• Du sang, de la bière et de la brutalité…

    Posted by Louis Olivier Brassard Gelinas on December 18th, 2014

    10628124_10152854088252236_8604044611000421856_n

     

    Samedi dernier, les amateurs de métal de mort à l’ancienne de Québec étaient conviés à une orgie sonore rassemblant trois groupes locaux et une formation de la Métropole, Canceric, à son tout premier passage dans la Capitale. Il n’en fallait pas plus pour que ma voluptueuse déesse du mal et moi empruntions le chemin dudit souterrain sinistre qui servirait de havre dédié à des musiques diaboliques pour la soirée. Arrivés sur les lieux peu après 19 h, nous pûmes constater que l’installation des groupes de la soirée avançait tout de même rondement malgré l’absence d’un technicien de son attitré à la soirée qui mit en œuvre le «système D» des formations et de Fred END, le propriétaire de la Salle Unisson. Ainsi, peu après 20 h, les quatre cavaliers de l’apocalypse d’Outre-Tombe prirent d’assaut la scène après de brefs tests de son.

    Outre-Tombe est un quatuor Death Metal de la vieille ville fortifiée de Québec, à ne pas confondre avec le projet Black Metal du même nom provenant de l’Outaouais. Celui-ci compte parmi ses rangs Fred « Crachat» Tremblay à la basse et aux éructations (aussi de Kaotik), Ulysse «Cobra» Nadeau-Paré à la guitare, Nicholas «Vitesse» Gagné (aussi de Phosphorus) à la batterie et, le petit nouveau, Alexis Goulet-Bouchard à la guitare. D’un trio plutôt Death/Thrash, le groupe a évolué depuis 2010 vers un son plus résolument Death à l’ancienne qui rappelle grandement Autopsy. Sur scène, le groupe m’impressionna grandement par l’évolution accomplie depuis la première fois que je les avais vus sur scène en 2013. En effet, leur musique simple, lourde à souhait et centrée sur l’efficacité fit rapidement mouche dans le public qui ne se fit pas prier pour entamer les hostilités sous les assauts solides de la troupe. Avec un son bien gras qui ne fut handicapé que par un micro de grosse caisse non coopératif, la formation parvint sans grande peine à réchauffer plus qu’adéquatement le public avant de se retirer sous les cris de ce dernier.

    Après une courte pause, c’était au tour de Canceric, une formation de Montréal, de monter sur scène pour nous présenter leur mélange de Death Metal et de Thrash Metal.  Le quintette composé de William Pichette (vocal), Julien Provost (guitare, chœurs), Vince Laliberté (guitare), Zack Osiris (batterie) et J-F Tremblay (basse fretless) est présentement en train de terminer l’enregistrement de son premier Ep avec Chris Donaldson à la console et venait nous présenter sa musique pour la première fois à Québec. Sur scène, on put assister à une livraison puissante et précise de Death/Thrash ravageur qui provoqua encore la folie des spectateurs. Cependant, je fus un peu sceptique quant au mariage entre une musique dominée par des motifs très lourds et une approche vocale plutôt centrée sur un hurlement aigu rappelant le Thrash de la fin des années 1980. En effet, la musique du groupe me semblait plutôt centrée sur un Death réclamant une dominante de voix plus basse et gutturale, alors que le chanteur faisait plutôt l’inverse, soit une dominante de hurlements haut perchés entrecoupés de quelques grognements plus gutturaux. Cela dit, la performance du groupe ne s’en ressentit pas outre mesure et, à sa décharge, le chanteur ne semblait pas très bien s’entendre. Ce fut donc d’une performance convaincante de la part de Canceric.

    La prochaine formation à monter sur scène était l’infâme quatuor «Evil Death Metal» connu sous le nom d’Atroce. Originaire de Québec, la troupe se plaît à faire revivre la naissance du vrai métal obscur en s’inspirant évidemment de formations comme Sarcófago, Mystifier et les premières heures de Mayhem. La résultante est un mélange de Death et Thrash à l’ancienne interprété dans une atmosphère rituelle sanglante soutenue par un décorum théâtral à souhait. Encore une fois, le public ne fut pas épargné par le maître de cérémonie P.-O. avec son talent pour les mises en scène macabres. En effet, celui-ci fut souillé par du sang aspergé sans vergogne, put admirer un candélabre imposant et odorant, tout en étant témoin d’une folie à peine retenue et en reniflant une odeur de putréfaction répandue préalablement dans le souterrain humide qu’est la Salle Unisson. La violence de la mise en scène ne fut que rehaussée par la musique brutale et sans compromis du quatuor qui ne laissa personne indifférent. Ce fut donc une performance orgiaque pour Atroce, dont la progression ne semble pas prête d’être freinée par quoi que ce soit.

    Une dernière pause et c’était maintenant aux psychopathes de Soiled by Blood de venir nous achever avec leur Death Metal brutal. Forte de la sortie de son album «Serving the Bowels of God» en début d’année, la formation âgée de six ans environ nous assaillit comme à son habitude avec une énergie hors du commun dominée par la présence charismatique et démente du hurleur Alex-Antoine Chamberland. Avec leur musique puissante, précise et aux «grooves» brutaux, mais entraînants, Soiled by Blood nous prouva sans l’ombre d’un doute qu’ils méritaient leur place en tête d’affiche en ce samedi soir de débauche. Les musiciens démontrèrent même une progression depuis la dernière fois que je les avais vus sur scène avec une prestation plus solide et précise que jamais qui leur permettait plus de mouvement et d’interaction avec le public en délire. Le chanteur exécuta même un plongeon de scène épique qui lui permit d’être porté par les membres de la foule tout en continuant à se déflorer la gorge dans le micro. Enfin, le groupe nous livra coup sur coup trois nouvelles pièces fraîchement composées en fin de parcours qui laissent présager un avenir brillant pour leur musique barbare.

    En somme, ce samedi soir fut le théâtre d’une véritable défonce à la Salle Unisson, nous présentant des projets musicaux qui perpétuent la tradition du métal de mort à l’ancienne dans la Belle Province. Les quatre groupes invités sur cette affiche nous livrèrent des prestations puissantes et déjantées tout en démontrant un professionnalisme prometteur. De plus, un public festif et généreux répondit à l’appel, ce qui contribua à rendre la soirée d’autant plus mémorable. Ce fut donc un 10$ très bien dépensé pour tous les spectateurs présents!

     

    Louis-Olivier «Winterthrone» B. Gélinas

Leave a Reply





Copyright © 2012 Ondes Chocs. All rights reserved.