• Critique du show de Metallica au Colisée Pepsi...

    Posted by Mathieu Audet on September 15th, 2015

    Les gars de METALLICA étaient de retour dans la vieille capitale pour la première fois depuis leur passage au Festival d’été de Québec en 2011. Ils étaient en forme et l’ont prouvé avec les chansons «Master of Puppets», «One» et autres vieux succès. Ils ont su plaire à une foule conquise d’avance et ils ont livré la marchandise! Malheureusement à cause de circonstances hors de mon contrôle, j’ai manqué Gojira.

    Maintenant que vous avez lu mon intro que j’aurais pu écrire sans vraiment me référer au spectacle d’hier et que plusieurs hochent la tête, bein d’accord là-dessus que Metallica c’est Metallica alors c’est sûr que ça torche, ya juste une affaire qui m’a vraiment gossé (en fait, deux), pis je vais passer la majorité de mon texte là-dessus, parce que, quand même que je te dirais que c’était fou raide pis que ça torchait pendant encore mille mots, si t’étais là, aucune autre explication n’est nécessaire, pis si t’étais pas là, bin aucune autre explication n’est possible…

    La vérité, c’est que le show de Metallica ça torchait sur un estie de temps. Les gars étaient en feu (même si ce n’est jamais facile pour Lars Ulrich) et la foule était complètement débile. L’ambiance était excellente, le son quand même bon, pis même le monde ne s’est pas comporté en colon à la fin du spectacle. Par contre, le choix des chansons était À CHIER si on tient compte DES CIRCONSTANCES. Hey, c’était censé être un show lié au «vieux» Metallica. Setup vintage, pas d’extravagances, pas de feu, pas de pétards, la scène au fond de la salle comme dans le temps. Avec un deuxième show dans le nouvel amphithéâtre deux jours plus tard, il me semble que c’était juste le gros bon sens de se garder plein de vieilles tounes (peut-être même une ou deux VRAIMENT obscures) pour le show dans le vieil amphithéâtre? Pis garder «Fuel», «The Memory Remains» et «The Day that Never Comes» pour le show dans la nouvelle bâtisse? Avec seulement sept vieilles tounes sur dix-huit, on a passé à côté d’une belle occasion de faire un show complètement unique que les gens se seraient souvenus pendant longtemps. «Disposable Heroes» (oui, c’est une chanson de Metallica, tsé la 5e sur «Master of Puppets» (parce que c’est aussi un album, là!)) est de loin le highlight de la soirée. La nouvelle toune (pas si nouvelle que ça, mais quand même) est pas mauvaise, mais je ne l’aurais pas mis dans un show de même, je l’aurais gardée pour le Centre Vidéotron, et aurais fait plus de vieux stock. Mais ça, c’est juste moi hein. j’attends déjà avec impatience le commentaire comme quoi «Sad But True» était la meilleure chanson de la soirée.

    Liste des pièces du spectacle
    Intro – The Ecstasy of Gold – 1.Fuel – 2.For Whom the Bell Tolls – 3.Blackened – 4.King Nothing – 5.Disposable Heroes – 6.The Day That Never Comes – 7.The Memory Remains – 8.Lords of Summer – 9.Sad But True – 10.The Unforgiven – 11.All Nightmare Long – 12.One – 13.Master of Puppets – 14.Fade to Black – 15.Seek & Destroy – 16.Whiskey in the Jar – 17.Nothing Else Matters – 18.Enter Sandman

    Là c’est quoi qu’ils vont faire demain soir au Centre Vidéotron? Le même setlist? Ça serait quand même le bout de la marde qu’ils fassent plus de vieilles tounes ce soir-là! Le choix des chansons pour le rappel laisse également TRÈS à désirer. «Nothing Else Matters» dans un rappel, sérieusement? Et le pire faux espoir de toute ma vie: Si James Hetfield dit au micro,

    La prochaine chanson, je veux la dédier à Cliff Burton,

    tu t’attends à ce qu’ils jouent «Orion» ou «To Live is to Die»? N’est-ce pas? En début de rappel, ça serait juste logique hein? Bin non mon nono, la toune c’est «Whisky in the Jar» voyons, c’est logique! Une chanson qui est sortie sur «Garage Inc.» plus de douze ans après la mort de Cliff Burton, chanson à laquelle il n’a participé ni à l’écriture, ni à l’enregistrement! On voit tous le lien! Non? Alors je m’excuse d’avoir mis mes attentes trop hautes!

    Si y’a quelque chose d’extrêmement positif que je retiens de ce spectacle, c’est que nous sommes enfin débarrassés des archaïques dinosaures que sont les serveurs de bière d’Expo-Cité. Sérieux on disait (avec raison) que le Colisée était désuet, ce n’était rien à comparer avec la lenteur et le manque d’efficacité des gens d’Expo-Cité. Et ce message s’adresse aux Claude O. de ce monde: Lorsque vous êtes fâchés de ne pas recevoir de pourboire pour votre service de MARDE et que vous le montrez, comptez-vous EXTRÊMEMENT chanceux de ne pas recevoir un char de marde à chaque fois. Parce que les gens qui aiment la musique métal sont pas mal plus correct que ce que vous pouvez penser.

    Toi qui lis cette critique, ne le prend pas personnel si tu n’es pas d’accord avec moi. Ça reste toujours bien juste le récit d’un gars qui a payé 120$ pour aller voir un groupe qu’il aime et qui parle de son expérience, et ça a le mérite d’être honnête. Mais si le compte-rendu écrit d’avance (si je me fie à certaines heures de parutions sur l’internet) d’un journaliste d’un média grand public te rassure plus dans ton opinion, vas-y, rabat-toi dessus! Au final, ça reste qu’on aime tous Metallica quand même, c’est pour ça que j’ai écrit cette critique, et c’est pour ça que tu la lis. Donc en résumé:

    1. Ça torchait.

    2. Le setlist aurait pu être beaucoup mieux étant donné les circonstances.

    3. On a tous eu du fun pareil.

    Ah oui pis je pense que la meilleure chose qui pourrait arriver à Metallica, c’est de virer Lars Ulrich et de se trouver un world class drummer. Sérieux ça ferait tout la différence en show. Salut.

    Mathieu Audet

3 Responses to “Critique du show de Metallica au Colisée Pepsi – Québec 14 septembre 2015”

  1. Stéphane says:

    Ils n’ont pas écrit Whisky in the jar. Il s’agit d’une chanson traditionnelle irlandaise… Je connais pas les origines de Burton, mais ce nom est très courant en Irlande.

  2. Stéphane says:

    Non, bien sûr. Mais on peut présumer que Burton était de descendance irlandaise et qu’il appréciait cette chanson. D’où la dédicace…

Leave a Reply to Stéphane





Copyright © 2012 Ondes Chocs. All rights reserved.