Ondes Chocs sur SoundCloud, présentée par:
  • Tout pour le ROCK… qui tue!

    Posted by Jonathan Blais on February 11th, 2013

    DSCF4293

    Une autre grosse fin de semaine chargée qui s’achève et où une multitude de musiciens de talent ont envahi les salles du Québec pour nous faire vibrer au son du Métal.  Et dans mon cas, c’était au Katacombes ce samedi 9 février que cela se passait.  Une soirée qui était à la fois un lancement d’album, un party d’anniversaire et une messe noire à l’intention des Dieux du Rock.  Bref, une superbe occasion de fêter avec les amis et de lever nos verres à la santé de Some Of The Few, Conrad Simon et Potion 13.

     

    C’est sur les classiques savamment choisis par DJ Marty que la soirée a débuté, nous amenant aux premiers invités de la soirée, Some of the Few.  Cela fait près de 20 ans que le groupe roule sa bosse et ça se sent, autant dans leur façon de jouer que dans leur son.  Fortement inspiré par la NWOBHM, la formation a connu maint changements avant d’arriver au résultat présent.  Peut-être est-ce la frustration d’avoir longtemps vécu dans l’ombre mais ces 5 gars-là sont possédés par une énergie époustouflante.  Un Power metal pur et dur, teinté d’une énergie thrash, où les riffs mordants des guitares et de la basse s’enchaînent à la vitesse de l’éclair.  La batterie est lourde à souhait, martellant les pièces à grand coups de double bass drum.  Que ce soit dans leurs compositions ou dans les deux reprises d’Iron Maiden, le leader du groupe utilise la scène, et même la mezzanine, à son potentiel maximum, maniant là une épée ou un drapeau à l’effigie de SOTF afin d’apporter un côté théatrale à la prestation.  Reste à voir si 2013 sera enfin l’année où on verra  naître leur album et ainsi apprécier à sa juste valeur le travail de ces musiciens.  À suivre pour les amateurs de métal puisssant où se côtoient créatures de la nuit, combats épiques et sociaux…

    DSCF4190DSCF4223

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    L’estrade se vide par la suite pour faire place au seul et unique Conrad Simon.  Le virtuose néo-brunswickois, accompagné d’une trame rythmique préenregistrée, nous présente un court set qui nous permet d’apprécier toutes les facettes de son talent.  Des compositions qui n’on rien à envier au Steve Vai, Joe Satriani et autres Guitar Heroes de ce monde.  Un univers musical inspiré par le cinéma fantastique et d’horreur, une de ses passions, et on ne peut qu’être emporté dans les différents tableaux qu’il nous présente.  D’une dextérité sans failles, contrairement au lecteur CD qui décida de faire des siennes à quelques moments, Maître Simon sait créer des ambiances envoûtantes et qui témoignent de la longue expérience de l’interprète.  Cependant, comme plusieurs, j’aurais préféré voir et surtout entendre le guitariste gaucher accompagné d’un vrai band mais comme l’homme est très occupé par ses multiples projets, collaborations, enseignements et son travail comme clinicien pour Yamaha, ce n’est pas évident de s’impliquer au sein d’un groupe stable.  Mais on espère tout de même le revoir sur une scène dans un avenir rapproché, histoire de me rappeler à quel point j’ai du chemin à faire avant d’atteindre un tel niveau de talent.  À bien y penser, je crois que je vais mettre ma guitare en vente sur Kijiji…

    DSCF4241

    On l’attendais depuis longtemps ce moment là: le retour de Potion 13, autant sur scène que sur album.  Depuis la fin de Corbeau, au milieu des années 80, rares sont les bands de rock heavy avec une chanteuse au micro qui ont réussi à se faire une place en chantant en français.  Mais dans le cas de Potion 13, la comparaison se termine là car c’est avec une lourdeur et une vitesse décuplée que le groupe, formé il y a 10 ans exactement, nous balance ses compositions à la gueule.  Eux aussi fiers descendants du son Heavy Metal européen, le quatuor nous propose un son toute fois original et unique, où la guitare accérée de Brian Harps défie à chaques accords la batterie ultra précise de Simon Pierre Dubé.  Le tout envellopé par le son de la basse 5 cordes de Naty, très à l’aise derrière son instrument alors qu’à l’avant-scène, Danielle chante de sa voix unique les textes à la fois coquins, revendicateurs ou engagés mais toujours exprimé dans un français bien de chez-nous.  Une musique intense qui donne le goût de partir en moto, libre et indépendant sur les routes de la Belle Province.  Un son, certes, loin de ce qui se fait chez les plus jeunes mais qui a sa place dans l’univers métal.  La preuve en est l’engouement pour le groupe sur les réseaux tel que Reverbnation, autant ici que de l’autre côté de l’Atlantique.  Le groupe ouvrira même pour le légendaire UDO, le 12 avril prochain.  Une bonne pratique ce soir là donc pour cette soirée qui s’annonce plus que mémorable pour les amateurs de Hard Rock méchant et entrainant.

    DSCF4287DSCF4299

     

     

     

     

     

     

    DSCF4277DSCF4281

     

     

     

     

     

     

    DSCF4272

    Une excellente soirée en conclusion, où les fans et nombreux amis du groupe s’en sont donnés à coeur joie, tout comme ces derniers, contents de revenir sur scène avec leur musique authentique et leur fierté de ”Québécoitiseurs”.  La table de marchandise, transformée en buffet pour l’occasion, fut le point de rassemblement d’après-show où la bonne humeur règnait ainsi que le sentiment d’avoir fait de la cr*** de belle job.  Et ce fût le cas!

    Ondes Chocs remercie chaleureusement Naty et les autres membres du groupe pour l’invitation et longue vie au Métal d’icitte, chanté dans la langue d’icitte!

     

     

Leave a Reply

Current day month ye@r *





Copyright © 2012 . All rights reserved.