• Critique d’album: Pilori – Démo sans...

    Posted by Blytch on October 2nd, 2016

    pilori-demo-sans-titre-cover

    PILORI
    Démo sans titre
    Red Truth Records
    Mai 2016

    Liste des pieces
    1. «Déjà Mort»
    2. «Médiocratie»
    3. «Seul Contre Tous»
    4. «Ce Que Je Suis»

    La dernière fois où j’ai revu ma Normandie, j’y ai inventé un faux groupe de vegrindcorécolo mangeur de douceurs végétales: Brutal Fruits! Cette saugrenue idée ayant été le fruit d’une discussion hautement philosophique portant sur la vie, la musique et la mode entre la formation Brutal Pride qui n’existe plus et moi-même, portant alors un T-shirt du groupe Eating Shit, qui lui existe encore, le T-shirt tout du moins. En découvrant PILORI, basé justement en Normandie et assurément un band ruant dans les brancards, tout cela ressort, tant évidemment au niveau géographique, que dans l’infinité de courants musicaux qu’il annonce. Mais jugeons sur place en lançant la K7! Car oui, il fait partie de ceux qui ont le bon ton de sortir sous ce format, qui a tendance à rester cantonné aux genres dits extrêmes, ce qui est dommage.

    Rien qu’au titre de sa première chanson, on sent bien que PILORI désire parler de la vie, la vraie. Attention, je ne plaisante absolument pas, car justement les paroles le prouvent continuellement; on y traite ici de quelque chose de concret, de ce qui nous ronge de l’intérieur et nous rend toujours plus égocentriques et égoïstes même en ouvrant ses volets. Mais pire encore, lorsque l’on éprouve tout de même quelque chose pour une ou, mais là c’est carrément la fête, plusieurs personnes, la sensation décrite n’en est que plus horrible par rapport à celle éprouvée par quelqu’un de centré sur lui-même. Au niveau instrumental, les prémices sont très intéressants, tout simplement car l’on se croirait durant les préparatifs des balances, avec du bon petit larsen étouffé. Puis arrive une grosse débauche de violence comme il se doit sur un peu moins de deux minutes. Le sombre et l’explosivité forment une véritable alchimie et l’on adore ça, mais plus encore on se soulève pour son final incluant une rengaine hyper catchy au milieu de ses instruments. Décidément, «Médiocratie» nous prouve que le quartet a un goût prononcé pour les introductions, ce qui reste rare dans ces genres musicaux, à partir du moment où les artistes conservent le code voulant que les morceaux soient courts. Cela en est même une bonne nouvelle pour PILORI, qui ainsi dégage davantage d’originalité encore, là où cette deuxième track se différencie déjà clairement de celle l’ayant précédée. Elle s’avère plus lourde, plus lente, moins portée sur le rentre-dedans et donc diamétralement opposée. Par contre il continue de proposer des textes de qualité piste après piste et ça on pourrait se dire que ce n’est pas varié. Où sont donc les textes n’ayant aucun objectif ou encore le yaourt que l’on fait passer pour de profondes paroles, alors qu’en fait on n’a rien écrit? En voilà une belle bande de coquins rebelles! Le tapotage de baguettes en guise de top départ à la Cri-Cri dans Hélène & Les Garçons claironne le retour d’un certain dynamisme durant «Seul Contre Tous». Que l’on retrouvera en partie au cours de «Ce Que Je Suis…», car mixé à une atmosphère pesante pour finir la démo.

    Cette K7 m’a frappé fort! En seulement quatre titres, PILORI démontre sa capacité à performer dans tous les styles dont il tire ses influences, mais pas seulement. C’est véritablement tout le microcosme musical qui s’en retrouve touché. Je ne peux que vous conseiller de vous jeter dessus, surtout que l’objet ne coûte pas cher, mais attention il n’y en a pas beaucoup et il faut donc se dépêcher. Si jamais vous arrivez trop tard, profitez au moins du cadeau offert par le groupe: la version dématérialisée gratuite sur son Bandcamp. Même si on ne le répètera jamais assez, n’hésitez pas à y mettre quelques deniers pour le soutenir, c’est ainsi que les artistes peuvent continuer à nous procurer du plaisir.

    Blytch

    The last time I saw my Normandy (did I tell you I am from France?), I fantasized about a fake group of vegrindcore: Brutal Fruit! This crazy idea was the result of a highly philosophical discussion about life, music and fashion between the members of the now dead group Brutal Pride and I, while I was wearing a T-shirt of the group Eating Shit which still exists, well at least the T-shirt still exists. Discovering the group PILORI, precisely based in Normandy and certainly a band kicking asses, these thoughts came back, obviously both for their geographical location and the countless musical influences they announce. It is interesting but let’s judge by launching the tape! Oh yes, PILORI is among those groups which have the good taste to release their album in this format, which tends to remain confined to the so-called extreme genres, which is a shame.

    Reading the title of the first song, I feel that PILORI want to talk about life, the REAL life. The lyrics are dealing here with personal feelings, talking about what is eating us from the inside and makes us ever more self-centered and selfish even though we try to keep an open mind. Musically, it starts with feedback oozing in introducing an orgy of violence as it should be for little less than two minutes. The dark ambiance and the explosiveness create a real alchemy and I love it, and furthermore it rises to its final including a hyper catchy verse. Decidedly, «Médiocratie» proves that the quartet has a taste for introductions, which is rare in this musical genre, since musicians want to respect the short song motto. It is by opposition a good news in the case of PILORI, as it shows even more originality, this track being already clearly different from the previous. It is louder, slower, less in your face and therefore diametrically opposite. Though it continues to offer quality text track after track and that I can say that it is constant. Where are the texts that have no purpose or monkey talk that pretends to be words of wisdom? What a beautiful bunch of rebel rascals! The stick tapping announces the return of a certain dynamism in «Seul Contre Tous». This will be carried on in «Ce Que Je Suis…», mixed in a heaver tone to end the demo.

    This tape hit me hard! In just four titles, PILORI easily demonstrate their capacity to perform every style from which they draw their influences, and to bring this to another level. I can only advise you to get this tape, especially since they are sold at a cheap price, but beware there are not many so you have to hurry. If ever you are too late, at least enjoy the FREE download on their Bandcamp. It has to be said though, do not hesitate to put in some money to download it, that is how artists can continue to give us pleasure.

    Blytch

     

Leave a Reply





Copyright © 2012 Ondes Chocs. All rights reserved.