• On Arrête Pas l'Prog

    Posted by Dave Rouleau on September 18th, 2013

    On Arrête Pas l’Prog (#21)

    Retour d’hiatus, rupture sans anévrisme et promesse de meilleurs lendemains

     

    Bonjour à vous tous! Je sais, ça fait (encore) un bout que je ne vous ai rien pondu. Toujours est-il que lorsque Dave s’est enquéri de ma santé, à savoir si je respirais encore, j’ai compris que ça faisait vraiment un bail que je vous néglige, mea culpa … Il n’y avait pas une raison unique à cet hiatus mais plusieurs petites choses; toujours blessé, j’ai tout de même recommencé le travail, en version allégé certes, mais sur horaire plein.  Ce qui m’a fait platement découvrir que je me fais plus vieux que mon âge. Après le boulot, cuisiner pour mes deux amours prend une grosse partie de mon énergie restante et le cerveau a tendance à vouloir virer à idle. Ajoutez à cela le fait que j’ai été plutôt lâche musicalement ces dernier temps, restant plogué sur les mêmes 2-3 trucs. Je n’ai pas recherché, activement ou passivement, du nouveau et rien ne m’a réellement frappé.  Il y a bien eu le show de Irish Moutarde pour venir briser mon marasme musicale, c’était très bien mais je vous en ai déjà parlé. À venir, il y a bien des shows que j’ai très envie de faire des pieds et des mains pour y être mais reste que dans le présent, c’est glabre un peu. Peut-être est-ce la température changeante, l’automne arrivant me blues l’esprit? Ou le fait que mon band Cyklone est mort de sa belle mort, avant même que l’on sorte l’album déjà enregistré? Peu importe! Mon spleen a assez duré et le call de Dave était le proverbiale pied au cul qu’il me fallait pour recommencer à écrire.

    Je vous disais que j’étais resté pogné sur 2-3 truc ces derniers temps, hé bien c’est en fait 5 groupes qui teinteront de leurs influences respectives les partages de la présente chronique. Un peu dépress, j’ai bien sûr écouté un de mes groupes favori soit ISIS, entrecoupé de PELICAN pour faire bonne mesure. Lorsque mon humeur devenait trop morose, je la remontait avec du THE FACELESS qui m’a donné envie de ré-écouter ce que je crois être une de leur inspiration, de très vieux albums de l’excellent compositeur / multi-instrumentiste Dan Swanö, je veux bien sûr parler de Edge of Sanity. Pour finir lorsque mon humeur était soit trop basse ou trop pompée, alors je coupais le tout avec du très léger certes, mais combien délicieux Jazz Manouche aux accents rock de Sanseverino. Avec ces balises en tête, je suis parti fièrement explorer la toile pour vous façonner mon omelette musicale de cette semaine alors voici ce que ça donne:

    Dur de trouver des émules contemporains du grand Django Reinhardt, surtout si on est intéressé par un mélange peut-être plus progressif ou métal. Si le style dans sa forme « classique » (Section rythmique assuré par deux guitares et une contrebasse, souvent accompagné d’un violon et absence des alors omniprésent cuivre et bois) a bien-sûr ses protagonistes, il est souvent marié au Klezmer mais je recherchais de quoi de plus actuel. J’aurais aimé vous trouver un mélange plus fusion ou métal, je ne perd pas espoir même si je n’ai pas exactement trouvé pour cette édition-ci. Bref je vous partage ici quelques grands au cas où ça intéresserait quelques-uns d’entre vous (quant à moi cette musique fait assurément résonner quelques cordes sensibles!). À consommer toujours sans modération voici 3 bon clips :

    1-LE Django, père du style, en version 3 petits clips condensés,

     

    2- Angelo Debarre en concert (c’est le concert  en totale alors soyez sûr d’y revenir plus tard, ça vaut la peine!),

     

    3- L’incontournable Sanseverino.

     

     

    Si je n’ai pas trouvé le savant mélange que je recherchais pour vous,  parfois on tombe sur des trucs pas si pire dans les pages des artistes qui se disent soit intéressé soit inspiré de… Voici Halcyon que j’ai attrapé au vol. J’espère qu’il continue à nous produire du stock et qu’il se procurera du meilleur équipement studio.

     

     

    Revenons vers du stock plus métal. Vous vous souviendrez sûrement de cette œuvre que nous avait sortie Edge Of Sanity en 1996, Crimson est un des albums marquants de ma vie. J’entends d’ailleurs beaucoup d’influences de Swanö dans le travail de cet autre très bon band que j’ai eu la chance de vraiment connaître il y a peu à l’Agitée (et ce malgré leur ********-********-******* de système de son défectueux que j’espère qu’ils ont réparé….), je parle bien sûr de The Faceless. Ce sont deux très bons bands à saveurs Death Progressif  et prenons donc une petite pause pour écouter ces vidéos.  Allez-y, fumez-en un gros et laissez vous aller pour la prochaine heure, je ne vous en tiendrai pas rigueur (j’ai moi-même fait une pause à l’écriture pour écouter)

     

     

     

     

    D’autres groupes à considérer dans la même veine Death-Prog ou Technical Death? Il y a bien sûr les excellents, et bien de chez nous Augury, qui viennent tout de suite à l’esprit. Inutile de les présenter! Si vous êtes trippeux métal un brin et que vous les connaissez toujours pas … Bin vous êtes irrécupérable :P

     

     

     

    Sinon, il y a les très nouveaux Wirethrone qui nous viennent de Floride et qui nous sortiront bientôt un album The Sun Betrays Us To The Night, surveillez ça ici.

     

     

    Finalement, un autre vieux groupe qui m’a très fait tripper jadis et qui sera à Québec en février prochain, Dark Tranquillity. Peut-être moins in your Face raw! que les groupes précédents, ils ne sont pas à prendre en reste et j’ai bien hâte d’aller les voir au Dagobert. Je n’ai pas encore eu la chance d’écouter leur dernier mais je me promet d’y remédier avant longtemps. Je vous en reparlerai alors.

     

     

     

    Dérivons maintenant vers les mélodies spatiales propre aux groupes issus du Post. Je suis sans cesse en recherche de nouvelles sonorités Post, toujours en manque, irrémédiablement perdu au style depuis que j’ai connu des maîtres tel ISIS et PELICAN, dans les plus connus ou les plus obscurs mais non moins bons Conifer. Que l’on parle de Post-Metal ou de Post-Rock, ces styles aériens sont très ouverts et nous offrent une vaste gamme de plaisirs à goûter sans parcimonie. Un bel exemple de post-métal à mettre dans votre discothèque est sans aucun doute Lvmen. Ce quintet de Prague en République Tchèque nous a  pondu au moins quatre albums complets depuis leur formation circa 1998 soit Lvmen, Raison d’être, Mondo et Heron. Vous pouvez les contacter sur leur page FB.

     

     

     

     

    Du coté de nos voisin du sud, il y a  Neurosis et leur dernier cru, Honor Found In Decay. De très bons riffs pesants à souhait et bien arrangés mais j’ai tout de même un peu de misère avec le vocal à la Lemmy, si vous voulez mon avis. Rien n’empêche que ça reste du bon stock bin écoutable pis gageons que c’est très potable en show. À vous de juger si ça fait votre quatre heure.

     

     

     

    Un band qui fait définitivement mon 4:20 c’est Rosetta. Oh que ça me fait planer ce groupe! De Philadelphie, ce quatuor de musiciens « pas sérieux » font de la sérieusement bonne musique! Définitivement de la veine des ISIS, ils sont sombres, puissants, pesants et ils n’ont pas l’intention de se radoucir avec l’âge, bien au contraire. Bien que vous pouvez les retrouver sur la “face de bouc”, ils considèrent que cette dernière est une perte de leur, et votre, temps. Donc aller les voir directement sur leur site où vous trouverez non seulement un lien vers leur blog mais aussi un lien pour acheter leur dernier album, The Anaesthete, sous la formule que j’adore, le Pay what you want. Je pourrais tenter de décrire leur musique, vous nommer les membres du band mais fuck-it, leur musique parle assez fort pour eux et je vais la laisser parler justement. Tapez vous ces deux tounes là, ça vaut la peine.

     

     

     

     

    Ne vous laissez pas redescendre trop brutalement mais recevez-vous de belle façon en plongeant dans les profondeurs du collectif The Ocean et de leur dernier opus Pelagial, une œuvre de plus de 50 minutes écrite, enregistrée, mixée et pensée pour être interprétée comme une seule œuvre en cinq mouvements, nous emmenant sans cesse plus profondément dans les zones pélagiques.

     

     

    Soyez sûr d’aller liker leur page FB et de visiter leur site en plus de parcourir leurs nombreux vidéos sur le tube tel celui-ci  tiré de l’album Precambrian.

     

     

     

    Tout voyage a une fin et cette semaine notre bout de chemin se termine sur une Eclipse qui ne se veut pas une fin mais une promesse d’une prochaine chronique beaucoup plus tôt que ce que je vous ai malheureusement habitué ces derniers temps. Me replonger dans les découvertes et re-découvertes musicales me refait une jeunesse et j’ai déjà plein d’idées pour mes prochaines élucubrations mélodiques. En espérant vous retrouver alors, dans une nouvelle itération de On Arrête Pas l’Prog, je vous laisse aux bons soins des très djenty et brutal Veil OF Maya, un full album en plus, Fuck Yeah!

     

     

    Pat G.

     

     63814_468163866559510_680909332_n

Leave a Reply





Copyright © 2012 Ondes Chocs. All rights reserved.