Le feu du Phénix

Affiche-DawnOfAshes-20170514-MTL

Je suis sortie de mon cercueil pour vous.

Ça fait un long moment que je n’ai pas pu assister à un spectacle de musique. Le manque de temps et les changements de vie, peuvent parfois nuire à nos passions. Heureusement, j’ai remédié à la situation. Le 14 mai 2017, je suis allée faire un tour au Piranha Bar, sur Ste-Catherine. Ce soir-là, Dungeon Works Productions nous présentait un cocktail explosif de métal industriel, avec la participation de Dawn of Ashes, Projekt F, Cellrot et Elderoth. Même si je travaillais tôt le lendemain matin, je ne pouvais en aucun cas manquer ce spectacle.

Comme à mon habitude, mon copain et moi sommes arrivés beaucoup trop tôt. Nous sommes restés au rez-de-chaussée pour y boire quelques rafraichissements. Il y avait un sympathique jeune homme à côté de nous qui a donné un billet à mon amoureux. Malheureusement, j’ai une très mauvaise mémoire, donc j’ai oublié son nom. J’aimerais le remercier sincèrement pour son geste. Ce fût très apprécié.

Nous sommes montés au second étage, à la salle de spectacle. J’ai discuté avec la gentille portière de la place. J’ai appris que la place travaillait très fort pour bien sonoriser la place. Il y avait encore quelques difficultés techniques pour le son. Je tiens à mentionner ici qu’ils font un travail bénévole. Je crois qu’ils vont réussir à stabiliser leur son dans les mois à venir.

Elderoth :

Dès les premières notes, je me suis demandée: ‘’Wow, c’est quoi ce groupe là’’. Je suis pas une très grande fan de musique power métal d’origine asiatique, mais j’en écoute un peu. Celui qui m’a impressionné le plus est le chanteur avec sa voix hallucinante. Ce fût une excellente performance très technique au niveau musical. Par contre, il serait intéressant pour les membres qu’ils se trouvent des “outfits” de scène assortis. Ça donnerait un aspect un peu plus théâtral à leur performance. Si vous ne connaissez pas ce groupe, je vous invite à aller voir leur page Facebook et leur YouTube pour les découvrir. En plus, juste comme ça, ils viennent de Montréal.

Cellrot :

Cela remonte à octobre 2014, la première et dernière fois que j’avais vu Cellrot en prestation. À cette époque, c’était un groupe avec 3 membres. Maintenant, le seul et unique membre est Stryx. Il est accompagné par son “gear” pour mixer et sa guitare. Je ne sais pas pour quelle raison, mais j’ai vraiment préféré cette performance là, à sa précédente. À lui seul, il performe pour 15 personnes. Je crois qu’il y a beaucoup de musiciens qui devraient prendre exemple sur lui, sur le point de vue technique/performance.

Projekt F :

Quand j’ai su que Projekt F partait en tournée avec le groupe Dawn of Ashes, j’ai sauté de joie. (Comme sûrement des centaines de leurs fans et ami(e)s.) On s’entend que ce band-là existe depuis plus de 10 ans déjà. C’est vraiment beau de voir une si longue longévité pour un band local de musique underground. Comme à leur habitude, les quatre gars sont des bêtes de scène qui nous enivrent de leur musique. Ils ont leurs aspects théâtraux bien à eux, ils sont en symbiose, la musique est excellente, ils sont complices… Que demander de plus ? Un chausson ? Même pas nécessaire. Ils font de la musique parce qu’ils ont une passion et ils font plaisir à leurs fans.

Dawn of Ashes :

J’ai connu Dawn of Ashes via une compilation de revue en 2006 ou 2008 (si ma mémoire ne me joue pas des tours). Ce fût un coup de foudre instantané. J’ai acheté leurs albums sur-le-champ. J’ai fait un méchant saut quand j’ai réalisé qu’ils s’étaient converti au Black Métal. Je vais m’ennuyer un tantinet de leur musique industrielle, car grâce à leur découverte, je suis tombée en amour avec le genre. Grâce à eux, j’ai une discographie hallucinante de musique du genre. C’est toujours aussi excellent, mais je m’attendais à quelque chose de plus industriel. J’ai, malgré ma surprise, tombé une fois de plus sous le charme du groupe. Ils ont une belle complicité et leurs costumes sont hallucinants. Pour moi, c’est un gros groupe populaire. C’est vraiment bien de voir qu’ils sont très humains et proches de leurs fans. C’est un groupe très accessible, car même avec ma timidité, j’ai pu les approcher facilement.

C’était un excellent show du dimanche, que beaucoup d’entre vous avez manqué. Comme je discutais avec Simon de Projekt F, c’est vrai qu’ils peuvent toujours compter sur leurs fans de Montréal. Par contre, je trouvais qu’il manquait un peu de monde. C’est pas à tout les jours que l’on peut assister à un show de musique Industriel/Métal à Montréal. Depuis la mort de Kinétik, les groupes n’arrêtent presque plus à Montréal. Je n’ai rien contre d’aller à Toronto, mais j’aime bien que les bands arrêtent dans ma ville pour les prendre en photos. On a d’excellents groupes du genre au Québec, puis il y a beaucoup de fans de ce genre de musique. Je suis contente de voir qu’il y a encore des promoteurs de shows qui font un effort pour garder la scène industrielle active.

Pour finir, j’aimerais remercier tous les bands pour leur performance et de m’avoir laissé les prendre en photo durant leur performance. J’aimerais remercier le Piranha Bar pour l’accueil chaleureux. Puis lâchez pas gang, vous allez l’avoir votre salle parfaite. J’ai confiance en vous. Finalement, j’aimerais remercier Dungeon Works Productions et Ondes Chocs pour cette merveilleuse opportunité. J’ai passé une excellente soirée en bonne compagnie, mes photos sont vraiment bonnes et je sors de cette aventure avec une satisfaction remarquable. Je prendrais des shows comme ça à toutes les semaines.

P.S.: Merci encore au gentil jeune homme qui a donné un billet à mon amoureux et ce, sans rien demander en retour. C’était très généreux de ta part. C’est une geste d’une gentillesse digne de mention.

Pour ceux que ça intéresse, suivez ce lien pour voir les photos de la soirée.

Marie-Noëlle Anctil (Rédaction)
Francis LaBadie (Correction et mise en ligne)

L’Art extrême du death bien vivant

14042017-BurningTheOppressor-Mtl-Affiche

 

Vendredi 14 avril 2017
Petit Campus, Montréal (Québec)
Jaune Prodz présente : Burning the Oppressor, Dark Century & Decadawn

 

Un dicton dit : « En avril ne te découvre pas d’un fil »
Un autre dit : « Même si le CH est dans les playoffs, ne manque pas un bon show! »

 

Donc, pour faire suite à mon introduction peu orthodoxe je me dis que je n’allais certainement pas manquer cet autre rendez-vous offert par Jaune Prodz en ce vendredi soir d’avril. Trois bons bands avec en prime un lancement d’album. Je me présente donc au Petit Campus, comme à l’habitude depuis plus d’un an, avec une bonne amie.  Une fois de plus, mon cher Lex me confia ce mandat fort agréable de bien représenter Ondes Chocs en assistant à ce show qui s’annonçait d’avance comme assez puissant, et pour une des rares fois il y a 3 bands au lieu du traditionnel 4! Brèves salutations à Jacynthe (Miss JP) et j’apprends que notre Ben (Trottier) national est à l’extérieur de la ville pour produire un autre show. Malgré son absence, l’accueil dynamique ne manque pas! Une visite rapide à la table des merchs pour me procurer un chandail de plus à ma collection et hop! Je suis d’attaque pour débuter la soirée.

 

20h30…

Entrée en scène de l’excellent quatuor Decadawn qui nous offre une prestation digne de leur renommée avec un « melodic death » fort efficace. La foule est déjà nombreuse et fort enthousiaste de les voir s’exécuter avec beaucoup d’énergie. Pas facile les changements climatiques vous dites? Parlez-en à Louis-Charles (frontman du groupe) aux prises avec cette dure réalité saisonnière comme le diction (cité plus haut) le dit. Malgré tout, rien ne l’empêche de nous livrer une voix riche, tantôt mélodique tantôt brutale, et même à subtiliser la guitare à son comparse pour nous offrir un solo !!! La chimie entre les boys est palpable et contagieuse. Un bon 35 minutes sans la moindre longueur! On ne peut qu’apprécier leur musique! Départ canon! Je vous encourage à vous procurer leur plus récent album et les voir (ou revoir) en show très prochainement! Du melodeath qui mérite l’attention sans l’ombre d’un doute! Ils ont un très bon cd  «Solitary Confinement » et un « channel » sur Youtube. Just sayin’!

 

21h27…

Moment que j’attendais avec impatience, celui de la formation Dark Century avec leur tout nouveau frontman Alexandre Leblanc (Ex : Neuraxis & Mass Murder Messiah). Pour ceux et celles qui l’ignorent (vous devez être peu nombreux!), celui-ci a la prestance d’un « primé » qui t’accueille à sa porte avec une pelle pointue en pleine face et arborant un large sourire! Il faut que ça saigne!!! De la puissance en veux-tu, en v’là!  Nous avons droit à beaucoup, beaucoup, beaucoup (ai-je dit « beaucoup »?) de nouveau matériel, donc, on devait s’attendre à 2 choses plutôt qu’une : de rares vieilles tounes et un son beaucoup plus death. Bref, un avant-goût assez explicite du prochain album (à l’automne?) qui risque de faire beaucoup de bruit! Ces cinq cavaliers de l’Apocalypse sont en feu et ça annonce un véritable Armageddon! C’est brutal et sans merci! Malgré le titre « viande froide » la foule n’a rien de refroidi, au contraire! Headbangs et moshpits à profusion! Vous avez préféré écouter la game de hockey ce soir? Tant pis, vous avez manqué quelque chose d’intense, de vraiment intense!!! 45 minutes de pure violence tant au niveau vocal que musical! Wow! J’appelle ça un retour en force pour Alex et ses sbires infernaux! Comme on dit, ça fesse dans l’dash!!! Hâte à la sortie du CD!!!

 

 

22h34…

Nous voici donc rendu au groupe vedette de la soirée, le quintet montréalais « Burning The Oppressor » avec son métal puissant et technique, un hybride parfait, présent, vivant et presque organique par la richesse de leur son et d’un vocal en plein contrôle de ses moyens. Grand soir pour eux avec le lancement de leur nouvel album « Bloodshed » qui sonne comme de la brique! Ça cogne fort et c’est bon! Ils ont de l’énergie à revendre et carburent avec celle de la foule fort nombreuse. Un chum (il se reconnaîtra) vient me voir en me disant « Ayoye! Je ne savais pas que BTO (les plus vieux comprendront) s’était convertit au métal!!! » Hahahaha! Sacré Jeff! Oups! Toujours le « Mott » juste pour faire rire! Bref, trève de plaisanteries. Une chose est sûre, un mot dans leur nom définit très bien leur intensité…. « Burning »! Ils sont de vrais dynamos enflammées! De bons dudes talentueux et fiers de leur produit (avec raison!) ne se gênant aucunement pour distribuer quelques exemplaires de leur « bébé » aux fans très actifs dans l’un des multiples moshpits! 70 minutes de pur bonheur! Du bonbon! Sincèrement les boys, bravo! Mission accomplie haut la main pour ce lancement!!! Vous pouvez faire l’écoute de l’album ici-même en cliquant dans le lecteur bandcamp intégré ci-dessous.

En conclusion, une fois de plus, le « Kent Nagano » du métal, Benoit Trottier et son escouade Jaune ont su livrer la marchandise avec un produit de qualité. Trois bands d’enfer pour 13$ en ce vendredi saint! Hell yeah! Ça en dit long! Merci aux artistes de la soirée qui ont donné tout un show! Merci au staff du Petit Campus, aux fans présents ayant fait fi qu’il y avait une game de hockey à la télé et se sont déplacés, merci à Ondes Chocs de m’avoir permis (une fois de plus) d’avoir la chance de couvrir un tel événement, et enfin, merci à vous chers lecteurs de nous être fidèles au fil des chroniques et critiques d’albums. N’hésitez pas à aller consulter les liens inclus dans ce texte ainsi que ceux de mes illustrer collègues sur notre page. On se revoit bientôt!

Stay heavy, perdurabo!

Diaboliquement vôtre,

 

Mr.Cröwley

 

 

P.S . Ne manquez pas le prochain rendez-vous de Jaune Prodz qui se tiendra le 12 main prochain et mettant en vedette les excentriques Arseniq33… le show est déjà « sold-out » en passant!

Photos Withered, Immortal Bird, DeathBringer, Aranarth et Demonius – Montréal 24 Février 2017

Voici les photos prises par Karolane Gagné-Brault lors du spectacle présenté par Dungeon Works Productions et X Trem Productions  et qui mettait à l’affiche Withered, Immortal Bird, DeathBringer, Aranarth et Demonius. – Lex Ivian

 

24 Fevrier 2017 - Montreal - Withered

 

Withered

 

Immortal Bird

 

DeathBringer

 

Aranarth

 

Demonius

 

Autres

 

Photos Jardin Mécanique – Place des Arts Montréal 23 Février 2017

23 fevrier 2017 - Montreal - Jardin Mécanique

Voici les photos prises par Joé Lacerte lors du spectacle de Jardin Mécanique qui s’est tenu à la salle Claude-Léveillée de la Place des Arts de Montréal le 23 Février 2017 dans le cadre des «Week-ends de la chanson Québécor 2016-2017». – Lex

 

 

Pas loin de la réalité…

Vendredi 10 Février 2017 – Foufounes Électriques (Montréal)
XTrem Productions présente Mobscene (Marilyn Manson Tribute band), Projekt Revolution (Linkin Park Tribute band), Porn (Korn Tribute band) et End to End.

10 Fevrier 2017 - Montreal - Mobscene

Je vous avoue tout de suite que je ne suis pas un grand fan de groupes hommages tout comme je ne suis pas non plus fan de reprise de chansons de groupes connus sur un album mais comme j’aime garder l’esprit ouvert et aussi parce que j’aime mettre de la variété dans ce que je vais voir, vendredi dernier, j’ai opté pour la soirée de groupes hommages qui se tenait aux Foufounes Électriques. Plus d’une raison motivaient ce choix. Premièrement, je n’avais jamais vu le groupe End To End qui ouvrait la soirée et était le seul groupe à offrir ses propres compositions. Deuxièmement, je voulais voir Porn et Projekt Revolution parce que j’ai été fan de Korn et Linkin Park à l’époque de leur apparition et finalement je voulais revoir Mobscene que j’avais déjà vu au Belmont de Montréal il y a quelques années et qui donne un excellent show, peut-être meilleur que ne le fait Marilyn Manson de nos jours.

Je me suis donc pointé aux Foufs un peu après 19h00, question d’avoir le temps de prendre une bière ou deux avec la gang d’habitués qui s’assemblent au bout du bar les vendredis. C’est toujours plaisant de les revoir. Puisque le début du show était annoncé pour 20h00, j’ai malheureusement dû laisser la conversation en plan et me diriger vers l’entrée de la salle où comme toujours j’apprécie l’accueil aimable des préposés à l’entrée avant d’enligner l’escalier.

Pendant que la soirée tardait à démarrer, j’en profite pour jaser un peu plus au hasard des rencontres (ceux qui me connaissent savent que j’aime beaucoup jaser!!).

Enfin, c’est avec une vingtaine de minutes de retard que finalement la soirée se met en branle avec End to End. Déjà présente sur scène derrière sa batterie, Velox est rejointe par les trois autres membres du groupe créant un impact visuel immédiat avec leur costume de soldat post-apocalyptique bardé de quelques lumières, un look parfait pour accompagner leur offrande musicale de Metal avec une tendance Industrial. Bien que le groupe n’en soit qu’à ses premiers shows, j’ai bien aimé la cohésion chorégraphique du bassiste et guitariste tout en appréciant leur musique que je découvrais pièce par pièce probablement comme plusieurs personnes dans la salle quoique j’ai pu remarquer bon nombre de leurs fans arborant le t-shirt de End to End et connaissant assez les pièces pour y aller de quelques pas de danse en chantant les refrains. Pour ma part, j’ai trouvé qu’ils offrent de bonnes compositions mais ça reste quand même assez conventionnel pour le genre. J’aurais aimé plus de pièces comme la dernière de leur prestation, «The Immortal» où le côté Electro est plus présent mais ça ne reste quand même qu’une question de goût puisque la clameur saluant la fin de leurs pièces témoignait de l’appréciation de chacune d’elles. Je crois que leur prestation leur aura gagné quelques fans de plus et si vous n’en êtes pas, il est toujours temps d’aller les découvrir.

Maintenant rendu à la portion «Tribute» de la soirée, je vous dis tout de suite que je suis un peu sévère dans mes appréciations parce que lorsque je vais voir un groupe hommage, je veux avoir l’impression d’y être pour vrai. En plus, j’ai déjà vu Korn deux fois en spectacle il y a plusieurs années et quatre fois pour Marilyn Manson. J’avais donc certains points de référence pour comparer.

Avec l’entrée en scène de Porn, l’illusion visuelle côté costume n’est pas loin de la réalité sauf qu’il manque un guitariste. Le chanteur porte un manteau en tapis de bain blanc et des Sports Pant «Pimp Style» comme Jonathan Davis et Mat Paré à la basse s’est mis des dreads, une casquette et arbore un look qui n’est pas sans rappeler Fieldy avec sa camisole de basketball. Je n’en attendais pas moins de ce dernier qui est probablement le caméléon de la scène locale sachant se déguiser et se fondre dans les nombreuses formations auxquelles il a participé ou participe toujours. Naturellement, son jeu à la basse reprenait la slapping technique de Fieldy avec un certain style. Le reste du groupe n’était pas en reste et on avait une bonne vibe à la Korn que la foule acclamait avec enthousiasme. Le seul bémol à la performance de Porn était quasi-inévitable et elle se trouvait au niveau du chant. Il est pas mal impossible de reproduire parfaitement la façon de chanter de Davis mais je dois avouer que Stéphane fait quand même une bonne job même s’il n’a pas toutes les intonations. Ce fut donc une heure de prestation qui aura permis de revisiter les succès de Korn et de même faire leur mix «Make Me Bad» avec «One» de Metallica au grand plaisir de la foule nombreuse qui se pressait au devant de la scène.

C’était maintenant au tour de Projekt Revolution de monter sur scène afin de nous offrir leur interprétation des succès de Linkin Park. Je vous dis tout de suite que le même problème s’est présenté côté vocal et je m’y attendais un peu. Il est à peu près impossible de reproduire la façon de chanter de Chester Bennington qui est pas mal la signature de la musique de Linkin Park. Par contre, je dois dire que Chris fait une bonne job au vocal. Il a sa propre voix distinctive pour chanter les paroles et son flow pour les portions rappées est excellent. Le vocal était très bien complété par les backvocals de Liam qui s’occupe également de nous faire quelques passes de keyboard quand il n’est pas occupé à la guitare. Parlant de bien faire sa job, je veux souligner le travail de Nicolas, le DJ scratcheur. J’adore regarder un DJ faire du scratch. Ça me rappelle le bon vieux temps où j’allais voir des soirées et spectacles de turntablist. Et oui j’ai vu Kid Koala en show… Bien que je connaisse pas mal moins le répertoire de Linkin Park ne connaissant ou presque que le premier album, «Hybrid Theory», j’ai quand même pu apprécier leur interprétation des plus vieux succès. La foule par contre en connaissait pas mal plus que moi et saluait chaque pièce à grands cris. Je dois dire que ce fut une prestation d’une heure qui aura permis à la foule de danser à coeur joie.

Comme dit plus haut, j’avais déjà vu Mobscène il y a quelques années et j’étais curieux de voir où le groupe en est rendu. Et bien, ils ont trouvé le moyen de grimper d’une bonne coche. Premièrement, l’illusion visuelle est parfaite. Chaque membre de Mobscene ressemble à l’original. À cent pieds de la scène dans un festival, ils pourraient se faire passer pour eux. Deuxièmement, ils maîtrisent très bien la musique et également la façon de bouger. On a donc droit à un Marilyn Manson (Raphaël Hamelin) légèrement hystérique par bouttes, un peu fendant enfin comme on l’aime. Twiggy (Éric “ZVEN” Poulin) donne aussi un bon show à la basse mais il faut sans faute souligner la job de Steeve Mercier en Wayne Gacy. Il a la même attitude un peu blasée derrière son clavier qu’il fait tournoyer sur son pied à tête pivotante l’arrêtant avec style quand vient le temps d’en jouer. L’ensemble était complété avec brio par Samuel Lessard (Zim Zum) et Harold Vachon (Ginger Fish) qui étaient un peu moins flamboyants mais indispensables tout de même dans la création de cette super illusion qui, selon moi, donne un spectacle qui dépasse maintenant ce que l’original fait de nos jours. Comme me disait Francis Louis-Seize avec qui j’assistais au show,

Wow ceux qui aiment Marilyn Manson pis qui ne sont pas ici manque de quoi. C’est débile.

Et oui. C’était débile. On a eu droit à près d’une heure trente de prestation ponctuée de quatre changements de costume pour Marilyn et qui naturellement a permis d’entendre tous ses plus gros succès en plus des reprises «Tainted Love» et «Sweet Dream»

En conclusion, ce fut une excellente soirée où j’ai découvert un groupe intéressant, End to End, dont l’album doit bien être en préparation puisqu’il a fait paraître une première pièce en pré-release dernièrement. Du côté des groupes hommages, je fus globalement satisfait. La prestation musicale n’avait rien à envier aux originaux ou presque. Je souligne également l’excellent travail au niveau des costumes et de la performance scénique afin de bien reproduire le côté visuel. Je me surprend donc moi-même à vous encourager à aller les voir en show si vous êtes fans des groupes qu’ils imitent car ils font une maudite bonne job.

Je termine en remerciant Mat Paré et Xtrem Productions pour l’organisation de la soirée et pour l’accès au spectacle, les groupes de la soirée pour leur prestation divertissante et le staff des Foufs.

Lex Ivian