Critique d’album: At The Gates – «At War With Reality»

(Albums)At-The-Gates_At-War-With-Reality

 

At The Gates

«At War With Reality»

Century Media Records

2014

 

1. “El Altar del Dios Desconocido” (“The Altar of the Unknown God”) Ernesto Sabato 1:06
2. “Death and the Labyrinth” 2:33
3. “At War with Reality” 3:09
4. “The Circular Ruins” 4:28
5. “Heroes and Tombs” 3:59
6. “The Conspiracy of the Blind” 3:19
7. “Order from Chaos” 3:26
8. “The Book of Sand (The Abomination)” 4:28
9. “The Head of the Hydra” 3:38
10. “City of Mirrors” (instrumental) 2:06
11. “Eater of Gods” 3:51
12. “Upon Pillars of Dust” 2:39
13. “The Night Eternal” 5:37

 

Une chose est certaine lorsqu’on entame l’écoute du tout récent album de At The Gates, s’intitulant «At War With Reality», l’attente en a valu le coût. La formation suédoise a fait languir ses fans pendant une période de dix-neuf années, alors que leur dernier enregistrement, «Slaughter of the Soul» est paru lors de l’année 1995. Il faut préciser que, pendant cette période d’attente, le groupe s’est dissout à deux reprises et a performé lors de tournées réunion pour le simple plaisir de le faire, sans vouloir s’engager auprès de leurs partisans. Ce n’est qu’en 2010 que At The Gates reprend enfin vie, et quatre ans plus tard sort son nouveau titre.

L’orchestre, composé de membres d’une moyenne d’âge approchant la mi-quarantaine, n’a pas perdu du poil de la bête. Avec une introduction d’une ambiante noirceur, qui paraît comme un avertissement dans une langue étrangère, At The Gates huile la machine à death métal mélodique qu’ils sont. Quelques secondes suffisent pour qu’on retrouve toute l’énergie qu’ils avaient laissée à la fin du dernier millénaire. Dès la première piste suivant l’introduction de l’album, «Death and the Labyrinth», l’agressivité est palpable et le ton est mis pour les pièces qui la succéderont. En effet, grâce à leur sonorité écrasante et ténébreuse, ainsi qu’à la robustesse de la voix du chanteur, le résultat des compositions est plus que satisfaisant.

Malgré les tendances récentes de plusieurs groupes métal émergeant à vouloir impressionner la galerie avec des enchaînements de notes ultra rapide et des «blast beats» omniprésents, l’ensemble suédois revient en exploitant les racines de leur méthode de composition. Toujours en conservant la facette mélodique de leur musique, ils se concentrent à délivrer des riffs terrassant les tympans, en sacrifiant davantage la rapidité pour laisser un maximum de place à l’efficacité. Les pièces «At War With Reality», «The Circular Ruins» et «Heroes and Tombs» bâtissent le chemin avec une progression sombre et accablante, des rythmes qui font voyager vers le passé pour se rapprocher pas à pas du At The Gates qui a su influencer les tournures du genre qu’est le métal mélodique.

Par contre, il est important de préciser que le groupe est tout autant capable de fournir des titres plus rapides, contenant beaucoup d’énergie, sans trop s’éloigner de la ligne directrice de l’album. C’est le cas entre autre avec «The Conspiracy of the Blind», «The Book of Sand (the Abomination)» et «Eater of Gods», pièces qui sauront condenser les notes jouées et accéléreront le rythme dicté par les percussions. Des solos de guitares foudroyants forgent une écoute passionnée, et des riffs d’une pureté perturbante imposent des lectures en boucle; les oreilles en demanderont encore et encore.

Au final, il est parfaitement clair que les légendes ont été en mesure de livrer une marchandise de qualité. L’ensemble de l’œuvre, tant au niveau instrumental, vocal et ambiant, continuera de satisfaire les tympans des fans qui en feront l’écoute. Perpétration fortement recommandée pour les avides de sensations classiques et réconfortantes et pour les curieux qui désirent explorer un monde bien connu avec une touche moderne implacable.

Vous pouvez acheter «At War With Reality» en suivant ce lien

Charles-Olivier Giguère

 

 

 

Critique d’Album : Beyond Creation – Earthborn Evolution (2014)

Beyond Creation – Earthborn Evolution

(Album, 2014 – Season of Mist)
Enregistré chez The Grid

Beyond Creation - Earthborn Evolution Cover

Beyond Creation est un groupe de Death Metal Progressif de Montréal ayant vu le jour en 2005. Depuis le lancement de son premier opus, l’album “The Aura” en 2011, le groupe a radicalement pris de l’ampleur pour être aujourd’hui une de nos plus grandes fiertés de l’histoire du metal au Québec et connaître un succès sur la scène internationale. Lorsqu’on entend leur musique on comprend que ce n’est pas pour rien qu’ils ont autant de succès, on parle d’une vraie furie mélodique et technique.

Je connais plus d’un mélomane qui se réjouit de pouvoir écouter du matériel frais de Beyond Creation depuis la sortie de leur deuxième album Earthborn Evolution. Connaissant ce groupe, on sait déja que l’écoute de cet album sera une expérience mémorable.

Dès la première seconde d’écoute, le son est fidèle à l’identité de Beyond Creation : puissant et mélodique. Contrairement à beaucoup de bands de metal, pas de longue intro qui nous fait languir. Elusive Reverence introduit très bien l’album. On sent déja cette énergie percutante qu’on retrouve souvent dans leur musique. Les riffs de basse très caractérisés de Forest qu’on entend très bien sont un des premiers atouts qui nous font apprécier la musique. Quelques dissonances bien placées ici et là, drumming brutal à souhait et bourré de blast beats de Philippe Boucher… Quelqu’un qui n’aurait jamais entendu ce groupe légendaire comprendrait vite qu’ils ont tout pour plaire.

Sous la lueur de l’Empereur : Voila un titre qui fait plaisir à entendre. Ça fait chaud au coeur de constater qu’un groupe qui a connu le succès à l’étranger écrit des compositions dans sa langue natale, rappellant en quelque sorte aux autres d’ou ils viennent. La deuxième pièce de l’album est tout aussi étoffée que la première et j’ai bien l’impression que ce calibre sera conservé jusqu’à la fin. J’entend quelques riffs de sonorité similaire à ceux de Necrophagist au niveau des sons de guitares étouffés avec des “slides” dans une gamme similaire à ce que j’ai déja entendu dans ce groupe allemand qui m’a ouvert les portes du death metal technique lors de mon adolescence. Le coté progressif ressort dans cette pièce avec un passage groovy un peu innatendu dans lequel le son des guitares devient un peu plus léger pour mettre l’accent sur quelques punchs. On peut effectivement profiter d’ambiances plus calmes qui permettent à la musique de respirer, comme au moment du solo de guitare.

La pièce titre de l’album, soit la troisième, Earthborn Evolution, commence avec une intro de guitare clean qui suggère à mon oreille des influences à la Animals as Leaders. Un tapping percussif sur une corde grave (de guitare 8 cordes) qui développe une mélodie à travers un groove agréable à l’écoute. La basse entre en deuxième et fait le pont vers la section plus heavy en développant de beaux phrasés avec une intonation quasi incomparable… À la fois planant et très profond, avec la batterie plus espacée… jusqu’au moment ou un autre tapping de guitare plus aigu soit accompagné d’un blastbeat pour donner un résultat au delà des mots. Je ne crois pas qu’il me soit déja arrivé d’entendre dans le metal quelque chose que je considère être une véritable révolution musicale… mais c’est bien ce que ce passage m’a fait ressentir. Malgré toute la pesanteur et la brutalité qu’on retrouve dans le death metal, Beyond Creation est un groupe qui parvient avec brio à mettre de l’expression dans ses compositions, et c’est selon moi un facteur qui fait que c’est un des meilleurs groupes de la scène metal internationale.

On peut aussi profiter de petits répits pour nos oreilles lors de moments plus calmes comme dans la pièce Neurotical Transmissions (la cinquième). Elle contient un autre de ces tappings en guitare clean combiné au blast beat que j’affectionne particulièrement, avec en plus la basse qui y participe, de quoi combler les oreilles. Une bonne maitrise des instruments est très bien démontrée avec cette pièce : on y exploite bien la guitare à 8 cordes, chose qui n’est pas faite par tous les musiciens qui jouent sur autant de cordes.

Alors que Abstrait Dialog est plus calme que les autres et plutôt du type ambiante, The Axiom est pour sa part plus mouvementée, voire psychotique au niveau de la mélodie.

L’une des pièces avec le plus de personnalité sur l’album est Theatrical Delirium. Une ambiance sombre mais pesante, un bel enchainement de solos de basse et guitare, une passe plus calme avec une ambiance qui me fait un peu penser au groupe de progressif instrumental Unbeing, bref, une belle variété de couleurs bien assorties. La ligne de basse est particulièrement impressionnante dans cette longue pièce.

Somme toute, l’album Earthborn Evolution est un excellent produit que je recommande à tout fan de death metal avec du mordant. Pour ceux qui aiment le tapping (technique de guitare / basse), les blast beats, la mélodie en grande quantité et les architectures musicales élaborées.

Vous pouvez acheter l’album Earthborn Evolution en suivant ce lien

Photos de la Marche des Zombies de Montréal

Notre photographe Karolane Gagné-Brault était de la Marche des Zombies de Montréal hier et quand j’ai su ça il y a quelques jours, je lui ai demandé de nous rapporter des clichés de l’évènement, ce qu’elle a fait et je la remercie!

 

64336_849994628356984_264711776465166006_n

 

 

 

Marche des Zombies – Montréal

Job For A Cowboy impressionne avec ‘Sun of Nihility’

job sun

 

Le 11 novembre verra naître le nouvel album de Job For A Cowboy, “Sun Eater”, sur Metal Blade Records.  Bien que j’ai toujours apprécié le band, je n’ai jamais été impressionné par la qualité de leur Death métal moderne.

Ceci dit, même si ce n’est qu’un extrait de l’album entier, cette première attaque sonore, ‘Sun of Nihility’, est vraiment impressionnante!  Avec un lineup qui n’affiche que le chanteur, Jonny Davy, comme membre fondateur, les boys font maintenant de quoi qui me fait tourner la tête et j’ai vraiment hâte d’entendre le reste de cet opus.  Ils ont maintenant fait le saut de Deathcore (à leur tout début) à un Death métal plus traditionnel et je crois que vous apprécierez cet effort.
 
 

Vidéos: Soviet Kong au Soreal Fest 2014

1376595_652122578141554_1734897020_n

 

Avec un nouvel album qui s’en vient pour Soviet Kong et un show à Montréal pour souligner l’occasion, on vous fait patienter un peu avec des vidéos live de la formation de Punk’N’Roll de Sorel lors de leur passage dans la 2e édition du Soreal Fest qui se tenait à la fin du mois d’août dernier.

Le tout a été filmé et monté par notre Dr. Light et je vous prierais de partager si vous aimez ce que vous voyez/entendez, deal?

1379329_655844534436025_1485250370_n