• La forge de Vulcain

    Posted by Louis Olivier Brassard Gelinas on September 22nd, 2015

    VULCAIN avec RIOTOR, SACCAGE et CANCERIC à la Salle Multi de Québec, le dimanche 13 septembre 2015. Une présentation de Noise Isn’t Noise.

     

    13 septembre 15 - Vulcain - Québec

     

    Après un passage au «Wings of Metal» à Montréal (dont vous pouvez lire la revue d’Antoine ici) et une visite à Ottawa, la légende du Heavy Metal français VULCAIN s’amenait à Québec pour la tournée 30 ans de «Rock n’ Roll Secours», en l’honneur de son premier album du même nom publié en 1984. L’ouverture de la soirée serait confiée aux tyrans de Riotor, aux escadrons de la fête infernale de Saccage et aux nouveaux venus du Death Thrash de Canceric. La table était donc mise pour une soirée de Métal intéressante et c’est ainsi que ma louve chasseresse et moi nous dirigeâmes vers les lieux des hostilités avec célérité malgré une température pluvieuse et fraîche.

    En faisant notre entrée dans la Salle Multi, nous pûmes constater qu’elle était plutôt loin d’être remplie alors que l’heure prévue du début du spectacle approchait dangereusement. Spectacle un dimanche en période de rentrée scolaire, température moche, abondance de concerts métalliques dans les dernières et prochaines semaines; plusieurs facteurs pouvaient être à blâmer pour expliquer que la foule ne soit pas si imposante en nombre.

    Probablement pour atteindre un quota plus favorable de participants, CANCERIC retarda son entrée en scène d’environ une demi-heure et commença enfin sa prestation devant un parterre décemment clairsemé, mais attentif. Fondé en 2013, le quintette montréalais se compose de William Pichette (chant), Julien Provost (guitare, chœurs), J-F Tremblay (basse «fretless») et Zack Osiris (batterie, chœurs). Leur musique est un assemblage de Death et de Thrash interprété avec une relative modernité et ceux-ci nous présentaient le 3 juillet dernier le EP «Annihilated Into Hellfire». Sur scène, le groupe se livra à un pilonnage très efficace à l’aide des motifs rapides et accrocheurs que contiennent ses assauts. Cependant, les membres s’envoyaient parfois des regards remplis de doute qui semblaient indiquer des difficultés. Pourtant, je ne notai aucun problème majeur dans leur prestation, peut-être était-ce dû à un problème à s’entendre sur la scène. Toutefois, le groupe sut attirer l’attention des spectateurs et réchauffer l’ambiance pour la prochaine troupe.

    SACCAGE prirent place sur scène après une pause un peu longue. Saccage est un quatuor originaire de Québec qui fait dans le pas propre, le méchant et le je-m’en-foutisme festif. La bande se compose de Nath Botch (guitare), Dan Mécréant (chant), Phat Labrosse (basse) et Gauthier (batterie). Avec son Black/Thrash/Death/Crust simple et efficace, la troupe déclencha, aussitôt sa prestation entamée, des hostilités festives dans une foule bien compactée à l’avant de la scène. Saccage qui nous présentait en mai une compilation, sur PRC Music, «Vorace MMXV» une compilation du EP «Vorace» (2014) et de pièces live, aura donc enflammé les ardeurs des spectateurs présents. Les douches de bière et la brutalité furent donc à l’honneur pendant une courte performance qui ne laissa personne indifférent. Énergique, charismatique et irrévérencieux, le groupe fit même participer la foule en délire à ses chansons avec des micros pointés sur elle. En somme, ce fut une joyeuse dérape.

    RIOTOR succéda à Saccage après une autre pause encore plutôt longue. La bande au son Death Thrash de la fin des années 1980, s’amenait sur scène dans l’intention de nous présenter son dernier bébé, l’album «Rusted Throne» disponible depuis le 20 juin dernier. Comme à leur habitude, Ismarevil (chant) et sa bande complétée par Kevinator (guitare), Gabrihell (guitare), Stefanatik (batterie) et Mikalcoholic (basse) ne lésinèrent pas sur la puissance sonore pour nous en mettre plein la figure. La violence fut inévitablement au rendez-vous et la prestation fut solide en tout point. Les hostilités et les douches de bière se poursuivirent sans relâche pendant un set d’une intensité sans équivoque. Le groupe se retira finalement sous les acclamations de la foule pour laisser place à la tête d’affiche.

    VULCAIN commença donc sa prestation avec environ une heure de retard sur l’horaire de la soirée. Ce fut donc un crève-cœur de constater la désertion de la salle par une grande part des spectateurs lorsque le trio commença à s’exécuter passé 23 h 30. Malheureusement pour eux, Daniel Puzio (guitare, chant), Vincent Puzio (basse) et Marc Varez (batterie) étaient en grande forme et se lancèrent aussitôt dans une interprétation du succès «Rock n’Roll Secours» issu de l’album éponyme publié en 1984. La troupe parfois affublée du surnom de «Motörhead français», en raison de son Rock n’ Roll alourdi, fortement accéléré et de la voix de son chanteur-guitariste qui ressemble fortement à celle de Lemmy, mais qui se distingue tout de même de son inspiration principale par des paroles plus engagées et francophones, nous en livra ensuite pour notre argent avec une sélection impressionnante passant par toutes les époques de Vulcain. Malgré le fait que le public s’amenuisait au fur et à mesure de la performance en raison des horaires d’autobus et de l’heure tardive, ceux qui restèrent jusqu’à la fin ne ménagèrent pas leur enthousiasme envers les Parisiens. Ceux-ci nous achevèrent avec une reprise de Motörhead comme clin d’œil à leur réputation, soit une superbe version de «We are the Road Crew» en français!

    Ce fut donc un concert mémorable rassemblant divers types de Métaux sous la férule de légendes du genre évoluant depuis 1981. Malgré une foule peut-être décevante par rapport à la capacité de la Salle Multi et aussi par rapport à la qualité des prestations offertes par les artistes invités. Un respect de l’horaire plus serré aurait certainement pu faire en sorte qu’il y ait plus de spectateurs pour la tête d’affiche bien que la case horaire choisie pour le concert n’était pas des plus favorables. En terminant, je désire remercier Dany Beauregard de Noise Isn’t Noise pour l’accès au concert.

    Louis-Olivier «Winterthrone» B. Gélinas

Leave a Reply





Copyright © 2012 Ondes Chocs. All rights reserved.