• Soirée en dents de scie…

    Posted by Louis Olivier Brassard Gelinas on July 30th, 2015

    Mutank, Black Absinthe, Python et Цар Стангра (Tsar Stangra) au Bar la Source de la Martinière à Québec le samedi 25 juillet 2015.

     

    25-07-15 Québec Mutank
    Avec la segmentation toujours plus apparente du Metal en une pléthore de sous-genres quasi indépendants les uns des autres, il est devenu de plus en plus rare de voir des alignements de spectacles vraiment diversifiés. Or, c’était précisément ce qui nous était offert samedi dernier alors que notre grand sage Lex Ivian, Stanislav Stefanovski (Phosphorus, Цар Стангра) et son complice Yvan Létourneau (Phosphorus, Dépérir) avaient concocté un premier concert pour le projet Black Metal païen à consonance bulgare Цар Стангра de Québec en invitant des groupes aussi différents que: Python (Heavy Metal), Black Absinthe (Heavy Metal) et Mutank (Crossover Thrash Metal). La table était donc mise pour une soirée haute en rebondissements.

    Arrivés sur les lieux du crime vers 19 h 30, ma délicieuse métalleuse et moi eûmes le temps de lier des conversations avec les différents protagonistes de la soirée avant que Цар Стангра n’entame la soirée avec quelques minutes de retard sur l’horaire prévu de la soirée. J’étais très excité de voir le tout premier concert du duo devenu quintette pour la scène avec l’addition de Mike Raymond (batterie), Raphaël Raymond (guitare rythmique) et Marc-André Houle (claviers) à l’alignement original formé de Stanislav Stefanovski (basse, voix) et Dobrin Stoyanov (guitare soliste). Effectivement, j’étais très curieux de voir leur Black Metal païen entièrement chanté en Bulgare, dans la plus pure tradition du métal noir slave, transposé sur scène en sachant que la formation avait eu assez peu de temps pour préparer son premier rituel. Cependant, dès les premières notes de leur prestation, complimentées par une très bonne sonorisation de Matthieu Pettigrew (Valknacht), je pus constater que la troupe était prête pour l’attaque. Revêtus de maquillages cadavériques traditionnels, les membres du groupe menèrent leur prestation d’une musique imposante, dynamique et riche en atmosphères avec une belle assurance. Stan s’illustra très positivement à la basse et au chant, alors que Dobrin nous livra des solos superbes sur sa guitare fabriquée par ses propres soins. Le reste de la troupe joua son rôle avec talent et précision. Ce fut en somme un premier test réussi haut la main pour la formation qui lançait ce soir-là sa première démo sur CD intitulée «Xah Kybpam» (2015).

    Le second groupe à venir prendre la scène était Python de Hamilton en Ontario avec son Heavy Metal traditionnel influencé par des groupes tels que Judas Priest, Iron Maiden, Black Sabbath et Led Zeppelin. Le quatuor formé en 2014 est composé d’Adam Peach (guitare, chant), Brandon Thomas (guitare), Max Colavecchia (basse) et Stewart Frontzak (batterie). La bande a un EP éponyme publié en 2014 à son actif. Sur scène la troupe nous entraîna dans ses motifs de guitare typiques et (un peu trop) répétitifs, entrecoupés de soli jumeaux dont le caractère épique était terni par une certaine prévisibilité. Le son était encore très bien balancé, mais un autre problème s’est pointé le nez car Brandon Thomas a cassé une corde au tout début de leur prestation, problème pour lequel il ne semblait pas voir prévu de solution de rechange et l’obligea à faire appel à la générosité du chanteur-guitariste de Black Absinthe. Autre ombre au tableau, j’ignore s’il est toujours comme ça, mais le batteur Stewart Frontzak avait, tout au long de la prestation, le visage las d’une personne qui souhaiterait être ailleurs et jouait de son instrument comme un adolescent qu’on contraint à faire un boulot dont il ne veut rien savoir, ce qui selon moi est insultant pour un public qui a payé pour voir ça. Sa performance fut musicalement correcte, mais pas plus. Enfin, le groupe ne possède aucune unité visuelle ou d’autres éléments distinctifs qui auraient pu accrocher mon attention, hormis la performance impressionnante du bassiste Max Colavecchia qui nous donne parfois l’impression que le groupe possède trois guitares. En somme, je crois que Python a encore du chemin à faire avant de devenir une force scénique et leur musique sans être mauvaise me sembla un peu générique et prévisible comme la bière Coors Light bue par leur chanteur-guitariste et publicisée par sa camisole.

    Black Absinthe, power-trio de Heavy Metal originaire de Toronto, était le troisième groupe à fouler les planches du Bar La Source en cette soirée. La troupe fondée en 2011 compte en ses rangs Jack Cerre (guitare, voix), Kyle Scarlett (basse) et Austin Henderson (batterie) et à deux EP («Augusta» (2012) et «Noise Complaint» (2014)) et un album live («Live at Coalition» (2014)) à son actif. Sur scène, leur musique rassemblant des éléments de Thrash/Speed Metal et de Punk dans un Heavy Metal fédérateur et comportant une certaine originalité ramena un peu de piquant à la soirée après la lassitude que m’avait inspiré Python. La foule modeste, mais attentive signala son approbation avec des hochements de tête et quelques sursauts de violence à l’avant-scène. Le groupe nous livra avec aplomb et énergie ses pièces qui comportent chacune leurs particularités intéressantes que ce soit un passage up-tempo entraînant, ou une mélodie accrocheuse. En somme, la prestation de Black Absinthe fut pour moi le second bon moment de la soirée après le passage de Цар Стангра en début de soirée. Il restait maintenant à Mutank de maintenir la barre au même niveau.

    Mutank s’amena bientôt sur scène pour nous présenter son Crossover Thrash Metal tout droit sorti des années 1980. Formation basée à Montréal, mais composée de membres provenant des Maritimes et principalement, semble-t’il, de Terre-Neuve, Mutank est composé de Stephen Reynolds (basse, voix), Amd Amd (batterie), Atsok (guitare) et Lee Whiskey (guitare). La troupe a deux sorties à son actif: la démo «Demo-lition» (2013) et l’album «M.E.C.H. Metal» (2014). Sur scène, le groupe s’amena avec une énergie débordante quoique le son fût un peu moins bien défini dans la salle que lors des trois groupes précédents. D’ailleurs, la voix du chanteur-bassiste était presque totalement inaudible par moments, malgré que ce qu’on pouvait en entendre semblait être très amoché par le spectacle de la veille à Montréal. Musicalement parlant, le groupe livra son Crossover Thrash avec conviction et solidité, mais cela ne suffit pas à cacher que leur musique s’inscrit très fortement dans un style et une période définie sans laisser beaucoup de place à l’originalité. En effet, une passe à la D.R.I par là, un solo à la Metallica période «Kill Em’ All» par ci et pourquoi pas un peu de Slayer pour lier le tout, Mutank rassemble tous ces éléments en les interprétant avec talent, mais en oubliant malheureusement d’y ajouter sa couleur propre. Le clou du spectacle fut certainement la performance du batteur de la formation avec sa rapidité et sa précision impressionnante.

    En conclusion, ce fut une soirée en dents de scie qui eut lieu en ce samedi soir ensoleillé de juillet au Bar La Source. Entre les prestations solides et convaincantes de Цар Стангра et Black Absinthe, je fus carrément déçu par un Python en deçà du niveau de la soirée et relativement neutre par rapport à Mutank, malgré leur énergie et leur enthousiasme, car je m’attendais à quelque chose de moins générique. Tout cela ne m’empêcha aucunement d’apprécier cette soirée en bonne compagnie et j’aimerais remercier les organisateurs du concert pour l’invitation et l’entrée.

    Louis-Olivier «Winterthrone» B. Gélinas

Leave a Reply





Copyright © 2012 Ondes Chocs. All rights reserved.