Ondes Chocs sur SoundCloud, présentée par:
  • 1600 Km de Métal (part 2)

    Posted by Dave Rouleau on October 11th, 2012

    1600 kilomètres pour couvrir les shows partout en province c’est du stock et ce texte est la suite (et dernière partie) de l’article suivant (part 1) qui raconte mon histoire de jeudi dernier à lundi soir. (même mercredi soir…)

    On pourrait aussi rajouter au titre (et le hasard ne me plaît pas); 1600$!

    Hey oui, votre humble serviteur s’est tappé toute cette route avec le sourire, mais a dû sortir cette somme d’argent de ses poches pour acheter un nouveau portable hier soir, suite à la mort soudaine de son fidèle compagnon qui vous donnait tant depuis les six derniers mois.  Je switch d’un excellent MacBook à un autre excellent MacBook… une bête!!

    Pour en revenir à mon trip métal, nous sommes maintenant samedi (dernier) matin et une chance que ma Capsule Ondes Chocs est déjà concoctée, car je ne sais pas comment je ferais.  La fatigue et un mauvais sommeil se joigne pour me rappeler que mon corps de 32 ans ne répond plus comme à 23.  Anonymus au Club Soda et la soirée de Productions Kranium le lendemain aux Katacombes ont fait leur dommage.

    Le plan est simple, je me dose de métal toute la journée, car oui, la musique me tient littéralement en vie.  Peu importe ce qui peut m’arriver, je sais qu’elle sera là pour me donner les émotions dont j’ai besoin.  On reprend vit et je me prépare à me présenter à 21h au Bistro le Scanner sur Saint-Vallier Est.  Enfin, un show dans mon patelin pendant ce road trip de malade!

    Chariots Of The Gods avait l’honneur d’ouvrir cette soirée après que je me suis avalé une pinte d’une excellente ambrée que j’ai découvert ce soir là, mais dont le nom m’échappe en ce moment.  Renaud Jobin et sa gang s’enflamme et tout de suite leur énergie et musique trash met le feu au Scanner avec la foule qui prend note de ce qui se passe; COTG est là pour fesser… et fesser fort! Une découverte pour moi ce band de Gatineau.  Ils viennent tout juste de sortir leur album “Tides Of War”, produit par nul autre que Glen Robinson.  Le band est vraiment synchro et mon moment préféré de leur set est leur prestation de “Unbound”.  Le chanteur s’occupe de divertir la foule entre les compos, monte dans les marches du bar étroit pour mieux crier à ses fans et Dimitri, le guitariste avec qui je correspond beaucoup depuis (trop cool le gars…), fait ses faces et a l’air d’avoir la recette du succès, comme ses acolytes; ils trippent à jouer sur scène et cet enthousiasme est contagieux.

    Ils finissent et je continu à parler à Sophie et Alain Labonté, car oui, Alain de Québec-Métal s’est déplacé à Québec pour ce show… où sont les autres médias?  On se chicane à savoir quelle page web, la sienne ou la mienne, restera le fond d’écran sur l’ordi fourni par le bar pour surfer le net…

    Insurrection, de la même région que le band précédent, embarque et c’est là que je comprends que mon corps ne va pas avec les maux de dos, de tête et la fatigue intense que j’essai d’ignorer.  Cependant, Stef est vraiment une bête de scène, un des bons frontman au Québec en ce moment, et il me fait oublier, avec l’aide de ses musiciens, que le mal est là l’espace de 40 minutes.  Il me fait drôlement penser à Marc de BARF.  Les boys sont en feu et on a droit à une nouvelle compo d’un album en préparation et je suis content de voir la foule de Québec leur donner l’accueil qu’ils méritent.  Du death/thrash très bien exécuté et une aussi bonne prestation que j’avais été témoin à Sherbrooke quelques semaines auparavant.  Je n’ai pas leurs albums en ma possession et c’est un crime que je vais réparer très bientôt si les finances peuvent se replacer un jour.

    Le moment plate de la soirée?  Quand je me suis dit que je me devais de me reposer et écouter les messages que mon corps m’envoyait!  J’ai donc pris la décision très décevante de partir, sans même voir le set du band Difamation.  Pour ça, je m’en excuse sincèrement les boys, ce n’est que partie remise et sachez que je suis vraiment parti pour les bonnes raisons…

    Un dimanche de repos et encore une bonne dose de métal m’ont remis sur pied pour affronter mon lundi qui s’annonçait occupé; travail, Ondes Chocs et entrevues!

    Cette fois, un autre aller-retour à Montréal pour le spectacle de la petite Léonie aux Foufs était dans le plan de match, mais cette fois je me faisais le conducteur de Lady Trash, une amie facebook avec qui j’avais très peu échanger, mais qui voulait un transport pour se rendre au show à Montréal.  Dans la plus pure tradition du métal, j’ai coopérer quand j’ai été mis au fait de la demande de transport.  Pourquoi passer à côté de la chance de connaître du nouveau monde?

    Ce fût une excellente rencontre, avec une conversation très salée (!!) tout de suite après s’être présenté.  Une charmante fille qui, semble-t-il, a beaucoup aimé les découvertes musicales que je défilais dans le voyage vers la métropole.

    Le spectacle bénéfice était organisé par Nyx Nymphea et son chum Holy Decay pour venir en aide financièrement aux parents de l’enfant qui est très malade.  Je l’ai dit et je le re-dit; si j’étais foutu de garder une relation stable avec une fille, c’est celle qu’ils ont ensemble que j’aimerais répliquer.  Merci pour votre accueil et participation à la Capsule dans le cas de Nyx, trop cool.

    Openfielz, un band hardrock de Victoriaville ouvrait la soirée et j’ai été surpris de constater leur énergie et surtout celle du chanteur qui fait penser à Jonathan Davis de Korn par bout avec ses vocalises et bruit. Excellente voix, peut-être même trop puissante des fois pour le beat jouer.  Pensez à un mélange de Smashing Pumpkins, Deftones et Our Lady Peace et vous aurez une vue d’ensemble des compos diverses qu’ils nous ont livré.  Très impressionné, alors que je ne m’attendais à rien.

    Hopeless Nation de la Mauricie les suivait sur scène et tout de suite quelque chose est clair; je ne me suis pas trompé sur le chanteur quand j’ai fait ma première critique du band au Barock cet été. Le gars a vraiment deux personnalités; celle avant et après le show et celle pendant!  Il se transforme, s’étrangle avec le fil de micro et hurle!  Contrairement au Barock, cependant, il ne peut aller dans la foule, car la scène des Foufs est très élevée et ça change la donne pour le talentueux frontman.  Bien qu’il semblait un peu mêlé entre les tounes (ne jamais mentionné le monde qui ne sont PAS là, man), lui et sa gang de métalleux ont offert une excellente performance, avec Blew qui a offert un cri de “Ondes Chocs” en me voyant!   Steve DeCotret derrière le drum était beaucoup plus performant que lorsque que je l’ai vu avec Outlying à Drummondville et je lui en ai parlé après le show Ils ont annoncé la venu d’un nouvel album à la fin de l’hiver et ils ont d’ailleurs joué “Fight Back”, une compo un peu plus punk-hardcore, mais vraiment très dynamique et captivante.  Un moment fort de la soirée.

    Projekt F était le suite logique à ce théâtre et j’ai été impressionné par le sens d’appartenance que les fans semblent avoir pour ce band industriel-gothique de Montréal, inspiré aussi par la musique des années ’90.  Pour l’avoir mentionné souvent avec Jon et Lex de Ondes Chocs, qui étaient aussi présent pour soutenir la cause, ce band est exactement ce que Marilyn Manson aurait dû faire après “Antichrist Superstar”.  Quand je vais voir un show, je ne veux pas juste une interprétation de tracks entendues sur un album, je veux une expérience et PF sait la donner.  Le bassiste me surplombait tout le long de leur prestation et je jurerais qu’à un moment donné il m’a fixé pendant 1 minutes avec le regard le plus sombre que j’ai vu depuis longtemps… je voulais mourir drette là.

    Une autre canette de Pabst coule dans mon corps, fait son effet, et je suis prêt (ou j’aimerais mieux dire, PAS prêt) pour Ogénix… WOW!!! De loin ma révélation de la soirée! Si j’avais le goût de mourir il y a 20 minutes, maintenant de suis bouche-bée.  Je l’avoue, je ne m’attendais pas à ça du tout.  La fille au drum est précise et les trois membres de Ondes Chocs répondent en criant à tue-tête, headbangant et levant les mains à chaque occasion qui se présente!  Je suis fier de voir mon staff tripper autant dans un show, car ça veut dire qu’ils sont là pour les bonnes raisons et ça, ça n’a pas de prix.  Leur éclairage vient accentuer leur métal électronique et la nouvelle compo jouée est DÉMENTE!  Une structure de track parfaite, avec une aggression injustifiée, mais oh-combien appréciée!  En parlant d’agression, le bassiste est aussi guitariste et il attaque son instrument de façon incroyable!  Quelle belle performance de lui et le reste de son crew, vous devraiez être fier, le monde vont s’en rappeler… I know I will! \m/

    Magnum Stallion était chargé de terminer la soirée et la fatigue de la fin de semaine de trois jours a semblé s’attaquer à la foule d’un coup sec!  Des spectateurs avait aussi quitté après Ogenix, ce qui a paru avoir un impact sur le band et le reste de la foule qui n’était plus d’une humeur de “participation” à ce moment.  Quand même, j’adore le métal de cette formation de Montréal et ils m’ont bien plu.  Ce que j’aime le plus est la façon dont ils mélangent les styles et peuvent justement se permettre de s’étiqueter métal!  Tout en leur honneur.

    Le voyage vers Québec s’annonçait long, alors j’ai tout de suite fait le tour de la salle à la recherche de tout le monde à saluer.

    Je voudrais par le fait même saluer tout le monde que j’ai rencontré lors de ce périple de plusieurs jours.  Ça a été un prélude extraordinaire à une suite des évènements pour Ondes Chocs qui s’annoncent encore plus excitante…

     

Leave a Reply

Current day month ye@r *





Copyright © 2012 . All rights reserved.