriel » et ont fait l’ouverture du show lancement de l’album « Demonarchy » de « Warcall » en 2009. Ils ont fait deux vidéos démontrant leur détermination a se rendre à leur prochain show, ce qui démontre l’aspect loufoque de leur approche.

Vidéo :

Les Damnés – Condamné

Les Damnés sortent de la terre :

Les Damnés : En route vers le prochain show :

Liens & Informations :

Spirit of Metal

MySpace

Discographie :

2010 – Les Damnés (Album)

Alors que je lisais les moindres informations que contenait ce livre de donnée, écrit à la main par une personne possédant une application spéciale sur les détails. Plus j’avançais dans ma lecture et plus je prenais conscience qu’il s’agissait d’un livre des ombres, chers aux sorciers et sorcières du monde entier. Seulement, celui-ci était très ancien par rapport aux livres des ombres moderne et semblait appartenir non pas à Helene, mais à un culte ayant eut emprise sur cet endroit bien avant la naissance d’Helene. Feuilletant les pages vieillit par les temps, mes yeux scrutaient rapidement les moindres symboles occultes dessinés sur chacune des feuilles du manuscrit. Toutefois, un détail attira mon attention en voyant les datations. Trois jours de ces dates, étaient celles menant à la disparition d’Helene, soit les 20-21-22 décembre 1931. Le 20 décembre étant le jour même de la disparition d’Helene après avoir quitter son travail et le 21 étant la nuit du solstice d’hiver. Considérant ces détails, le pire était envisageable. Même s’il n’était pas inscrit de nom concernant l’offrande, j’ai rapidement compris ce qui en découlait. Il s’agissait du manuscrit utilisé par une secte d’adeptes du diabolique ayant sévit dans cet endroit avant la deuxième guerre mondial. Magnétiser par cette lugubre lecture, je passai plusieurs pages pour me rendre au soir du solstice, ou les mots détaillaient parfaitement la scène d’un rituel ayant eut lieu le soir du 21 décembre 1931. À la toute fin, on pouvait lire le nom des gens présents dans cette assemblée. Ceux qui auraient participés à la mise-à-mort d’Helene Guertin. Ces derniers s’étaient aventuré sur un terrain glissant qui les mena vers un voyage psychotique au-travers les Enfers.

 

A Psycho Voyage Through Hell – Metal.
Montréal

Membre du Groupe : Kosta Bayss – Compositeur, Chanteur & tous les instruments.

Créé en1994 par Kosta Bayss, APVTH a vu le jour sous le nom de « A Psycho Voyage Through Hell ». Une série de démo furent enregistré au cours des années qui suivirent. En 2005, Bayss décida d’enregistrer le premier album de qualité de la formation. J’ai eut la chance de les voir en spectacle en ouverture de la formation torontoise « Goat Horn » en compagnie de « Reanimator » et ce fut un excellent spectacle. Ayant travaillé seul, Bayss a enregistré « The Goethic Session : Gateways To The Necropolis » en 2010, qui était une version sonore amélioré des vieilles pièces du groupe.

Liens & Informations :

Discographie :
2005 – Resurrection
2010 – The Goetic Sessions : Gateways To The Necropolis
2012 – The Necropolis

Maintenant que tout était clair, il me fallait trouver les restes d’Helene qui devait être encore dans la bâtisse. Il me fallait exorciser cet esprit qui hantait la salle d’exposition de la maison funéraire pour laquelle je travaillais, si je voulais conserver mon emploi. Trop de gens se laissent impressionner par ce qu’ils ne comprennent pas. Et bien moi, je comprends que cette chose fantomatique représente ce qui doit retrouver son harmonie. Et tel un véritable « daïmon », j’agirai en tant que médiateur entre les forces du bien et celle du mal,  afin de libérer l’âme d’Helene Guertin, sacrifiée à Satan lors du Solstice hivernal de 1931. En fait, voilà ce que révélait le livre des ombres de la « Fraternité du Shaïtan ».

 

rest-in-peace-quotes-for-friends1[1]