• Les “Elles” du Métal

    Posted by Stéphan Levesque on November 30th, 2014

    1536632_10152164014935767_1568919610_n

    ——————————–

    1507612_726260510789156_5755882284877057580_n

     

    Dark Sarah

    Behind the Black Veil, Episode II

    autoproduction

    2014

     

    En mars dernier, la chanteuse Heidi Parviainen (ex-Amberian Dawn) faisait paraître la première partie de son nouveau projet solo, Dark Sarah. L’album, nommé “Behind the Black Veil“, doit être publié en trois parties, nommées «épisodes», et financées via Indiegogo, donc par une campagne participative où la contribution des fans fait toute la différence. La réponse ayant été aussi positive que lors de la première levée de fonds, voici que nous parvient le deuxième épisode.

    Avant de passer à la musique, il convient de se placer dans le contexte de l’histoire racontée, détail que j’avais volontairement éludé lorsque j’avais parlé de l’épisode 1 (lire ma critique ici). Dark Sarah raconte l’histoire d’une jeune femme, nommée Sarah (bien sûr!), qui vit une humiliation le jour de son mariage. S’ensuit un traumatisme psychologique qui l’amène à côtoyer le côté sombre de sa personne, révélé sous les traits de sa moitié, Dark Sarah. L’épisode I s’occupait d’introduire le sujet, où l’on assiste à l’éveil du désir de vengeance. Dans l’épisode II, le personnage décide de pleinement sombrer dans la noirceur. Ceci dit, nous voici prêt à plonger dans ce nouveau matériel musical.

    Dès les premières notes de “Evil Roots“, on peut rapidement constater que la musique suit la progression du personnage de Sarah, c’est-à-dire que l’on s’engage en territoire plus noir. En effet, si Dark Sarah était présenté comme un projet de «metal cinématique», l’épisode I portait peu de trace de l’aspect metal annoncé. Le changement est donc perceptible ici, alors que Sarah fait la rencontre de la «Queen of No Good», qui incite la jeune femme à mettre à exécution ses sombres desseins. La reine est ici interprétée par Inga Scharf (du groupe allemand Van Canto), dans un duo où les intonations plus rock de la voix de l’Allemande viennent se greffer avec brio au timbre très lyrique de la Finlandaise. La musique, elle, se fait lourde, plus rythmée, et met en vedette une guitare qui avait été un peu laissée en plan lors de la première phase du projet.

    Vient ensuite “Violent Roses“, morceau très théâtral où Sarah découvre que les roses de son jardin, son endroit de repos et de bonheur, ont été détruites. La destruction étant l’oeuvre de plantes vénéneuses, le personnage sombre définitivement du côté du mal en croyant que son ancien fiancé est derrière la disparation des attributs favoris de son jardin. Ayant pour fond une très habile orchestration, appuyée par une rythmique entraînante, la chanson relate le «dialogue» entre les maléfiques créatures horticoles et Sarah, qui ne tarde pas à élaborer son plan, ayant de toute façon perdu tout contact avec la réalité. C’est la chanteuse qui vole en vedette sur cette deuxième chanson, montrant toutes les couleurs qu’elle peut donner à sa voix.

    C’est ainsi que sur “Hunting the Dreamer“, elle met en place l’exécution de son plan, aidée bien sûr par les plantes mortelles qui ont maintenant pris place dans son jardin. Sarah s’affaire à cuisiner une tarte aux pommes empoisonnée (le plan était relaté dans la chanson “Poison Apple“, sur l’épisode I) afin de mettre fin aux jours de cet homme cruel, qui non seulement l’a humilié, mais qui a également détruit tous ses rêves. Très symphonique, “Hunting the Dreamer” combine l’orchestration toujours luxuriante et raffinée de Mikko P. Mustonen et la voix fantastique de Heidi Parviainen, comme à l’habitude très expressive et d’une puissance à faire frissonner. Ce titre renforce surtout notre impression que les musiciens qui accompagnent la divine cantatrice ont été beaucoup mieux mis en valeur: la batterie est bien présente et la guitare prend la place qui lui revient dans un projet metal.

    Le dernier titre de ce deuxième épisode, “Fortress“, nous conduit au réveil à la réalité de Sarah. Cette dernière reprend ses sens et est terrifiée, voyant du sang sur le sol de sa maison. A-t-elle mis son plan à exécution? Ne se reconnaissant plus dans ce qu’elle semble être devenue, elle se rend devant le miroir et demande à sa moitié diabolique, Dark Sarah, de la libérer de la «cage» dans laquelle elle s’est laissée enfermer. La tension est à son comble et passe parfaitement à travers la musique et l’interprétation vocale dramatique, où l’on assiste à une belle démonstration, autant de la part de la guitare, des fantomatiques harmonies vocales, ainsi que par l’excellent solo de claviers qui jalonne la dernière partie de la pièce.

    Si le premier épisode était sans conteste une très jolie entrée en matière, les amateurs de metal pouvaient toutefois être restés sur leur appétit devant ces quatre pièces fort bien écrites et interprétées, mais qui avaient plus à voir avec la musique de film qu’avec le metal. Toutefois, sur ce deuxième épisode, on découvre que le plan musical de Heidi Parviainen était échafaudé à l’image de son dualiste personnage: l’histoire se développe au gré des humeurs sinistres amenées par la thématique, la tension monte, et la musique suit la parade en entrant pleinement dans le vif du sujet en explosant de belle façon. D’ailleurs, il est maintenant intéressant de revenir sur les chansons de l’épisode I et de les coller à ces quatre nouveaux titres; on y découvre une architecture musicale bien pensée et le récit y prend tout son sens, en huit parties!

    La chanteuse avait d’ailleurs promis que cet épisode II serait plus lourd et plus «punché»: la parole a été tenue. La grande révélation ici vient surtout de son équipe de musiciens, très solide, qui a la chance de jouer pleinement son rôle et de faire entendre son savoir-faire. Cette donnée s’additionne à une orchestration moins présente que sur la première partie, mais qui est encore bien perceptible et qui demeure la base de l’identité musicale du groupe. Bien sûr, les amateurs de chant lyrique seront encore une fois aux anges, Heidi Parviainen faisant encore une fois la preuve qu’elle possède une grande voix, à la fois claire et profonde, elle qui peut atteindre les hautes notes avec une facilité déconcertante tout en faisant passer les émotions nécessaires aux moments clés.

    Il ne reste donc qu’à se délecter de ces nouvelles pièces et à attendre que prenne fin la phase ultime de la campagne de financement qui mènera à l’enregistrement des dernières chansons de ce projet. D’ailleurs, il est prévu qu’en conclusion l’album complet soit publié en copie physique, alors que présentement les huit chansons de Dark Sarah ne sont disponibles qu’en version digitale, et seulement pour les contributeurs. L’objectif financier de cette dernière phase étant déjà dépassé, il ne reste plus qu’à attendre la conclusion musicale de l’histoire. Tout ce que l’on sait pour l’instant, c’est qu’un autre duo sera enregistré sur l’épisode III, cette fois avec le populaire chanteur de Sonata Arctica, Tony Kakko. Sarah retrouvera-t-elle le droit chemin ou a-t-elle déjà commis l’irréparable? La réponse dans quelques mois…

    Pour se procurer le CD complet, il suffit de contribuer à la campagne de l’épisode III, qui dure encore quelques jours, en cliquant sur ce lien.

    Stéphan

     

     

Leave a Reply





Copyright © 2012 Ondes Chocs. All rights reserved.