Fractal Cypher

Fractal Cypher

Prenez du death metal avec une tasse de classique et rock moderne, mélangé le tout avec de l’assaisonnement vocal à la James Labrie (Dream Theater) et vous obtiendrez de l’incroyable Fractal Cypher. C’est en 2014 que la scène québécoise a pu faire la découverte de ce groupe. Début avril 2020, le band nous annonce la venue d’un nouveau drummer, Phil Landryx (ex-UneXpecT, Barely Astronauts).

Critique de l’album “The Human Paradox” en cliquant ici : The Human Paradox

Bandcamp: https://fractalcypher.bandcamp.com/
Facebook: https://www.facebook.com/fractalcypher/ 

Fractal Cypher – Idle Words

-Joé

 

Partager / Share
error

Critique d’album: Fractal Cypher – «The Human Paradox»

Fractal Cypher - The Human Paradox cover

FRACTAL CYPHER
«The Human Paradox»
Self Release
Septembre 2016

Liste des pièces
1 «Lost»
2 «Endless Circle»
3 «Shining A While»
4 «Prison Planet»
5 «Imminent Extinction»
6 «Final Abode»
7 «Awakening»
8 «Idle Words»
9 «The Ghost Of Myself»

****Scroll down for English version. Translation done by Lex Ivian
Mais quel œuvre d’art musical! Il est rare que j’aie autant de misère à m’exprimer sur un album mais celui-ci m’a donné bien du mal. Pourquoi est-ce que j’ouvre ma critique en disant que c’est un œuvre d’art? Bonne question. Peut-être ai-je l’impression que ma critique ne sera pas à la juste valeur de ce que l’album est globalement? Advienne que pourra, voici donc ma critique pour l’album «The Human Paradox» de FRACTAL CYPHER!

Mais quel mélange de Metal, Djent, Jazz, Prog (surtout Prog) au pouce carré!!! On fait ici l’écoute d’un album totalement assumé d’un calibre qu’on ne voit que rarement. Sans dénigrer tous les musiciens de Technical Death ou Prog de la province, ici, on a un ensemble de talent bien équilibré sur chaque instrument!

Ils sont capable de passer d’une chanson techniquement avancée à une ballade totalement assumée à une pièce très Djent pour revenir à un Prog totalement fou. C’est comme écouter du Dream Theater énergique. Pendant mon écoute, j’ai souvent fait un rapprochement sur la variété des styles à Japan X qui n’a pas peur un instant de passer de la pièce très Metal et l’instant d’après de se retrouver dans une ballade qui nous parle et nous porte sans nous laisser décrocher. La pièce «Shining a While» est un parfait exemple de ce auquel je fais référence.

Le mix de l’album est parfait. Je reproche souvent que la basse se perd au niveau du mix. Pas ici, tout le monde est bien présent et personne n’embarque par-dessus l’autre. Ce n’est pas une overdose de son bien que le côté technique soit totalement omniprésent. On beurre épais, mais pas trop. Juste assez pour qu’on en veuille encore une autre tranche jusqu’à ce que le pain soit totalement passé sans qu’on s’en rende compte.

On a un vocal versatile qui monte juste assez aigu en note à mon oreille pour ne pas me lasser et qui est capable d’un scream tout aussi puissant. On a une guitare qui va nous donner des moments progressifs autant que d’autre moment à sonorité très Djent. «Idles Word», par exemple, est pratiquement totalement dans cette sonorité. Que dire de la batterie!? Encore une fois, versatile. Capable de nous en donner à fond autant que de se limiter pour garder une ambiance d’écoute toujours équilibrée. Au niveau du clavier, encore une fois, sait être très présent autant que de ne servir que de l’ambiance aux pièces.

Mon seul reproche serait peut-être que j’aurais aimé entendre un meilleur équilibre au niveau des solos entre la guitare et le clavier. Mais peut-on vraiment leur faire un reproche? C’est une œuvre d’art en soit du début à la fin.

Je le conseille à tout amateur de Japan X, Dream Theater, Periphery, Tesseract, etc etc.

Je me relis à nouveau et……. Définitivement, cette critique n’est pas à la hauteur de ce qu’est cet album. Un 11 sur 10 malgré mon reproche. Le pire, c’est que ce n’est pas totalement ma tasse de thé musicalement. Alors imaginez ce que ma note aurait pu être!

Thanii (Rédaction)
Lex Ivian (Correction et Édition)

 

What a musical work of art! It is not often that I have such a hard times to express myself about an album but this one has given me a lot of trouble. Why do I open my text by saying that it is a work of art? Good question. Maybe I have the impression that my text will not succeed in convincing you about the true value of what the album is globally? So, here is my criticism for the album «The Human Paradox» by FRACTAL CYPHER!

But what a mixture of Metal, Djent, Jazz, Prog (especially Prog) to the square inch! We listen here to a totally assumed album of a caliber that we rarely see. Without denigrating all the musicians of Technical Death or Prog of the province of Quebec, here we have a set of well-balanced talent on each instrument!

They are able to move from a technically advanced song to a totally assumed ballad to a very Djent play to return to a totally crazy Prog. It’s like listening to an energetic version of Dream Theater. During my listening, I often made a comparison with the variety of styles proposed by Japan X which is not afraid to offer a very Metal song and the next moment switch to a ballad that speaks to us and carries us gently. The song «Shining a While» is a perfect example of what I am referring to.

The mix of the album is perfect. I often criticize that the bass is lost in the mix. Not here, everybody is present and nobody is covering another. A very good production job from The Grid studio. It is not overproduced although the technical side is totally omnipresent. There’s a lot to chew here, but not too much. Just enough so that we want another slice until this meal is completely eaten without anyone realizing it.

The vocal is versatile reaching some high notes and is also capable of a scream just as powerful. The guitar will give us progressive moments as much as some very Djent sonority. «Idles Word», for example, is practically totally in this tone. What about the drums!? Again, versatile. Able to give us much and as well to limit the extravaganza to keep an atmosphere of listening always balanced. The keyboard, again, knows to be very present as well as to serve only the ambience of the songs.

My only complaint would be that I would have liked to hear a better balance in the solos between the guitar and the keyboard. But can we really blame them? It is a work of art from beginning to end.

I recommend it to all fans of Japan X, Dream Theater, Periphery, Tesseract, etc. etc.

I reread my text and … definitely, this review falls short in expressing what a gem of an album this one is. It is such a great album that I score it 11/10 despite my complaint. My note might have been a lot higher if this music style was more my cup of tea!!

Thanii

 

Partager / Share
error

Photos Karkaos, Decadawn, Fractal Cypher et Jardin Mécanique – Montréal 07 Octobre 2016

Voici les photos prises par Marie-Noëlle Anctil lors du spectacle présenté au Petit Campus de Montréal le 07 Octobre 2016 par Jaune Prodz et qui mettait à l’affiche Karkaos, Decadawn, Fractal Cypher et Jardin Mécanique.

 

07-octobre-2016-montreal-karkaos

 

Karkaos

 

Decadawn

 

Fractal Cypher

 

Jardin Mécanique

 

Ambiance

 

Partager / Share
error

Photos The Agonist, Decadawn, In the Name of Havoc, Fractal Cypher, Seismic Breach et See Through Secrecy – Montréal 10 Octobre 2015

Voici les photos prises par Marie-Noëlle Anctil lors du spectacle présenté au Piranha Bar de Montréal le 10 Octobre 2015 par Dungeon Works Productions et qui mettait à l’affiche The Agonist, Decadawn, In the Name of Havoc, Fractal Cypher, Seismic Breach et See Through Secrecy.

 

10 Octobre 15 - Montréal - The Agonist - Affiche

 

The Agonist

 

Decadawn

 

In the Name of Havoc

 

Fractal Cypher

 

Seismic Breach

 

See Through Secrecy

 

Partager / Share
error

Critique de Show: Eluveitie @ Montréal – 9 octobre 2019

Affiche Tournée Eluveitie Korpiklaani Gone in April

Le 9 octobre 2019, Eluveitie était en concert au Théâtre Corona de Montréal, accompagné des artistes Korpiklaani et Gone in April. Les trois groupes sont en tournée ensemble, d’ailleurs, comme vous pouvez le voir sur l’image ci-dessus. Je me suis rendu au concert de Montréal et je vous en ai fait un compte rendu.

Gone in April

Photo Concert Gone in April

La soirée commence avec la formation de death mélodique Gone in April, et laissez moi vous dire que ce n’est pas qu’un petit échauffement: ça commence en force. Une des raisons pourquoi Gone in April est connu dans la scène du Québec, est que Yanic Bercier, ex-drummer notoire de la formation Quo Vadis, est derrière les tambours dans ce groupe. Il a un son bien a lui, très caractérisé. Sur un line up de concert plus mélodique / folkorique, Gone in April brisent la glace avec le son le plus heavy et technique de la soirée. La personnalité du son du groupe semble beaucoup construite sur le drumming de Yanic, car c’est l’élément qui ressort le plus dans la musique. Mais la beauté de la chose, est que les autres éléments de la musique, sont habilement agencés à sa puissance derrière les tambours: des éléments très mélodiques provenant des autres musiciens se marient a merveille avec son énergie à la batterie.

Soulignons que le groupe comprend 3 membres session pour cette tournée: l’un des guitaristes (Vincent Bruneau de Fractal Cypher), le bassiste (Jimmy Bolduc), et le chanteur (Sébastien Croteau de Necrotic Mutation). Ces membres sont très compétents et le son du groupe est à mon avis livré sans aucun compromis malgré la présence de 3 membres de remplacement. Il faut spécifier qu’ils sont avec eux sur la tournée depuis le 19 septembre pour un total de 18 dates avant celle-ci. La chimie est au rendez-vous. Mention spéciale à Sébastien Croteau d’ailleurs, qui avait une belle énergie, il était charismatique et souriant, et faisait de belles interactions avec la foule. Le groupe ont donné une belle prestation, et on leur souhaite le meilleur pour leur continuation ainsi qu’un bon déroulement pour le reste de la tournée avec les deux géants du folk metal.

 

Korpiklaani

Photo Concert Korpiklaani

Le groupe de folk metal finlandais Korpiklaani prend le relai. La salle était déja bien peuplée lors du premier groupe, mais là, ça commençait vraiment à être plein! La musique de ce groupe est très festive et joyeuse. L’ensemble comprend, en plus de la composition traditionnelle d’un groupe metal, un violon et un accordéon. La couleur et l’ambiance de ce groupe proviennent beaucoup de ces éléments, car ce sont eux qui apportent les mélodies folkloriques. Le groupe a livré un long set d’autour d’une heure et demie.

Chose que je ne savais pas d’eux, ils ont aussi plusieurs chansons plus lentes et douces qu’ils font en spectacle. Seul petit bémol, c’est qu’ils en ont mis plusieurs (un peu trop a mon avis) une a la suite de l’autre au milieu de leur set, ce qui a fait en sorte de faire beaucoup descendre l’énergie. Cela dit, j’ai trouvé que c’était de belles pièces, et en dehors de ça, le groupe a bien su garder son public en haleine. Korpiklaani ont plusieurs chansons dont le thème est la boisson, et ce sont dans leurs plus fortes et invitantes. Notamment les titres “Beer Beer” et la plus notoire: “Vodka“. Ils ont donné un très bon show.

Eluveitie

photo Eluveitie

C’était maintenant l’heure du plat de résistance, le groupe légendaire de folk metal Eluveitie, originaire de la Suisse. Leur musique comprend aussi des éléments du death metal mélodique, et justement, dès le début de leur set, ils ont fait du matériel heavy au tempo rapide dont je ne connaissais pas l’existence. J’ai été agréablement surpris. Eluveitie est un groupe qui comprend un bel assortiment d’instruments folkloriques traditionnels, dont une harpe, un violon, une vielle a roue, et aussi des instruments à vent comme une cornemuse et des flutes. Cela dit, tous ces instruments ne sont pas toujours en train de jouer tous ensemble. Ajoutons qu’il y a 3 filles dans le groupe: une est chanteuse (qui joue aussi de la harpe), l’autre, violoniste, et la troisième joue de la vielle a roue.

Le groupe Eluveitie est très aimé a Montréal, et ça se sent. Ils livrent un set étoffé et interagissent avec la foule de façon charismatique. Un des moments les plus forts de leur set est quand ils ont mentionné qu’ils peuvent faire une de leurs chansons en plusieurs langues, dont le français. Évidemment, la foule s’est exclamé très fort et avec enthousiasme pour une performance en français, ce que le groupe a fait. Il s’agit de la pièce “The Call Of The Mountains“, de leur album “Origins“. Un autre de mes moments préférés de leur spectacle est quand la chanteuse a performé une chanson en solo, par dessus une ambiance d’accompagnement. C’était vraiment beau et mélodieux. La chanteuse a beaucoup de talent et elle dégageait une belle énergie à travers cette performance. Le groupe a donné une très belle prestation et le public a été réceptif et répondant tout au long de celle-ci. Ils ont fait un rappel satisfaisant et après que le chanteur ait présenté la dernière pièce en disant “Montréal, c’est pour toi!”, ils ont terminé avec leur succès “Inis Mona“. Je terminerai en disant que le groupe avait une très belle complicité avec son public.

Francis LaBadie

Partager / Share
error