Ultyma – «Liberation» : Nouvelle vidéo et EP en ligne

Ultyma-Liberation-Cover

****Scroll down for English version.
Le groupe de metal Montréalais Ultyma a récemment publié sur le web un EP de trois pièces intitulé «Liberation», ainsi qu’une vidéo officielle pour la pièce titre de ce dernier.

Ultyma est une jeune formation avec du talent et de l’énergie à revendre. Leur musique est percutante et emprunte à des éléments old school dans le secteur thrash metal et incorpore aussi des éléments prog modernes dans l’approche rythmique, en ajoutant a cela des solos de guitare avec du «shred» en masse sous le capot. Il faut souligner la présence de membres tels que Kevin Chartré (de Beyond Creation, Brought by Pain) à la guitare ainsi que Guyot Bégin-Benoit (ayant joué pour ces deux mêmes groupes avec Kevin par le passé) à la batterie, puis Alex Terry (Eternal Judgment, Versus Agora, Voidmask) à la basse. Ces 3 musiciens y sont pour beaucoup dans la solidité du son du band, à cause de leur background prog death ainsi que thrash, combiné au style de Terry O’Brien (de l’hommage a Megadeth Hangar of Deth également avec Kevin par le passé) au chant et a la guitare.

Il est a noter que suite au départ de Guyot pour s’installer à Vancouver, le poste de batteur est comblé par Alexandre Dupras (Unhuman, Teramobil, Samskaras).

Sans plus tarder, voici donc la vidéo et le EP «Liberation», disponible pour la modique somme de 3$ (format digital) sur le bandcamp du groupe.

-Francis Labadie

 

Montreal’s metal band Ultyma has recently released a 3 song EP called «Liberation», along with an official video for the title track of the EP.

Ultyma is a young band that has a lot of talent and energy. Their music is strong and has old school elements in the thrash metal field, and also incorporates modern prog elements in the rhythmic approach, also adding shreddy solos on top of that. It is important to mention the presence of members such as Kevin Chartré (Beyond Creation, Brought by Pain) on the guitar and also Guyot Bégin-Benoit (he has played in those same 2 bands in the past with Kevin) on the drums, and Alex Terry (Eternal Judgment, Versus Agora, Voidmask) on the bass. These 3 musicians bring a lot of solid sound to the band because of their prog death and also thrash metal backgrounds, combined to the style of Terry O’Brien (formerly from the Megadeth tribute «Hangar of Deth», also with Kevin) on vocals and guitars.

Also, after Guyot‘s departure to Vancouver, it is Alexandre Dupras (Unhuman, Teramobil, Samskaras) who took over on drum duties.

Without any further waiting, here is the video and the EP «Liberation», available in digital format for the small fee of $3 on the band’s bandcamp page.

-Francis Labadie

Darkest Hour: Sneak Preview for upcoming ninth album due out March 10th, 2017

Darkest Hour - Godless Prophets and The Migrant Flora cover

Pour célébrer vingt ans de carrière, le groupe États-Unien DARKEST HOUR a travaillé avec le producteur Kurt Ballou afin de produire son neuvième album, «Godless Prophets & The Migrant Flora» qui sortira le 10 Mars via Southern Lord Recordings. Afin de vous préparer, nous vous offrons d’écouter trois nouvelles pièces, «Those Who Survived», «Timeless Numbers» et «Knife In The Safe Room» qui restent fidèles à leur style ThrashCore. Si vous avez aimé ces pièces, vous pouvez pré-commander l’album via le bandcamp. – Lex Ivian

 

Critique d’album: Korrosiah – The Specter

Korrosiah - The Specter cover

KORROSIAH
«The Specter»
M & O Music
Octobre 2016

Liste des pièces
1 «Vengeance»
2 «Nihilist»
3 «Witchcraft»
4 «The Grapes of Wrath»
5 «Overcome»
6 «The Specter»
7 «Neurotic Mind»
8 «Shades of Darkness»
9 «Seal Our Fate»
10 «From Beyond»
11 «Iron Will»

****Scroll down for English version. Translation done by Lex Ivian.
Déjà une dizaine d’années d’expérience pour le groupe français, KORROSIAH, qui semble toutefois toujours aussi vert en nous délivrant son deuxième album «The Specter», dont rien que la pochette donne bien le ton même si l’on ne connaissait pas l’univers du groupe jusqu’ici.

D’emblée le quatuor cherche à brouiller les pistes avec une introduction cinématographique, «Vengeance», nous déposant sur le dévastateur «Nihilist» qui ne perd pas trop de temps pour montrer qui se trouve en face et tout envoyer valser, avant de proposer un «Witchcraft» jouant davantage avec les émotions de par un pont faisant front entre deux portions intenses. S’en suivent des pistes sachant également se différencier, notamment l’instrumental «Shades of Darkness» évidemment, mais aussi d’autres par des touches semblant venues d’ailleurs comme du Death Metal par exemple.

On notera la propension de KORROSIAH à balancer des refrains très accrocheurs, que le public devrait aisément reprendre durant les concerts, ce qui n’est pas si courant dans les sorties Thrash Metal que l’on peut avoir ces derniers temps. Ceci sans pour autant qu’elles soient mauvaises, loin de là, mais à l’écoute de ce CD on tire clairement ce constat, qui est généralement une bonne chose afin de fidéliser le public, en accrochant un maximum de monde en un instant et en permettant à ces gens d’avoir un repère en live. Ce dernier point qui est clairement important. Ceci vaut dès «Nihilist», particulièrement lorsque le titre lui-même est hurlé, un moment salvateur à chaque fois qu’il apparait. Il en va de même pour la chanson «The Specter», au chorus moins facile à reprendre pour l’auditoire, mais néanmoins viscéralement catchy, tout comme «From Beyond». Des approches diamétralement opposées entre ces trois refrains, captant cependant tous l’attention à leur façon.

Avec «The Specter», KORROSIAH démontre qu’il a creusé les horizons de l’univers Thrash Metal et qu’il regorge d’envies de surprendre en alternant chansons totalement déchainées et passages planants, voire calmes, mais également en attaquant avec plusieurs refrains très accrocheurs.

Blytch (Rédaction)
Lex Ivian (Correction et Édition)

Already a decade of existence for the French band, KORROSIAH, which still looks like newcomer releasing only its second album «The Specter», for which the cover artwork gives a hint on what is to be heard even if I did not know the group’s universe so far.

From the outset, the quartet lures us on the wrong path with «Vengeance», a cinematic introduction carrying us to the devastating «Nihilist» which does not waste too much time to show what KORROSIAH is made of before proposing a «Witchcraft» playing more with the emotions during the bridge between two intense sections. This is followed by tracks that also differentiate themselves, notably the instrumental «Shades of Darkness» of course, but also others which go down the Death Metal path for example.

KORROSIAH‘s propensity to throw in very catchy choruses which the audience should easily sing along during concerts, makes it stand apart from the Thrash Metal releases that I could hear lately. This is not bad, far from it, but listening to this CD, it is clear the songs are built to hook a maximum of people in an instant. This applies to «Nihilist», especially when the title itself is screamed. The same goes for the song «The Specter», for which the chorus is less easy to pick up for the audience, but nevertheless viscerally catchy, as well as in «From Beyond». Though the choruses of these three songs have diametrically opposed approaches, yet they all catched my attention in their own way.

With «The Specter», KORROSIAH shows that it has explored the limits of the universe of Thrash Metal and that it has desires to surprise by alternating totally devastating songs with smoother, even calm ones, but also by flavoring them with several very catchy refrains.

Blytch

 

Critique d’album: Yugal – «Chaos & Harmony»

Yugal - Chaos n Harmony Cover

YUGAL
«Chaos & Harmony»
Self-Release
Octobre 2016

Liste des pièces
1 «Khamsin»
2 «Once Upon A Lie»
3 «Heavy Mental»
4 «From This Day I Will Rise»
5 «Dogma»
6 «Illusion Of Time»
7 «Interlude»
8 «Silence Is Golden»
9 «Lost Mind»
10 «Chaos And Harmony»

****Scroll down for English version. Translation done by Lex Ivian.
Ayant passé à côté des deux EP de YUGAL, je m’en vais directement découvrir le groupe français via son premier long effort, «Chaos & Harmony». Je ne sais donc absolument pas à quoi m’attendre, si ce n’est peut-être à une certaine folie comme semble l’indiquer la jaquette.

Ce n’est en tout cas pas au travers de «Khamsin» que l’on pourra confirmer cette idée, cette piste de lancement faisant guise d’introduction nous dévoilant néanmoins un aspect que l’on ne pouvait deviner, à savoir des influences orientales. Souhaitons que ces dernières ne restent pas cantonnées à ce bref morceau. La folie déboule en revanche bel et bien dès «Once Upon A Lie» et perdure sur «Heavy Mental», au cours desquels YUGAL ne s’interdit rien. On saute donc ainsi de growls sur fond Thrash à des passages Hardcore changeant diamétralement la donne.

Cependant toute folie possède plusieurs zones d’ombres sans lesquelles une violence extrême par exemple serait en réalité un état normal. Cette alchimie des courants musicaux insuffle justement cet effet et il faut même y ajouter de courts moments laissant croire à un apaisement, à l’instar du final de «From This Day I Will Rise», de la totalité du bien nommé «Interlude» ou encore de l’ultime minute de «Lost Mind».

La folie de YUGAL est très bien décrite par le nom de son album, «Chaos & Harmony» reflétant son identité dévastatrice, s’évaporant parfois pour permettre quelques instants calmes.

Blytch (Rédaction)
Lex Ivian (Correction et Édition)

 

Having missed YUGAL‘s two previous EPs, I directly discover the French group via its first full length, «Chaos & Harmony». I therefore absolutely do not know what to expect, except perhaps a certain madness as the cover artwork seems to indicate.

In any case, it is not through «Khamsin» that I can confirm this madness. This introductory track nonetheless reveals an aspect that I could not guess, namely oriental influences. I hope that this will not remain confined to this brief track. The madness, however, comes from «Once Upon A Lie» and keeps going on «Heavy Mental», during which YUGAL stops at nothing. It jumps from growls on Thrash to Hardcore thus changing diametrically the vibe.

However, all madness must have lucid counterparts without which this extreme violence would actually become just a normal state. This alchemy of the musical currents creates precisely this effect and it even brings some brief calm moments like the finale of «From This Day I Will Rise», the aptly titled «Interlude» or even the last minute of «Lost Mind».

The madness of YUGAL is very well described by the name of its album, «Chaos & Harmony» reflecting its devastating identity, sometimes allowing a few calm moments.

Blytch

 

Jenner – «How Deep Is Your Greed» – Sneak Preview for first full length out February 20th

Jenner band pic

Le groupe serbe de Thrash Metal, JENNER est formé de quatre filles qui puisent leurs inspirations dans le Speed/ Thrash Metal des années 80 et citent des groupes comme Overkill, Exodus, Agent Steel. Il sortira son premier album «To Live Is To Suffer» le 20 Février 2017 via Infernö Records et je vous invite à les découvrir avec «How Deep Is Your Greed». – Lex